10 livres à lire absolument en attendant le printemps

Sélection de 10 livres à lire cet hiver
Sélection de 10 livres à lire cet hiver
Une histoire d'amour tragique, une Américaine qui voulait aimer en français, une autobiographie qui motive... Découvrez vite notre top 10 des livres à dévorer cet hiver.
A lire aussi
Combien de livres allez-vous lire avant de mourir ? On a la réponse
News essentielles
Combien de livres allez-vous lire avant de mourir ? On a...

Parce que la lecture c'est bon pour l'imagination et la santé, Terrafemina vous a concocté une jolie sélection de livres. Au programme : du beau, de l'inattendu, du bonheur, et quelques drames...

1- Les mille talents d'Euridice Gusmao, de Martha Batalha

Les mille talents d'Euridice Gusmao, de Martha Batalha
Les mille talents d'Euridice Gusmao, de Martha Batalha

Phénomène éditorial au Brésil, le premier roman de Martha Batalha est à l'image de sa couverture : pétillant et lumineux. L'héroïne de cette saga, c'est donc Euridice Gusmao, une mère au foyer brésilienne. Une mère, une épouse, une femme qui s'ennuie chez elle. L'époux travaille, les enfants sont à l'école, et Euridice reste assise des heures dans son canapé à se morfondre. Heureusement, elle a mille talents et tout ce qu'elle entreprend se transforme en succès. Mais dans le Brésil des années 50, être une femme originale, avec de l'ambition qui plus est, n'est pas forcément bien vue. Les mille talents d'Euridice Gusmao est un roman qui cultive la fantaisie, qui met à l'honneur des personnages hauts en couleur et attachants. On frôle parfois la tragédie mais l'humour et l'amour sont toujours les plus forts. Proche d'un réalisme magique à la Isabel Allende et Alice Hoffman, Martha Batalha signe une saga loufoque, sans jamais perdre de vue son but initial : raconter les réalités de la condition féminine dans une société patriarcale.

Ed. Denoël, 256 pages, 19,90 euros

2- La maison des épreuves, de Jason Hrivnak

La maison des épreuves, de Jason Hrivnak
La maison des épreuves, de Jason Hrivnak

Attention, ceci est une expérimentation littéraire. La maison des épreuves est un livre qui oblige le lecteur à sortir de sa passivité, un livre parfois dérangeant, avec une construction compliquée. Ceci étant dit, le premier ouvrage de Jason Hrivnak a quelque chose d'obsédant. Ainsi, il commence comme un roman classique, et nous apprend que le narrateur vient de de perdre son amie d'enfance, Fiona, qui s'est suicidée en se tailladant les veines. L'homme raconte alors comment lui et Fiona avait créé un monde imaginaire et cauchemardesque appelé le "Terrain d'essai". Frères et soeurs de coeurs, inséparables, c'est un déménagement qui a eu raison de leur amitié. Passé cette introduction déjà chargée émotionnellement, le narrateur nous propose de découvrir sa nouvelle version du "Terrain d'essai". Le roman traditionnel s'éteint et ce sont 3 sections qui prennent la suite. Nous voici face à des QCM morbides et des récits qui nous interrogent sur la conduite à tenir. Pour faire revivre Fiona une dernière fois, pour faire son deuil, le narrateur a déployé le test ultime, macabre et stupéfiant. Il ne faut pas seulement lire La maison des épreuves, il faut se l'approprier complètement.

Ed. de L'ogre, 129 pages, 19 euros

3- Danser au bord de l'abîme, de Grégoire Delacourt

Danser au bord de l'abîme, de Grégoire Delacourt
Danser au bord de l'abîme, de Grégoire Delacourt

Dans La liste de mes envies (ed. Le livre de poche), Grégoire Delacourt se glissait dans la peau de Jocelyne, une mercière dont la vie est bouleversée lorsqu'elle gagne 18 millions d'euros à la loterie. Les femmes, elles plaisent à Grégoire Delacourt, on peut même dire que l'auteur français excelle à se mettre dans leur tête et à les raconter. Dans son nouveau roman, la mercière a été remplacée par une vendeuse, Emmanuelle, surnommée Emma. Mariée et mère de famille, cette Lilloise croise un jour le regard d'un inconnu et tombe instantanément amoureuse de lui. Emmanuelle décide de se jeter à corps perdu cette passion, même si pour cela elle doit abandonner sa famille, même si pour cela elle doit se mettre en danger. De twists en révélations, Grégoire Delacourt analyse le sentiment amoureux, celui de la perte aussi. Une histoire d'amour presque banale avec ses trahisons, sa douleur et ses doutes, mais une histoire racontée avec une grande justesse.

