L'Université du Texas autorise ses étudiants à venir armés en classe

L'Université du Texas autorise ses étudiants à venir armés en classe
L'Université du Texas autorise ses étudiants à venir armés en classe
Dès la rentrée prochaine, les étudiants de l'Université du Texas, aux États-Unis, pourront se rendre en cours avec une arme à feu dans leur sac à dos. C'est ce qu'a annoncé le président du campus ce mercredi, se pliant ainsi à contre coeur à un projet de loi adopté par les parlementaires locaux.
A lire aussi
Le hand spinner classé parmi les jouets les plus dangereux
News essentielles
Le hand spinner classé parmi les jouets les plus dangereux

Dès le mois d'août, se balader sur le campus avec une arme de poing dissimulée dans la poche d'une veste ou un sac à dos ne sera plus interdit aux étudiants de l'Université du Texas. Contraint de se plier à une loi approuvée l'an dernier par les parlementaires républicains de l'État, le président de l'Université a annoncé à contrecoeur que les armes à feu de petit calibre seraient autorisées à la rentrée dans les salles de classe et les parties communes du campus pour les 50 000 étudiants du campus. En revanche, elles resteront proscrites pour des questions de sécurité dans les dortoirs, certains laboratoires de recherche, les infirmeries et lors des événements sportifs.

"Je ne crois pas que les armes de poing aient leur place sur un campus universitaire, a déclaré Gregory Fenves, le président de l'Université. Mais prendre cette décision a été le plus grand problème de ma présidence à ce jour."
Située à Austin, une enclave progressiste au sud de l'État, l'Université du Texas avait jusqu'ici été décrétée "zone sans armes" en raison des risques que ces dernières représentaient pour les étudiants et le personnel. En 1966, l'Université avait en effet été le théâtre de la toute première fusillade de masse dans le pays. Posté en haut de la tour horloge du bâtiment principal, Charles Whitman, un ancien marine de 31 ans, avait ouvert le feu, tuant 16 personnes et en blessant 30 autres.

"Je compatis avec les nombreux membres de la faculté, membres du personnel, étudiants et parents d'étudiants qui ont signé des pétitions, envoyé des courriels et des lettres, et qui se sont organisés pour interdire les armes du campus et plus particulièrement des salles de classe", a poursuivi Gregory Fenves.

Étudiants et professeurs contre les armes à feu

Si la mesure dite "Campus Carry" a été adoptée grâce à la pression des lobbys pro-armes, elle a néanmoins rencontré une vive résistance de la part des étudiants, des professeurs et d'autres membres du personnel, y compris de la part de William McRaven, le chancelier de l'Université du Texas et ancien chef du Commandement des opérations spéciales US ayant conduit à la mort d'Oussama Ben Laden.

"La présence d'armes de poing dans un établissement d'enseignement supérieur est contraire à notre mission d'éducation et de recherche, qui est basé sur l'enquête, la liberté d'expression, et le débat", a écrivait récemment le président Fenves dans une lettre adressée à McRaven.

Selon Mashable , près de 1 700 professeurs de l'Université ont signé une pétition pour interdire , en vain, les armes dans les salles de classe.Gun-Free UT, un groupe rassemblant étudiants, personnel et corps professoral a aussi manifesté à plusieurs reprises, arguant que permettre la présence d'armes à feu dans les salles de classe allait créer une atmosphère menaçante et la liberté d'expression sur le campus. Professeur à UT Austin, le prix Nobel de physique Steven Weinsberg a quant à lui déclaré que seuls les étudiants non-armés pourront assister à ses cours.