15 minutes de silence pour lire : la belle idée qui se répand dans les écoles françaises

15 minutes de silence pour lire : la belle idée qui se répand dans les écoles françaises
15 minutes de silence pour lire : la belle idée qui se répand dans les écoles françaises
Depuis un peu plus d'un an, les établissements scolaires de France adhèrent un à un à la pause lecture initiée par l'association Silence, on lit ! Le principe ? Élèves et personnel de l'école prennent chaque jour environ 15 minutes pour lire l'ouvrage de leur choix.
A lire aussi
Hand spinner : les écoles françaises commencent à l'interdire
News essentielles
Hand spinner : les écoles françaises commencent à...

Quinze minutes de silence pour lire. C'est la jolie idée portée par l'association de loi 1901 Silence, on lit ! et adoptée par plusieurs établissements scolaires de France depuis 2016. Le principe est simple : tous les jours pendant un laps de temps qui varie entre 10 et 20 minutes, chacun s'installe où il le souhaite (salle de classe, réfectoire, cour de récréation...) pour lire quelques pages de l'ouvrage de son choix. Tous les livres sont permis, à l'exception des manuels scolaires et des magazines. "L'intérêt pour les élèves est que chacun puisse se faire plaisir et s'échapper pendant quelques minutes du parcours scolaire. Pendant cette pause, pas d'épreuve, pas d'interro à la fin de la lecture, donc du coup pas de stress", explique Olivier DelaHaye, vice-président de l'association Silence, on lit!, qui voit dans cette initiative une belle manière d'encourager la notion du "bien-vivre ensemble".

Améliorer la concentration, l'orthographe et la grammaire

Un rituel adopté par une centaine d'écoles de l'Hexagone, dont une trentaine à Paris. L'expérience s'étend à tous les âges, de la classe préparatoire (CP) à la Terminale. Le choix de l'heure est libre, à condition que cet horaire soit fixe. À l'école Sainte-Thérèse de Lorient, la pause lecture quotidienne a par exemple lieu entre 13h30 et 13h50 après le déjeuner, juste avant la reprise des cours de l'après-midi.

Ce créneau se révèle particulièrement propice au calme nécessaire pour mettre en application cette activité "pleine de bienfaits". "La lecture favorise la concentration et aide à améliorer ses compétences en orthographe et en grammaire", estime Olivier Delahaye, cinéaste et écrivain de profession. En plus d'être séduisante, cette démarche se démarque par son originalité puisqu'elle ne concerne pas uniquement les élèves mais tout le personnel de l'école, des enseignants aux proviseurs, en passant par les employés chargés de l'entretien et du ménage.

15 minutes de silence pour lire : la belle idée qui se répand dans les écoles françaises
15 minutes de silence pour lire : la belle idée qui se répand dans les écoles françaises

"Quand j'ai vu le plaisir que tout le monde prenait à lire, j'ai littéralement halluciné"

Quelques années auparavant, Olivier Delahaye fait un voyage dans le lycée francophone d'Ankara (Turquie) où il découvre le concept de la pause de lecture "scolaire". "Je n'en avais jamais entendu parler avant. Quand j'ai vu le calme qui régnait dans l'école et le plaisir que tout le monde prenait à lire, j'ai littéralement halluciné. J'ai trouvé l'idée géniale. Ça a été un véritable coup de foudre et je me suis dit qu'il fallait absolument importer cette idée chez nous", raconte-il.

À son retour en France, l'écrivain frappe à plusieurs portes. Il trouve une alliée en la personne de Danièle Sallenave, membre de l'Académie française, qui lui propose de fonder l'association "Silence, on lit !" (dont elle est la présidente) afin de proposer l'instauration d'une pause de lecture aux établissements scolaires. Le dispositif est lancé en 2016 dans plusieurs écoles à Paris, ainsi que d'autres régions de France comme la Bretagne (Morlaix, Lorient), la Lorraine (Metz), et la Provence-Alpes-Côte-d'Azur (Banon).

Lire pour le plaisir

L'opération connaît un réel succès dès ses prémices, en dépit de quelques directeurs d'établissement récalcitrants. "Certains craignaient que cela ne bouleverse l'organisation des journées de cours. Mais ils se sont vite rendus compte que c'était finalement facile de trouver un quart d'heure dans la journée. Nous nous ne sommes déplacés dans certains établissements et avons organisé des réunions afin de les aider à mettre ces pauses lecture en place", explique Olivier Delahaye. Du côté des enseignants, carton plein : "C'est très agréable parce qu'on a un moment de cohésion dans le silence", confie à France 3 Tim Van-de-Velde, professeur d'anglais au collège public de Banon (PACA). Les élèves, quant à eux, se prêtent volontiers au jeu. "Certains nous ont confié qu'ils demandaient à leurs parents d'instaurer cette pause lecture le soir à la maison", se réjouit Olivier Delahaye.

Selon le vice-président de Silence, on lit ! cette pause lecture ne devrait d'ailleurs pas uniquement profiter aux écoles. "Les bienfaits de cette activité sont multiples : cela permet de s'évader du quotidien, d'apaiser les tensions et de (re)prendre goût à la lecture. Il serait donc bénéfique de la transposer dans tous les espaces collectifs, comme les entreprises ou les lieux de co-working", considère ce dernier. Car au-delà de son aspect pédagogique, l'initiative de Silence, on lit ! rappelle une notion fondamentale : celle que l'on peut lire par pur plaisir.