Comment entraîner son cerveau à penser positivement

Comment entraîner son cerveau à penser positivement
Comment entraîner son cerveau à penser positivement
Si personne n'est à l'abri d'un petit coup de mou, considérer la situation d'une toute autre manière et changer quelques-unes de nos habitudes pourraient bien adoucir notre cadre vie.
A lire aussi
La grossesse transforme le cerveau des femmes sur le long terme
News essentielles
La grossesse transforme le cerveau des femmes sur le long...

Les différents aléas du quotidien peuvent parfois nous amener à vivre dans une sphère négative. Pour s'en sortir, il existe des solutions toutes simples à appliquer tous les jours. Car la pensée positive, ça se cultive.

La positivité est un peu comme un muscle : sans entraînement régulier, il faiblit. Au contraire, à force de pratique, il se renforce et votre aptitude à adopter une pensée positive va s'accroître, peu importe la situation. L'objectif n'est pas tant d'afficher un optimisme naïf mais plutôt de voir les choses du bon côté.

Prendre conscience et accepter sa négativité

Mais seulement pour mieux la contrer ! Le négatif est un sentiment qui émane la plupart du temps de nous-même. Il faut donc apprendre à l'identifier. À partir de là, le but va être d'effectuer un gros travail personnel.

Quand la pensée négative devient une habitude, il apparaît assez difficile de s'en dissocier. À la moindre occasion, on va se plaindre sans vraiment s'en rendre compte : un ascenseur en panne, un RER qui tarde à arriver, un rendez-vous décommandé. Bref, autant de petites choses qui, à force, ternissent notre journéee. Alors, la prochaine fois que cela arrive, la meilleure chose reste de cibler cette mauvaise pensée et de prendre tout de suite la décision de chercher du positif. Un ami n'honore pas un rendez-vous fixé depuis plusieurs jours ? Certes, cela est embêtant, mais on dispose alors de plus de temps libre pour soi ou pour s'adonner à une nouvelle activité.

Tenir un journal de gratitude

À l'image de notre tendre adolescence où le journal intime était un rendez-vous régulier, pourquoi ne pas poursuivre cette habitude ? Coucher nos émotions sur le papier va permettre une certaine mise à distance des problèmes.

Tenir un journal intime
Tenir un journal intime

Chaque soir, avant d'aller dormir, on liste trois événements arrivés dans la journée et pour lesquelles on est particulièrement reconnaissante. Cela peut aller d'un bus attrapé in extremis, à la reconnaissance de notre boss ou encore le bouclage d'un dossier avant l'échéance. Une posture qui, en ne se concentrant seulement sur les bonnes expériences, permet plus facilement d'oublier les mauvaises.

Se fixer des objectifs

Se fixer des objectifs aide à se sentir plus confiant et donne de l'espoir, et cela même si nous ne les avons pas accomplis dans l'immédiat. Une attitude qui permet donc d'appréhender le quotidien d'un oeil nouveau et surtout de se désolidariser des événements négatifs.

Mais se fixer des buts à atteindre ne suffit pas. Il est important, si ce n'est primordial, de croire en son potentiel. Les personnes confiantes auront tendance à davantage persévérer dans ce qu'elles entreprennent et seraient donc plus attentives à leur environnement. Une chose en amenant une autre, elles seraient plus aptes à rester positive et auront tendance à chercher des solutions aux problèmes plutôt que de se laisser dépasser par les événements. Mais l'inverse se vérifie également. On ne se sent pas à la hauteur ? De fait, on ne se donne pas les moyens en restant dans votre zone de confort, tout en pensant que le sort s'abat sur nous. Un incessant cercle vicieux.

Se concentrer sur le présent

Bien souvent, les pensées négatives apparaissent parce que nous ne réussissons pas à faire la part des choses. Apprendre à se concentrer sur l'instant présent apparaît comme une des meilleures solutions pour ne plus penser de manière négative.

Il faut savoir que ressasser sans cesse les événements n'y changeront rien - surtout que cette attitude nourrit des comportements autodestructeurs. Quiconque pense qu'en faisant X ou X chose, la situation se serait améliorée, reste emprisonné dans son propre jugement. La vérité est que, si on avait pu - ou su - faire autrement, on l'aurait fait. Le mieux reste alors de réfléchir aux meilleurs moyens de se sortir de cette mauvaise passe pour enfin aller de l'avant.