La diaboulimie, un trouble alimentaire aussi dangereux que méconnu

La diaboulimie, ce trouble alimentaire qui fait des ravages
La diaboulimie, ce trouble alimentaire qui fait des ravages
Moins connue que l'anorexie et la boulimie, la "diaboulimie" désigne un trouble alimentaire tout aussi grave et à prendre très au sérieux. Un documentaire anglais diffusé en septembre dernier fait la lumière sur ce phénomène de santé qui reste encore (trop) méconnu.
A lire aussi
L'orthorexie, ce désordre alimentaire étrangement méconnu
News essentielles
L'orthorexie, ce désordre alimentaire étrangement méconnu

Si l'anorexie et la boulimie sont des maladies identifiées depuis longtemps, un trouble du comportement alimentaire plus récent inquiète les professionnels de santé : la "diaboulimie". Aussi intrigant qu'effrayant, le terme se réfère à deux pathologies bien connues : la boulimie et le diabète. Plus précisément, ce trouble concerne les personnes atteintes de diabète de type 1 qui réduisent ou interrompent leurs injections d'insuline dans le but de perdre du poids.

Selon une étude publiée en 2015 dans la revue American Association Diabetes, ce phénomène toucherait majoritairement les jeunes femmes âgées entre 15 et 30 ans. En 2013, l'organisation britannique NHS National diabetic information service a par ailleurs rapporté que 8 472 personnes ont été admises à l'hôpital en Grande-Bretagne entre le 1er avril 2010 et le 31 mars 2011. Ces patients souffraient d'acidocétose, terme médical employé pour désigner un important manque d'insuline chez les diabétiques.

Des risques potentiellement mortels

Naturellement secrétée par le pancréas chez les non diabétiques, l'insuline désigne une hormone qui permet de transformer le sucre en énergie. Quand le corps ne produit pas d'insuline, l'organisme élimine automatiquement le sucre par voie urinaire. Ce processus entraîne un déclin progressif des muscles et des graisses stockées dans le corps, ce qui, à long terme provoque une perte de poids importante. Mais l'amaigrissement n'est pas la seule conséquence de ce "régime anti-insuline". À long terme, l'acidocétose diabétique peut entraîner de très graves problèmes de santé potentiellement mortels : vomissements, douleurs abdominales aiguës, difficultés à respirer et -dans les cas extrêmes- perte de conscience, état comateux et décès.

La diaboulimie, ce trouble alimentaire qui fait des ravages

Un comportement "addictif"

En septembre dernier, la BBC Three et la BBC Newsbeat ont consacré un documentaire à ce phénomène. Intitulé Diaboulimie: Le trouble alimentaire le plus dangereux du monde, le film suit trois jeunes femmes atteintes de diaboulimie. Gemma, 22 ans, diagnostiquée de diabète de type 1 depuis l'âge de 12 ans, raconte que le fait de ne pas injecter correctement son insuline est devenu "addictif", car "cela vous permet de manger ce que vous voulez et perdre du poids". Becky, 29 ans, atteinte de troubles alimentaires depuis l'âge de 8 ans et diabétique depuis 10 ans, a frôlé la mort à deux reprises. La jeune femme- qui est parvenue à vaincre sa diaboulimie depuis- estime que la stigmatisation autour du diabète peut parfois inciter ceux qui souffrent de cette maladie à vouloir perdre du poids.

Khalida Ismail, professeure et psychiatre responsable du diabète au centre académique londonien King's Health Partners, déplore une absence de soutien psychologique chez les patients atteints de diabète. Et pour cause : l'omission de l'insuline au profit de la perte de poids n'est actuellement pas considérée comme un trouble du comportement alimentaire au sein de la sphère médicale, rappelle le documentaire. Selon le Pr Ismail, reconnaître officiellement la diaboulimie comme une maladie représente une étape incontournable pour une meilleure prise en charge des patients diabétiques souffrant de troubles alimentaires.

Récemment, des spécialistes de santé ont tiré la sonnette d'alarme après avoir identifié un autre trouble alimentaire : la "drunkorexie", un régime qui consiste à zapper le dîner au profit d'une soirée alcoolisée afin d'ingérer le moins de calories possible. Un comportement qui, selon les experts, est directement associé aux diktats de beauté féminine consistant à vanter les mérites des silhouettes ultra-minces... quitte à mettre sa santé en danger.