5 animaux qui ont une vie sexuelle beaucoup plus misérable que la vôtre

Cinq animaux qui ont une vie sexuelle vraiment minable
Cinq animaux qui ont une vie sexuelle vraiment minable
Pour beaucoup d'animaux, le sexe n'a rien d'une partie de plaisir et peut souvent mener à de bien tragiques conséquences. La preuve avec ces cinq espèces malchanceuses.
A lire aussi
Ce que la forme de votre visage révèle de votre vie sexuelle
News essentielles
Ce que la forme de votre visage révèle de votre vie...

Quand l'envie nous prend de nous plaindre de notre vie sexuelle, un simple regard en direction du royaume animal suffit généralement à nous rassurer. Soyons clairs : on a clairement tiré le gros lot dans le grand jeu de l'évolution. Le pactole, il est pour nous, et les autres espèces ont souvent la vie dure. Et s'il vous fallait plus de preuves, voici cinq animaux pour qui la saison des amours rime souvent avec misère, mort et douleur.

1. L'Antechinus de Stuart

L'Antechinus de Stuart est un petit marsupial au nom un peu classe et à la vie sexuelle aussi trépidante que tragique. Chaque printemps, ce minuscule carnivore aux allures de musaraigne du bush n'a qu'une idée en tête : BAISER SANS JAMAIS S'ARRÊTER. En prévision de ce marathon, le mâle passe les dix premiers mois à manger non-stop pour grandir et prendre des forces, parce qu'une fois que la saison des amours débarque, va falloir avoiner sévère.

En effet, pendant cette période, l'antechinus ne fait rien d'autre que de s'accoupler. Il ne mange plus, parce qu'il baise. Il ne dort plus, parce qu'il baise toujours. Il ne regarde pas Plus Belle La Vie parce qu'il est encore en train de baiser. 24 heures sur 24 et sept jours sur sept, l'antechinus passe de partenaire en partenaire, sans jamais s'arrêter. Et au bout de deux semaines de ce gros marathon du cul, tous les antechinus mâles tombent raides morts.

Et hop, rideau.
Et hop, rideau.

Résultat, il y a moins de compétition pour les petits à venir qui peuvent ainsi manger à leur faim et devenir grands et fort pour niquer tout le quartier et mourir à leur tour.

2. L'hippopotame

Certes, quand on voit la dégaine de l'hippopotame et qu'on sait en plus qu'il s'agit de l'un des animaux les plus dangereux du monde, on l'imagine mal passer en mode pétales de rose et Barry White pour pécho sa belle. Mais ça va encore plus loin que ça, puisqu'il a une technique bien particulière et relativement... oh, n'ayons pas peur des mots : tout bonnement dégueulasse.

La parade amoureuse de l'hippopotame passe par une étape assez classique, puisque le mâle se doit de marquer son territoire. Mais plutôt que de lâcher un petit pissou discrétos à des points stratégiques histoire de faire comprendre aux autres mâles qu'il faut qu'ils aillent matcher ailleurs, l'hippo voit les choses en grand : il se met donc à uriner et à déféquer en même temps et, pour être bien sûr que son territoire soit le plus vaste possible, il fait l'hélico avec sa queue pour envoyer ses fluides aux quatre coins du quartier, tel un gros propulseur à caca.

I'm sexy and I know it.
I'm sexy and I know it.

Voyant ça, les femelles hippopotames sont intriguées et charmées et s'approchent du mâle avant d'aller faire quelques préliminaires dans l'eau (probablement pour se nettoyer le cucul avant de passer à l'action, parce que bon, y a quand même des limites).

3. L'amazone à front blanc

Ce bel oiseau originaire d'Amérique Centrale a lui aussi une technique de drague très particulière qui implique l'utilisation de fluides corporels à des fins charnelles - mais si vous aviez déjà un peu de mal avec les histoires d'hélices à caca, celle-ci devrait finir de vous achever.

Commençons par le point mignon avant notre descente aux enfers : il s'agit de l'une des rares espèces animales qui pratique le baiser comme les humains. Oui, c'est chou. Lorsqu'ils trouvent un partenaire à leur goût, les amazones à front blanc commencent à s'embrasser (avec un bec rigide hein, donc c'est pas tout à fait la même compote mais on salue quand même l'initiative) et à jouer avec leurs langues comme nous quand on se roule des grosses pelles sur les Poetic Lovers.

