Il photographie des rousses à travers le monde pour lutter contre les clichés

Il photographie des rousses du monde entier pour lutter contre les discriminations
Il photographie des rousses du monde entier pour lutter contre les discriminations
Durant trois ans, Brian Dowling a voyagé aux quatre coins du monde dans le seul but de photographier des rousses. Une façon pour lui de démonter les vilains clichés qui entourent cette minorité capillaire et démontrer par la même occasion que les rousses n'ont rien à envier aux brunettes et aux blondes. Des clichés canons qui pourraient bien devenir bientôt un livre.
A lire aussi
5 inventions techno pour lutter contre les agressions sexuelles
News essentielles
5 inventions techno pour lutter contre les agressions...

Marginalisés depuis des siècles, les roux ont connu toutes les formes du rejet. Associés à la sorcellerie et même au Diable en personne, ils tiendraient la couleur de leur chevelure du soufre présent en Enfer. Et l'odeur du soufre, comme on le sait, se rapproche de l'oeuf pourri... Voilà, voilà, s'il faut remonter plusieurs siècles en arrière pour rencontrer ce genre d'histoire, il suffit de faire un petit tour sur Internet pour se rendre compte que les croyances sont tenaces. Sujets de toutes sortes de moqueries, les rouquins subissent discriminations morale et physique et cela dans l'indifférence générale. C'est justement pour démonter tous les clichés qui entourent cette minorité (ils sont 5% en France) que le photographe américain Brian Dowling a eu l'idée de tirer le portrait de femmes rousses dénichées aux quatre coins de la planète. Intitulé "Redhead Beauty", le projet lui a pris 3 ans de sa vie. Mais le résultat est là, et il est à couper le souffle.

Interrogé par The Telegraph, le photographe a expliqué qu'il avait eu l'idée de ce projet en apprenant de la bouche d'une amie - rousse évidemment - qu'elle avait été victime de discrimination. Un tourment qui lui a rappelé ses propres années de lycée : "Le harcèlement envers les roux est un vrai problème. Moi-même, j'ai été brutalisé à l'école car je sortais avec une rousse". Bien décidé à montrer que les roux ne comptent pas pour des prunes et qu'ils sont beaux, Brian Dowling a donc fait sa valise et est parti à la recherche de modèles à la crinière flamboyante. Il a voyagé dans 20 pays différents et photographié 130 femmes. "Je voulais montrer leur beauté naturelle. J'ai réalisé ce projet sans maquilleur, sans lumière spéciale et avec les moins de retouches possibles sur Photoshop. Je voulais qu'il soit évident que ces photos sont les véritables réflexions des modèles. Surtout, avec ces photos, je voulais que les gens arrêtent de propager des stéréotypes sur les roux".

Des messages reçus du monde entier

Depuis qu'il a mis en ligne ses photographies, Brian Dowling a reçu de très nombreux messages : "Des roux du monde entier m'ont écrit pour me dire que mes photos les avait aidés à gagner confiance en eux. Ils se retrouvent sur ma page Instagram pour partager leurs histoires et demandent des conseils pour lutter contre le harcèlement qu'ils subissent. Et puis beaucoup de personnes non-rousses m'ont aussi écrit pour me dire que grâce à mon projet, leur perception de cette population avait changé". Et de conclure : "Les traits pour lesquels les roux sont moqués - leurs cheveux, leurs tâches de rousseur, la pâleur de leur peau - sont les mêmes traits qui les rendent beaux".

Brian Dowling espère maintenant transformer son projet en livre de recueil de photos. Il vient donc de mettre en place un financement participatif sur la plateforme Kickstarter (le jour de la Saint Patrick, ça ne s'invente pas), et espère récolter 18 000 dollars. En attendant de savoir si le photographe arrivera à ses fins, vous pouvez toujours relire notre article : 10 bonnes raisons de choper un roux.