La thérapie horticole : pourquoi s'y mettre pour être plus heureuse

Une femme pratiquant l'hortithérapie.
Une femme pratiquant l'hortithérapie.
Vaincre ses maux mentaux et physiques plus efficacement ou plus rapidement grâce à la nature et au jardinage, c'est ce que propose l'hortithérapie. Pourquoi faut-il y succomber ?
A lire aussi
La Loi de Jante : 10 règles à piquer aux Danois pour être plus heureuse
News essentielles
La Loi de Jante : 10 règles à piquer aux Danois pour être...

Qu'est-ce que l'hortithérapie ? Il s'agit d'une thérapie physique et psychique axée sur le lien avec la nature. Cette "thérapie horticole" aurait même de véritables effets bénéfiques pour lutter contre la maladie d'Alzheimer, l'autisme, l'hyperactivité ou encore l'anorexie. Bien sûr, il ne s'agit pas de remplacer les médicaments par le jardinage (dont les bienfaits sur la santé sont innombrables), mais d'aider les personnes en réactivant leurs fonctions sensorielles jusqu'alors un peu groggy.

"Ce qu'aiment les gens dans le jardinage et l'horticulture, c'est le fait de se sentir en symbiose totale avec la nature, soit quelque chose de rare à notre époque", explique le docteur Elan Barenholz, professeur en psychologie à l'Université de Florideau au site Mother Nature Network. Même en intérieur, la végétation peut avoir des avantages, comme un gardénia posé sur votre bureau par exemple. Une étude menée en 2010 par le Journal of Health Psychology a montré que le fait de lire un livre et jardiner réduisait le niveau de stress.

A Hawaii, des centres de détention pour mineurs organisent des ateliers jardinages. Le directeur de la thérapie par l'horticulture Travis Slagle a expliqué à la radio NPR que le fait de jardiner prodigue un apaisement qui constate avec l'ambiance tumultueuse qui peut régner dans leur environnement naturel.

Si les États-Unis, la Grande-Bretagne, le Canada et le Japon ont déjà mis en place des évènements autour des thérapies par le jardinage, la France est un peu à la traîne. Depuis quelques années pourtant, certains organismes et associations tentent de mettre en place certaines expériences et colloques. C'est le cas notamment jardin thérapeutique pour les patients atteints d'Alzheimer prochainement inauguré au CHU de Nancy et de Graine de vie, le jardin thérapeutique de l'Institut Curie pour des malades cancéreux, inauguré en juin 2009.

En 1982, un article paru dans le magazine Science a établi que certains patients avait moins de mal à se remettre d'une opération et se sentaient plus apaisés lorsque leur fenêtre donnait sur un paysage naturel.

Quatre ans plus tard, les scientifiques Ulrich et Simons, sont parvenus à prouver que la simple vue des plantes baissait les symptômes physiologiques liés au stress (baisse de tension musculaire et de la pression artérielle, rééquilibrage du rythme cardiaque, etc.) Depuis, des chercheurs tentent de montrer que le jardinage pourrait atténuer les comportements agressifs chez les jeunes.

Le docteur Elan Barenholz explique qu'"à l'époque préhistorique, l'intérêt de vivre dans un espace verdoyant était de pouvoir chasser et de profiter de la richesse de la faune et de la flore."

Il ajoute qu'à notre époque, le fait de se trouver dans un environnement extérieur permet de "créer de bons souvenirs, un sentiment de liberté et d'aventure (...) plutôt que ceux qui se trouvent dans des lieux enfermés".

"Lorsque nous sommes adultes, nous ressentons moins de stress lorsque nous sommes dans la nature, ce qui n'arrive pas souvent dans notre vie de tous les jours. L'hortithérapie représente un très bon moyen d'interagir avec la nature et nous apporte notre 'dose' de nature".

Alors, ça vaut le coup d'essayer, non ?