"J'ai des cousins qui m'ont parlé d'un truc, ça te dit qu'on essaye ?"
"J'ai des cousins qui m'ont parlé d'un truc, ça te dit qu'on essaye ?"

La chaleur monte, les corps se rapprochent, les plumes frémissent sous le coup du désir et, d'un coup, pour montrer qu'il est vraiment chaud patate et bien content d'être là, le mâle montre son affection à sa femelle en lui vomissant dans la bouche. Comme ça, gratos. Il y en a qui disent même qu'il s'agit d'un cadeau, puisqu'il régurgite de la nourriture qu'il avait à la base mangée pour son bon plaisir mais qu'il choisit de s'en séparer pour l'offrir à sa belle. Et si ça c'est pas de la belle preuve d'amour, je sais pas ce qu'il vous faut.

4. La bruche du niébé

Encore un bien beau nom pour une espèce qui n'a, pour le coup, pas grand chose de très attrayant puisqu'il s'agit d'un insecte moyennement sexy (en même temps, je vous mets au défi de me trouver un insecte vraiment sexy). Mais cela ne l'empêche évidemment pas de trouver l'amour, parce que tout le monde n'accorde pas la même importance à l'apparence, fort heureusement, et la bruche en profite bien. Enfin, le mâle en tout cas. La femelle, elle, a beaucoup, beaucoup moins de chance.

Car voyez-vous, le mâle a une petite particularité assez singulière : il possède un énorme pénis surmonté de picots et d'épines. Résultat, les femelles sortent régulièrement de ces périodes de reproduction avec des blessures assez sévères et leurs organes reproducteurs sont généralement assez abîmés. Et parfois, elles en meurent.

Fallait aller au couvent.
Fallait aller au couvent.

Imaginez, c'est un peu comme si vous rameniez un mec chez vous et qu'au moment de baisser son froc vous vous retrouviez face à une énorme batte cloutée.

5. Le kakapo

Le kakapo n'a décidément pas beaucoup de chance : en plus d'avoir un nom vraiment pourri, il est menacé d'extinction et c'est la seule espèce de perroquet au monde qui soit incapable de voler. Autant dire qu'il part déjà avec un sacré handicap. Mais comme si ça ne suffisait pas, sa vie sexuelle est tellement merdique qu'elle est directement responsable de son statut d'espèce menacée.

Tout commence par la parade amoureuse du mâle, qui doit probablement figurer au panthéon des parades les moins efficaces. Au lieu d'aller chercher sa belle, de danser autour d'elle et de se battre avec d'autres mâles pour affirmer sa supériorité, le kakapo mâle creuse un petit trou dans la terre, y pose son cul, et se met à crier en espérant qu'une femelle passe dans le coin et entende son appel.

Le problème, c'est que les femelles n'arrivent pas toujours à identifier la provenance de ses cris et se retrouvent parfois à errer sans fin dans la forêt sans jamais trouver le mâle qui crie dans son trou. Et lorsqu'un mâle attend trop longtemps, et qu'il commence à se sentir un peu frustré de ne pas pouvoir s'accoupler, il a tendance à sauter sur tout ce qui bouge. Voire ce qui ne bouge pas. On peut donc voir des kakapos tenter de s'accoupler avec un gros caillou ou une branche, ou même avec un oiseau qui n'est pas du tout de la même espèce et qui ne pourra donc jamais jouer son rôle dans la grande chaîne de la reproduction.

Et, souvent, ils essayent même de s'accoupler avec la tête des pauvres gens venus tourner un documentaire sur eux, parce que bon, foutu pour foutu, autant essayer hein. Sur un malentendu, ça pourrait donner un truc viable.

Ça va pas très très bien marcher.
Ça va pas très très bien marcher.

Donc la prochaine fois que vous aurez envie de vous plaindre de votre vie sexuelle, estimez-vous heureuse de ne pas avoir à vous prendre une volée de caca en pleine poire ou de devoir traverser la jungle à l'oreille dans l'espoir de trouver un kakapo dans un trou.