Ed. JC Lattès, 364 pages, 19 euros

4- Fête des pères, de Greg Olear

Fête des pères, de Greg Olear
Fête des pères, de Greg Olear

Josh Lansky est la version masculine de la célèbre Desperate Housewife. Fini New York, fini la fête, depuis quelques années, Josh est devenu un "banlieusard" avec monospace familial inclut. Quand son épouse part en déplacement professionnel, c'est l'occasion pour ce père au foyer de réfléchir. Mais peut-on vraiment réfléchir lorsqu'on a deux enfants en bas-âge et qu'on apprend que son épouse est peut-être infidèle ? Avec mordant, Greg Olear s'attaque au cliché du parent bobo. Josh est entourée de mères au foyer qui ne jurent que par le bio, le cododo et bien sûr... les rumeurs de quartier. Fête des pères s'étend sur une seule journée, mais l'auteur prend le temps de rire du mariage, de la parentalité et des normes liées au genre. Surtout, entre deux références à la pop culture, Greg Olear tisse une histoire plus profonde émotionnellement qu'elle n'en a l'air. Le roman parfait pour décomplexer les parents (parfois trop) parfaits.

Ed. Le Cherche Midi, 432 pages, 19,50 euros

5- L'année du oui, de Shonda Rhimes

L'année du oui, de Shonda Rhimes
L'année du oui, de Shonda Rhimes

Aux États-Unis, les livres qui mêlent récit autobiographique et développement personnel sont légion. Les actrices Tina Fey, Amy Poehler, Mindy Kaling, ou plus récemment Anna Kendrick se sont ainsi prêtées au jeu, mais la plupart du temps, ces ouvrages ne se voient offrir aucune traduction. La bonne nouvelle, c'est que Shonda Rhimes est assez célèbre pour mériter cet honneur. Maman des séries Grey's Anatomy, Private Practice, Scandal, et Murder, l'Américaine est considérée dans son pays comme la papesse de la télévision grand public. Mais quand la scénariste en or prend la plume et se livre, c'est pour nous dire qu'elle est introvertie et qu'elle a pris pour habitude de répondre "non" à chaque demande, chaque invitation excitante. Puis, une discussion anodine lui fait comprendre qu'en plus d'être une rabat-joie, elle se gâche la vie. Shonda Rhimes décide alors de vaincre ses peurs et sa timidité et de dire enfin "oui". Grande gueule, , la star américaine nous embarque dans sa vie de famille, nous offre quelques détails croustillants sur les coulisses d'une série télé, et nous explique qu'on ne naît pas femme puissante, on le devient. Un livre drôle, rentre-dedans (surtout lorsque Shonda Rhimes s'attaque à la maternité), et un indispensable pour les fans des séries "Shondaland".

Ed. Marabout, 311 pages, 17,90 euros

6- Les furies, de Lauren Groff

Les furies, de Lauren Groff
Les furies, de Lauren Groff

Si Gillian Flynn avait habilement disséqué le mariage et ses faux-semblants dans son thriller Les apparences, Lauren Groff va encore plus loin avec Les furies. L'histoire pourrait être banale : Lancelot – surnommé Lotto – héritier d'un riche entrepreneur, tombe amoureux de Mathilde, mannequin superbe. Pendant des années, le couple va susciter l'envie et la jalousie. Une histoire en apparence banale donc. Sauf que Lauren Groff s'autorise tout : les retours dans le passé, une prose magnifique et dynamique, et des révélations cachées là où on ne les attend pas. Les furies, ce n'est pas seulement l'histoire d'un couple, c'est une variation sur l'art, une ode à Shakespeare, mais aussi un drame familial. Ambitieux, ébouriffant même, le troisième ouvrage de Lauren Groff fait partie de ces livres qui valent des nuits blanches. Considéré comme le meilleur roman de l'année 2015 selon Barack Obama, Les furies offre en plus un coup de théâtre narratif qui n'a rien à envier à celui imaginé par Gillian Flynn. Mais chut, on n'en dira pas plus.

