Christine and the Queens : "Je suis bisexuelle"

Christine and the Queens
Christine and the Queens
Les étiquettes ? Héloïse Letissier, alias Christine and the Queens s'y refuse. Dans un entretien accordé au magazine "Elle", la nouvelle sensation pop française affirme sa bisexualité et refuse qu'on la définisse en fonction d'un genre.
A lire aussi
Christine and The Queens : la géniale parodie de Florence Foresti (Vidéo)
musique
Christine and The Queens : la géniale parodie de Florence...

Qu'il s'agisse de sa musique ou de sa vie privée, Héloïse Letissier alias Christine and the Queens n'est pas du genre à tergiverser. Celle qui, en février dernier, a été sacrée artiste interprète féminine aux Victoires de la musique défend farouchement son identité musicale, qu'elle veut syncrétique. Les étiquettes ? Très peu pour la jeune femme de 26 ans, qui prône le non-choix comme règle musicale, mais aussi comme philosophie de vie.


Concernant son identité musicale, elle explique dans un entretien à Gala : "Je n'avais pas envie de choisir un style, juste de tirer les fils de chansons qui racontent une émotion particulière, en ne m'interdisant aucun langage, en assumant celui qui m'est propre. Je pense que c'est ma façon de crier haut et fort : ne me mettez pas dans une case !"


Même chose lorsqu'il s'agit de sa sexualité. Ni masculine, ni féminine, Christine and the Queens refuse qu'on la catégorise. Une particularité qu'elle tient de son éducation. Dans une interview accordée à Elle , Héloïse raconte : "Mon père, qui fait des colloques sur les "gender studies", m'a fait lire Judith Butler à 15 ans et, même si je ne suis pas visiblement androgyne, j'ai toujours vécu le masculin et le féminin comme une parodie. Je suis bisexuelle. Je fais vraiment partie des gens qui peuvent tomber amoureux de quelqu'un en fonction de sa personnalité et pas de son sexe. Et, dès qu'on est différent, on est toujours obligé de se définir par rapport à une norme, même si on n'en fait pas partie. J'ai donc beaucoup réfléchi à la question."


Revendiquant farouchement cette liberté de "ne pas choisir", Christine and the Queens poursuit dans Gala : "Quand à Londres, alors que je fréquentais assidûment le club Madame Jojo's où des travestis chantent du rock, j'ai découvert leur incroyable liberté, celle que je n'avais jamais eue, mais dont je rêvais. Ces travestis sont devenus des amis, ils ont été ma source d'inspiration et de création. Ils m'ont donné l'idée de me créer un personnage, de m'inventer une autre silhouette, une autre manière d'évoluer dans l'espace. Christine, avant d'être un projet musical, a été ma solution pour exister correctement. Les Queens de Chris¬tine and the Queens, c'est un hommage que je leur rends. Sans eux, je ne serais pas là aujourd'hui. Je peux dire que je suis née une seconde fois en 2010."

À voir
Aussi