Au Kansas, un politicien compare le Planning Familial à un camp de concentration nazi

Au Kansas, un politicien compare le Planning Familial à un camp de concentration nazi
Au Kansas, un politicien compare le Planning Familial à un camp de concentration nazi
Dans une lettre adressée au Planning Familial américain, un sénateur anti-avortement a comparé l'association qui aide les jeunes filles et femmes à contrôler leur sexualité à un camp de concentration nazi.
A lire aussi
Suppression du Pass Contraception : le Planning familial monte au créneau
News essentielles
Suppression du Pass Contraception : le Planning familial...

Le point Godwin ? Le sénateur Steve Fitzgerald of Leavenworth s'en contrefiche. À moins qu'il ne sache tout simplement pas de quoi il s'agit.

Cet élu républicain, farouchement opposé à l'avortement, a écrit une lettre au Planning Familial américain après avoir appris qu'un don de 25 dollars à l'organisation dispensant conseils sur la contraception et l'avortement avait été fait en son nom.

"Cela est aussi atroce, voire pire que de voir mon nom associer à Dachau", a écrit Steve Fitzgerald of Leavenworth dans sa lettre, que le Planning familial a rendue publique sur Twitter. "Honte à votre association et honte à quiconque voudrait salir mon nom en l'y associant de cette manière", a-t-il conclu.

Une comparaison honteuse, quand on sait que Dachau fut le premier camp de concentration établi par le régime nazi et que plus de 31 000 personnes y ont perdu la vie.

Visiblement peu ému par le sort réservé aux travailleurs du camp de Dachau, Steve Fitzgerald of Leavenworth en a rajouté une couche dans une interview qu'il a accordée au Kansas City Star. "Les nazis eux-mêmes doivent être irrités de la comparaison a-t-il ajouté. Ce que je veux dire, c'est qu'ils exterminent tous deux des vies humaines innocentes." En roue libre, il a ensuite demandé comment l'on se sentirait si quelqu'un faisait en notre nom un don similaire au Ku Klux Klan.

Interrogée par le Kansas City Star, la porte-parole du Planning Familial Bonyen Lee-Gilmore a déclaré que la lettre envoyée par le républicain avait appelé encore plus de dons faits en son nom. "Il tient un langage haineux qui ajoute de la honte et de la stigmatisation au recours à l'avortement légal et sûr. L'État du Kansas a beaucoup de mal avec ce genre de commentaires, qui est simplement une attaque inacceptable au droit des femmes à choisir."

Un point de vue partagé par Cecile Richards, présidente de la Fédération américaine des Plannings Familiaux, qui juge les commentaires du sénateur inquiétants pour l'avenir des femmes du Kansas. "Il devrait avoir honte. Il a le même genre de discours que ceux que nous observons parfois devant les centres de santé des femmes. Je suis vraiment troublée que ce genre de rhétorique et de langage soit considéré comme acceptable", a-t-elle expliqué.