Le zapping professionnel peut-il nuire à votre carrière ?

Le zapping professionnel est-il néfaste pour votre carrière ?
Le zapping professionnel est-il néfaste pour votre carrière ?
Il est révolu le temps où l'on bâtissait sa carrière dans une seule et même entreprise. Avec leur arrivée sur le marché du travail, les salariés de la génération Y ont démocratisé le "zapping" professionnel en changeant d'emploi tous les 2 ou 3 ans. Mais papillonner de job en job est-il vraiment recommandé ? On pèse les pour et les contre.
A lire aussi
Évolution professionnelle : nos conseils pour booster votre carrière
Mag
Évolution professionnelle : nos conseils pour booster...

Si vous êtes âgée d'une vingtaine ou d'une trentaine d'années, il est fort probable que la carrière que vos parents ont bâtie dans une seule entreprise ne vous fasse que moyennement rêver. Peu importe leur accomplissement personnel ou le cheminement de leur réussite, il vous semble inconcevable de passer trente ou quarante ans dans la même société, au risque de vous ennuyer. Ou pire, au risque de vous encroûter et de passer à côté d'offres enthousiasmantes.

C'est normal : vous faites partie d'une génération de "zappeurs". Selon une enquête menée en 2013 par Millenial Branding et le site de networking Beyond.com , 30% des entreprises perdront 15% ou plus de leurs salariés issus de la génération Y d'ici un an.

Persuadés que "l'herbe est plus verte ailleurs", les jeunes travailleurs n'hésitent pas à changer fréquemment d'emploi, parfois tous les deux ou trois ans pour obtenir un meilleur salaire ou un meilleur job.

Le zappeur est trop peu fiable

Mais papillonner d'un job à l'autre peut aussi s'avérer préjudiciable, si l'on en croit les experts RH. D'après une enquête menée par Accoutemps en juin 2015 auprès de 1 765 DRH dans 9 pays, 83% des chargés de recrutement interrogés se disent réticent à l'idée d'embaucher un "zappeur".

Considéré comme instable, peu loyal et incapable de s'engager sur le long terme, le zappeur fait peur aux entreprises. Si vous avez pris l'habitude de changer d'emploi, vous pourriez en pâtir, les recruteurs étant de plus en plus réticents à l'idée d'embaucher et de former un salarié qui leur fera faux bond au bout d'une année ou deux. Ils vous préféreront un concurrent dont le CV reflète une certaine stabilité et qui semble prêt à s'engager dans la durée. Si vous avez un passé de zappeur et que l'on vous pose la question en entretien, tenez-vous prêt.e à expliquer clairement vous avez quitté chacun de vos postes.

Autre argument en défaveur du zappeur : en changeant fréquemment d'emploi, ce dernier risque de passer à côté de promotions en interne. Il ne faut pas oublier que la plupart des postes de direction au sein de grandes entreprises sont occupés non pas par des zappeurs, mais par ses employés en poste depuis des années. Si vous travaillez dans une société dans laquelle vous vous sentez bien mais que vous n'avez pas encore le poste de vos rêves, tâchez d'ignorer – du moins pendant quelques temps - cette petite voix qui vous affirme que c'est mieux ailleurs et attendez de voir lors de votre entretien annuel si l'on vous propose une promotion ou une augmentation.

Le zappeur développe ses compétences

Mais il est aussi tout à fait possible de tirer parti de son profil de zappeur lors d'un entretien en mettant l'accent sur les compétences acquises au sein des différents postes occupés. Le tout est de bien savoir se vendre auprès du recruteur pour que cet aspect de votre CV ne soit pas vu comme un handicap. Si vous êtes interrogée sur vos changements réguliers d'emploi, précisez que vous êtes avant tout une challengeuse qui aime relever des défis et qui souhaite construire une carrière cohérente et dynamique. Arguez que vos différents postes occupés vous ont permis de gravir rapidement les échelons, de booster votre salaire et surtout de vous construire un réseau professionnel conséquent et qualitatif.

Enfin, il faut préciser que le zapping professionnel profite à certains secteurs comme l'informatique, le secteur hôtelier, le commerce de détail et la fabrication. Dans ces milieux très concurrentiels où sont pratiquées des méthodes de recrutement agressives, il n'est pas rare que les employés changent régulièrement de job.