Les anecdotes barrées de Cookie Mueller, égérie du New York des 70's

Traversée en eau claire dans une piscine peinte en noir, de Cookie Mueller, égérie du New-York underground des années 70-80
Traversée en eau claire dans une piscine peinte en noir, de Cookie Mueller, égérie du New-York underground des années 70-80
Actrice, écrivaine, gogo-danseuse... Véritable égérie de l'underground des années 70-80, Cookie Mueller a cotoyé les plus grands de son époque, de Jimmy Hendrix à Jim Morisson, en passant par Keith Haring et John Waters. On a adoré son autobiographie "Traversée en eau claire dans une piscine peinte en noir".
A lire aussi
À New York, les toilettes pour hommes vont être équipées de tables à langer
News essentielles
À New York, les toilettes pour hommes vont être équipées...

L'histoire

Dorothy Karen Mueller, alias Cookie, est un pur produit de son époque. Née en 1949 à Baltimore (États-Unis), l'Américaine a embrassé à bras ouverts le mouvement hippie et fréquenté les plus grands artistes de son époque. Mais Cookie est bien plus qu'une muse. C'est avant tout une artiste.

Elle a tourné pour le cinéaste John Waters, posé pour Robert Mapplethorpe, interprété Sharon State dans la pièce The Roman Polanski Story à Broadway... Mais c'est son talent indéniable pour l'écriture qui a sans doute le plus marqué les esprits.

En 1980, elle publie Walking Through Clear Water in a Pool Painted Black (Traversée en eau claire dans une piscine peinte en noir), qui demeure sans conteste son oeuvre la plus célèbre.

Publiée pour la première fois en France en 2017 aux Éditions Finitude puis une seconde fois en octobre dernier, cette autobiographie retrace des épisodes de la vie de Cookie Mueller, des années 60 aux années 80, et nous fait voyager de New-York à San Francisco... avec un petit détour en Sicile et à Berlin.

Pourquoi on a aimé

L'histoire de Cookie Mueller nous happe dès les premières pages. Il faut dire que ça démarre très fort, puisqu'elle nous emmène à San Francisco, dans les années 70, époque où elle vit en collocation avec 11 autres personnes et où elle discute régulièrement de la pluie et du beau temps avec sa voisine... une certaine Janis Joplin.

Elle raconte comment elle a échappé de justesse à Charles Manson, sa virée avec un ami dans une contrée obscure pour invoquer Belzébuth, suppôt de Satan, ou encore son évasion épique, à moitié dénudée, d'un hôtel du Berlin Ouest des années 80...

Chaque chapitre correspond à une anecdote, tantôt fascinante, tantôt cocasse, mais aussi parfois terriblement angoissante. La surprise nous saisit presque à chaque page, tellement les situations qu'elle décrit sont improbables, surréalistes... Pourtant, on ne doute pas une seconde qu'elles sont authentiques.

Mais à quoi bon avoir de l'imagination quand on vit des choses aussi palpitantes ? Le vrai talent de Cookie Mueller n'est pas d'inventer, mais de raconter. Sa plume imagée jouxté à son ton cash et incisif nous donne l'impression de vivre ces folles aventures avec elle.

Vous aimerez...

Si vous êtes fan de Cookie Mueller. Si le New York underground des années 70-80 vous fascine. Si vous êtes nostalgique en repensant au mouvement hippie ou si vous êtes né·e trop tard pour l'avoir vécu (et que vous le regrettez)... Et bien sûr, si vous aimez les récits rocambolesques et psychédéliques.

Cookie Mueller, "Traversée en eau claire dans une piscine peinte en noir"
Cookie Mueller, "Traversée en eau claire dans une piscine peinte en noir"

"Traversée en eau claire dans une piscine peinte en noir", Cookie Mueller, Editions Finitude

À voir
Aussi