Ed. de L'olivier, 432 pages, 23,50 euros

7- Et si tu n'existais pas, de Claire Gallois

Et si tu n'existais pas, de Claire Gallois
Et si tu n'existais pas, de Claire Gallois

"Et si tu n'existais pas, dis-moi comment j'existerais", chantait Joe Dassin en 1975. A la fois ballade mélancolique et complainte amoureuse, la chanson n'a à priori pas grand-chose à voir avec le livre de Claire Gallois. Car ici, pas d'histoire d'amour mais le récit d'une séparation entre la narratrice et Yaya, sa nourrice. Abandonnée par sa mère à la naissance, Claire grandit dans un petit village de la Creuse en compagnie de sa Yaya. Elle se souvient des repas simples mais préparés avec amour, des câlins, des animaux de la ferme et des dimanches à l'église. Mais en 1943, sa mère revient et l'arrache à sa nourrice. Commence alors pour l'enfant une vie dans le Paris sous l'occupation allemande, qui plus est dans une famille bourgeoise, pétainiste et peu aimante. Se sentant comme un fantôme dans sa propre vie, Claire va tout faire pour retrouver sa mère de coeur. Le parallèle entre la chanson de Joe Dassin et le roman de Claire Gallois devient alors très clair. Sans Yaya, impossible d'être vraiment soi.

Ed. Stock, 144 pages, 16,50 euros

8- Une bobine de fil bleu, d'Anne Tyler

Une bobine de fil bleu, d'Anne Tyler
Une bobine de fil bleu, d'Anne Tyler

Anne Tyler aime se plonger dans les tracas de la middle class américaine. Avec Une bobine de fil bleu, elle tire le portrait d'une famille ordinaire, entre petits bonheurs, secrets, bagarres, et vrais drames. Cette famille, c'est les Whitshank. Il y a Red, le patriarche, Abby, la mère, éternelle hippie dans l'âme, et puis les enfants qui s'aiment autant qu'ils s'évitent. Quand Abby commence à perdre peu à peu la mémoire, c'est l'occasion pour les Whitshank de se réunir dans la maison familiale. Mais se réunir, c'est aussi se parler, faire tomber le masque, et donc faire voler des secrets en éclats. Une bobine de fil bleu est une chronique familiale douce-amère qui mêle habilement humour et mélancolie. Les Whitshank se voulaient banales, ils se révèlent pourtant excentriques au fil des pages. Une lecture irrésistible.

Ed. Phébus, 480 pages, 22 euros

9- Lost in French, de Lauren Collins

Lost in French, de Lauren Collins
Lost in French, de Lauren Collins

C'est l'histoire d'une Américaine qui voulait aimer en français. Fraîchement installée à Londres, Lauren – l'Américaine donc – rencontre Olivier, un Français. Coup de foudre immédiat, les deux partent s'installer à Genève. Mais si Olivier maîtrise plutôt bien la langue de Shakespeare, Lauren a plutôt du mal avec notre dialecte. Pas vraiment du genre à se décourager, la journaliste (elle écrit notamment pour le New Yorker) décide de prendre des cours de français pour enfin comprendre son homme à 100%. Lost in French pourrait être une jolie histoire d'amour romancée, à la place, c'est un essai savoureux et ultra intelligent. Lauren Collins alterne les détails cocasses liés à sa vie personnelle (on apprécie notamment lorsqu'elle nous parle de sa découverte de Florent Pagny) et les récits scientifiques et historiques. Avant d'être l'histoire de deux êtres qui se trouvent, Lost in French est un ouvrage sur le langage et la beauté des mots. "Parler anglais avec toi, c'est comme te caresser avec des gants", confie un jour Olivier à Lauren. On vous rassure, quand Lost in French se conclut, la barrière de la langue n'est plus qu'une histoire ancienne.

Ed. Flammarion, 320 pages, 21,90 euros

10- Shore, de Sara Taylor

Shore, de Sara Taylor
Shore, de Sara Taylor

Shore est un premier roman fascinant. Il y a d'abord sa construction : le livre est découpé en plusieurs nouvelles mais tous les récits sont connectés entre eux. Puis il y a le décor. Shore se déroule dans l'Amérique profonde, sur un archipel d'îles situées au large de la Virginie. L'écriture de Sara Taylor se prête parfaitement à ce côté sauvage. On peut sentir d'ici la terre étouffante, les hommes qui transpirent l'alcool, la friture qui s'échappe des fenêtres. Enfin, il y a les personnages. On croise bien des hommes dans ces pages mais c'est bel et bien les femmes qui sont les héroïnes ici. Maltraitées, reniées, elles se relèvent toujours, se battent, font fi de la violence masculine. Il y a Chloe, la gamine prête à tout pour protéger sa petite soeur, Sally, que la rumeur dit sorcière, ou encore Medora, guérisseuse vengeresse. Talentueuse, Sara Taylor se permet de couvrir plusieurs décennies, d'étirer le temps et les époques. Shore est un livre diablement féministe et carrément ambitieux. Un petit trésor littéraire qu'on vous recommande chaudement.

Ed. Robert Laffont, 342 pages, 21 euros