6 conseils pour ne plus jamais se faire couper la parole en réunion

6 conseils pour ne plus jamais se faire couper la parole en réunion
6 conseils pour ne plus jamais se faire couper la parole en réunion
Ras le bol de vous faire couper sans cesse la parole par vos collègues lorsque vous êtes en réunion ? Voici 6 conseils à appliquer pour empêcher quiconque de vous interrompre pendant que vous parlez.
A lire aussi
Comment arrêter de se faire du souci : 6 conseils scientiquement prouvés
News essentielles
Comment arrêter de se faire du souci : 6 conseils...

Avez-vous remarqué qu'en réunion, les femmes sont beaucoup moins enclines que leurs homologues masculins à prendre la parole, et que lorsqu'elles prennent leur courage à deux mains et s'expriment enfin, il n'est pas rare qu'elles se fassent interrompre par un collaborateur ? À défaut d'être nouveau, ce phénomène a aujourd'hui un nom : le manterrupting.


Symptomatique de la façon dont sont aujourd'hui considérées les femmes de pouvoir en milieu professionnel – soit trop faibles, soit trop belliqueuses -, le manterrupting a fait en janvier dernier l'objet d'une tribune enflammée dans le New York Times par la directrice générale de Facebook, Sheryl Sandberg. Associée au chercheur de l'Université de Pennsylvanie Adam Grant, l'auteure d'En avant toutes ! dénonce la façon insidieuse dont les femmes sont découragées les femmes de prendre la parole en public.


"Nous avons tous deux vu ce phénomène se perpétuer, encore et encore", écrit Sheryl Sandberg. "Quand une femme prend la parole dans le milieu professionnel, elle est sur la corde raide. Soit on l'écoute à peine, soit on la juge trop agressive. Quand un homme dit la même chose, tout le monde hoche la tête pour saluer sa brillante idée. Les femmes en concluent que mieux vaut en dire le moins possible."


C'est vrai : en tant que femmes, nous avons toutes déjà rencontré des personnes au travail qui vous demandent d'exprimer une opinion avant de l'écraser avec leurs propres idées sans nous donner le temps d'argumenter. Pour éviter que cela ne se reproduise à nouveau, voici 6 approches listées par le Telegraph à mettre en pratique.

1. Parlez d'une voix forte et claire

Pour la fondatrice du réseau social pour parents Citymothers Louisa Symington-Mills, il est primordial "d'éviter d'envoyer à votre interlocuteur le message que vous pouvez être interrompu."


Et si elle reconnaît que ce n'est pas toujours aisé d'adapter la bonne tactique face à une situation donnée, il y a quelques trucs qui fonctionnent à coup sûr : maintenez votre élan quand vous parlez, faites de courtes pauses et surtout, gardez une voix forte et claire.

Enfin, sachez qu'abaisser la tonalité de votre voix peut apporter de la gravité et du pouvoir à vos propos.

2. Évitez les contacts visuels

Il suffit parfois d'un simple regard adressé à l'interrupteur-en-chef pour que celui-ci y voit la parfaite occasion de vous couper la parole et par la même occasion de vous faire perdre le fil de votre pensée. La parade imparable ? Ne jamais, au grand jamais le regarder pendant que vous vous adressez à une assemblée, même si vous sentez le contact brûlant de son regard sur vous.

3. N'ayez pas peur de les reprendre devant tout le monde

Souvent, l'interrupteur l'est un peu malgré lui. Toujours prompt à exprimer tout haut ce qu'il croit que tout le monde pense tout bas, il n'hésite pas à vous couper la parole, quitte à vous mettre dans une position extrêmement inconfortable. Car il n'y a rien de pire que de continuer à parler alors que quelqu'un d'autre tente par tous les moyens d'ajouter son grain de sel.


Pour lui faire comprendre que sa prise de parole est aussi mal venue qu'impolie, il ne faut pas hésiter à la remettre doctement à sa place. Du genre : "Je suis désolée, j'aimerais vraiment entendre votre point de vue, mais j'aimerais terminer ce que j'ai à dire avant." Si possible avec un sourcil relevé, pour plus d'effet.

4. Interrompez l'interrupteur

Si l'un de vos collaborateurs a pris l'habitude de couper la parole aux autres, prenez-le à son propre jeu en demandant aux autres personnes participant à la réunion de l'interrompre à tout bout de champ pour émettre des avis et des questions sur sa présentation. Il aura ainsi la désagréable impression que ses idées sont noyées dans une mer d'opinion et cessera probablement de vous couper sans cesse la chique. Quant à vous, vous aurez transformé une réunion boring en brainstorming stimulant.

5. Tenez-vous en à l'ordre du jour

Autre tactique pour murer dans le silence les interrupteurs intempestifs : annoncez dès le début de votre exposé les points que vous comptez aborder pendant le temps de parole qui vous a été imparti. En exposant clairement les contours de votre prise de parole, vous limitez le risque que l'on vous empêche de finir de parler. Et si c'est le cas, n'hésitez pas à remettre sèchement à sa place le malotru. Exemple : "Comme je l'ai dit précédemment, j'ai encore plusieurs éléments à aborder, mais j'accueillerais avec plaisir vos commentaires par la suite."
En plus de montrer à la personne qui vous interrompue qu'elle se montre grossière, vous lui signifiez clairement que vous ne tolérerez pas une nouvelle coupure.

6. Exposez le problème à votre collègue

Si malgré toutes ces astuces, votre collègue (ou pire, votre boss) persiste à vous interrompre à chaque fois que vous prenez la parole en public, il n'y a plus qu'une solution : organisez une entrevue avec votre collègue et expliquez-lui calmement et posément que vous avez besoin de temps pour exposer vos idées sans que personne ne vous interrompe. Si vous constatez qu'aucune amélioration n'a lieu lorsque vous vous rendez en réunion, espacez au maximum votre participation à ces réunions qui, de toute manière, sont généralement une perte de temps considérable. En plus de vous faire gagner chaque semaine de précieuses minutes, vous rendre uniquement aux réu indispensables aura probablement comme effet de faire comprendre à votre collaborateur qu'il est allé trop loin.

>> 5 conseils pour être (enfin) prise au sérieux au travail <<