Ce que les femmes pensent réellement du sexe anal

Ce que les femmes pensent réellement du sexe anal
Ce que les femmes pensent réellement du sexe anal
Selon une récente étude, 37 % des femmes avouent avoir déjà essayé la sodomie au cours de leur vie. Parmi elles, très peu reconnaissent avoir ressenti du plaisir. Il faut dire que la sodomie n'est franchement pas un sujet sur lequel on accepte de se livrer facilement. L'étude rèvéle en effet que, si cette pratique tend à se généraliser, elle reste encore associée à de nombreux stéréotypes.
A lire aussi
Les femmes doivent-elles (vraiment) arrêter de travailler le 7 novembre à 16h34 ?
News essentielles
Les femmes doivent-elles (vraiment) arrêter de travailler...

Pénétration plus profonde, sentiment de domination à son paroxysme, orgasmes plus puissants...la sodomie est particulièrement appréciée des hommes. Mais qu'en pensent les femmes ? Une récente étude publiée dans le Journal of Sex Research s'est penchée sur la question. Menée par l'universitaire Kimberly McBride, cette petite étude regroupe 33 Américaines hétérosexuelles. Elles discuté ensemble librement et anonymement de ce qu'elles pensaient de la sodomie. Et les résultats ne sont pas si étonnants.

Que va-t-on penser de moi ?

Les participantes ont convenu plus ou moins à l'unanimité qu'elles étaient mal à l'aise face à l'idée que l'on sache qu'elles pratiquent la sodomie. "Je pense que c'est quelque chose que beaucoup de monde essaie mais personne n'en parle vraiment, confie une femme de 27 ans. Le sexe vaginal, on en parle tous ouvertement mais le sexe anal, c'est tabou." Dans ce contexte de stigmatisation, pas étonnant que le plaisir qu'une femme lors d'une pénétration anale soit limité. Les hommes, au contraire, n'ont aucune honte à en parler, souligne l'étude. "Si un homme évoque le sujet, tout le monde va lui dire "oh mec c'est tellement génial" alors que si une fille dit qu'elle l'a déjà fait, elle va directement être qualifiée de salope", constate amèrement l'une des participantes.

L'expérience a également démontré que la plupart des femmes qui avouent pratiquer la sodomie a tendance à dire que c'était "une idée de leur partenaire" et non pas la leur. "Les filles le font pour faire plaisir à leur mec parce qu'ils aiment presque tous ça", déclare une sondée. Une autre confirme : "Pour moi, ce n'est pas parce que je le voulais... mais parce qu'il me l'avait demandé. A partir de là, c'est juste quelque chose que tu fais... Ce n'est pas pour mon propre plaisir mais pour le sien".

Toujours selon le sondage, certaines femmes ont peur de décevoir leur compagnon, voire de le perdre, ce qui les pousserait à accepter une pénétration anale. "Ces femmes vont faire ce qu'elles pensent devoir faire pour garder leur mec. S'il veut leur c**, elles leur donneront", regrette une jeune participante.

Un nouveau monde

Malgré leurs réticences, les femmes sondées ont exprimé qu'elles étaient quand même curieuses de découvrir de nouvelles sensations. L'une d'entre elles a même confié connaître une femme qui préfère désormais le sexe anal au sexe vaginal. "Quand elle a essayé par derrière, elle a aimé presque immédiatement. C'était différent et nouveau", raconte-t-elle. Les femmes les plus à l'aise pour évoquer le sujet confirment que la sodomie offre des sensations très différentes de la pénétration vaginale. De plus, "braver cet interdit" devient une excitation supplémentaire. D'autres qui n'ont pas encore passé le cap avec le pénis de leur partenaire, affirment que stimuler l'anus avec un jouet ou les doigts suffit à décupler leur plaisir pendant un rapport vaginal. "Par exemple, pendant la levrette, j'aime bien que mon homme utilise ses doigts ou un vibro pour me stimuler à cet endroit-là. C'est une sensation très agréable", confesse une participante de 26 ans.

Hygiène et douleur : les deux points noirs du tableau

Les femmes ne sont donc pas très portées sur le sexe anal, mais sans y être totalement opposés. Il faut dire qu'offrir un orifice qui n'est pas censé accueillir un élément étranger est pour le moins effrayant, notamment par rapport à l'hygiène. Comme on ne peut pas voir notre propre anus, on rechigne à donner à notre partenaire quelque chose que l'on ne contrôle pas. Est-ce propre ? Est-ce désirable ?

Mais rassurez-vous : les hommes qui s'intéressent à la "porte de derrière" savent clairement à quoi s'attendre. Il est donc important de savoir quelques choses simples pour éviter de mauvaises surprises. Après en avoir longuement parlé ensemble, les femmes redoutent quand même de souffrir. En effet, cette partie du corps ne lubrifie pas naturellement donc il est important d'utiliser un lubrifiant pour ne pas avoir mal.

Toutefois, la première fois est souvent douloureuse, notamment à cause de la peur et de l'appréhension. Les discussions des femmes qui ont participé à l'étude le confirment : la plupart d'entre elles a déclaré avoir eu mal. "C'est terrible. J'ai essayé plein de trucs mais ça, vraiment, non", témoigne l'une d'entre elles. Une autre résume ce que beaucoup pensent : "Après un certain temps, on s'habitue et la douleur devient du plaisir". Elles ont d'ailleurs beaucoup discuté de la préparation pour réussir une sodomie. Il est sûrement inutile de vous dire de vous détendre, mais c'est la meilleure des solutions... Les préliminaires vous y aideront grandement. Il faut y aller doucement, pour ne pas risquer une déchirure. Pendant l'acte, n'hésitez pas à communiquer avec votre partenaire et à lui faire part de vos sensations.

Ce que l'on retient de l'étude

Sortie peu à peu de l'ombre, la sodomie est aujourd'hui pratiquée par de plus en plus de couples. Si les hommes ne sont pas mal à l'aise face à cette pratique, les femmes, elles, ont encore du mal à se livrer sur le sujet. Entre la peur du jugement ou encore la peur de la douleur, elles font tomber petit à petit tomber les tabous autour du sexe anal.