"Sorcières", le livre féministe qui va vous rendre encore plus puissante

Sorcières, la puissance invaincue des femmes de Mona Chollet
Sorcières, la puissance invaincue des femmes de Mona Chollet
Le livre de Mona Chollet, "Sorcières, la puissance invaincue des femmes", qui sort ce 13 septembre, va devenir un nouvel indispensable de votre bibliothèque féministe. Elle revient dans un livre riche d'exemples, sur la figure de la sorcière, honnie par une société patriarcale établie.
A lire aussi
La lettre puissamment féministe de cette maman à sa fille fait le buzz
News essentielles
La lettre puissamment féministe de cette maman à sa fille...

De quoi ça parle ?

Sorcières, la puissance invaincue des femmes nous plonge dans l'imaginaire ancien et moderne de ce qui fait les sorcières. Pourquoi ces femmes font peur à l'ordre établie. Après un rapide retour sur les fameuses "chasses aux sorcières" qui peuvent paraître folkloriques dans l'imaginaire collectif, Mona Chollet rappelle la véritable haine des femmes qui ont osé à l'époque penser différemment.

L'autrice dresse un portrait de la sorcière moderne et détaille le terreau historique sur lequel il se base. Elle explique comment l'extrême violence des chasses aux sorcières d'alors nous marque encore aujourd'hui dans nos représentations des femmes et dans les carcans que nous nous imposons encore. Car les femmes n'ayant ni mari ni enfants sont considérées comme "incomplètes".

Elle évoque le désir ou non d'enfant et cette pression de la maternité que peuvent subir les femmes qui en ont ou n'en ont pas, par choix ou non. Tout comme celles qui contrôlent leur corps et la conception d'enfants. Le livre décrypte aussi le stéréotype de la "célibataire à chat" que l'on peut associer aux sorcières.

La journaliste et essayiste franco-suisse revient également sur la vieillesse, mot qui fait peur quand on parle des femmes alors qu'on s'extasie sur des hommes vieux et sur leur sexualité. Les femmes a contrario, ne peuvent pas avoir les cheveux blancs, associés à une image "négligée", tout comme les sorcières. La sexualité des femmes âgées et ménopausées est niée. Celles qui s'y adonnent, pour le plaisir, se livre au diable.

On domestique la nature, on domestique les femmes trop proches d'elle. Ainsi, les sorcières, considérées comme loin de la raison, incarnée par l'Église, ont été exclues de la médecine alors qu'elles y excellaient. Loin de "l'enfantement dans la douleur", les guérisseuses étaient pourtant à l'écoute des corps et leur apportaient des solutions. L'Église a donc tôt fait de les associer au Diable car elles empiétaient sur un domaine masculin.

Les traités de démonologie rivalisent d'inventivité pour trouver des tares à ces femmes qui ont osé penser. Elles sortent de l'ordre social : "Toute tête féminine qui dépassait pouvait susciter des vocations de chasseurs de sorcières. Répondre à un voisin, parler haut, avoir un fort caractère ou une sexualité un peu trop libre, être une gêneuse d'une quelconque manière pouvait vous mettre en danger". Encore aujourd'hui, les femmes qui menacent ce fameux ordre social (qui impose de se mettre en couple, enfanter, disparaître après la ménopause) s'en trouve diabolisées.

L'autrice Mona Chollet
L'autrice Mona Chollet

Pourquoi on a aimé ?

Mona Chollet est l'autrice d'un indispensable de notre bibliothèque féministe, Beauté Fatale, paru en 2012. Et une nouvelle fois, avec Sorcières, celle qui est journaliste pour Le Monde Diplomatique nous embarque dans un décryptage passionnant de la vie des femmes et des injonctions qui pèsent sur elles.

Avec un propos d'une extrême clarté et avec humour, elle nous plonge dans la représentation moderne des sorcières, l'archétype des femmes qu'une société patriarcale ne veut pas voir.

Au travers d'un long détricotage des carcans qui pèsent sur la vie des femmes, comme le poids de la maternité, l'obligation de se mettre en couple hétérosexuel et de s'accomplir personnellement grâce à un homme ou encore la lutte contre cette fameuse "date de péremption", elle nous donne les clés pour s'émanciper. À trouver le pouvoir intérieur de s'accomplir en tant que personne.

Elle écrit d'ailleurs : "S'autoriser à être une sorcière : c'est se recentrer, s'autoriser à être soi-même la source de son salut, puiser ses ressources en soi, au lieu de s'en remettre toujours à des figures masculines légitimes et providentielles."

Son livre est nourri de très nombreuses références à d'autres penseuses (et penseurs) féministes, de films ou de livres. Ils sont une plongée passionnante dans les représentations féminines. Elle accole le qualificatif de "sorcières" à des femmes qui sortent des codes comme la chanteuse Patti Smith ou la journaliste Gloria Steinem. On y ajoutera George Sand, qui décida de sa sexualité, de vivre avec un homme plus jeune et de cultiver sa connaissance de la nature.

Quand referme cet ouvrage, on ne peut s'empêcher de vouloir en dévorer plus. Un seul regret ? Qu'il n'assouvisse peut-être pas assez notre soif de découvrir ce que l'on nous a trop longtemps caché : les chasses aux sorcières de l'époque moderne, cette "explosion de misogynie" qui aura fait 50 000 mortes (sans compter celles qui se suicideront ou mourront en prison). On se console avec les innombrables ressources que nous donne Mona Chollet et où on ira piocher pour satisfaire notre appétit.


Pourquoi vous aimerez ?

Si vous aimez autant que nous comprendre les racines de la société dans laquelle vous vivez. Si vous voulez trouver les clés qui vous permettront de remettre en question l'ordre établi. Si vous aimez vous rouler dans la clarté du savoir de Mona Chollet et en découvrir plus sur ce qui fait des femmes, des sorcières en puissance.

Sorcières, la puissance invaincue des femmes, Mona Chollet, Editions la Découverte, 18€

À voir
Aussi