Les Tamagotchi sont-ils sexistes ?

Les nouveaux Tamagotchi
Les nouveaux Tamagotchi
Le Tamagotchi fait son grand retour en France ce mercredi 25 octobre. Si la génération des années 90 a de quoi se réjouir, le fabriquant Bandai a expliqué dans un communiqué compilant clichés et préjugés sexistes que le gadget allait "pimenter le quotidien de la mère de famille".
A lire aussi
"J'ai entendu des propos sexistes tout au long de mes études de médecine"
News essentielles
"J'ai entendu des propos sexistes tout au long de mes...

Le Tamagotchi est de retour. Ce petit gadget électronique qui avait envahi les cours de récréation dans les années 90 a été réédité à l'occasion de ses 20 ans et remis à la vente dans les magasins JouéClub. Si la nouvelle a été accueillie avec enthousiasme, il semblerait que le positionnement marketing du fabriquant aligne pourtant quelques clichés. Dans son communiqué de presse repéré par France Info, Bandai France annonce que le Tamagotchi va "bousculer l'emploi du temps bien rodé et overbooké de toutes les mamans millenials". Comprenez : les mères de famille du XXIe siècle.

Compilant clichés et préjugés sexistes, le département français du fabricant japonais ajoute : "Fini les posts Facebook matinaux et le maquillage parfait avant de partir travailler : l'iconique et attachant petit oeuf revient pimenter le quotidien de la mère de famille façon MUST HAVE 2017". Rappelons qu'à la suite d'un sondage réalisé en 2013, le Daily Mail avait répertorié 26 tâches que les mamans avec une activité professionnelle devaient effectuer entre leur réveil et leur départ au travail.

Communiqué de presse de Bandai.
Communiqué de presse de Bandai.

En somme, le fabricant n'hésite pas à réduire la mère de famille à une accro aux réseaux sociaux superficielle pour écouler ses 8500 produits. Mais le service communication de Bandai France va plus loin et insiste sur le fait que "les mamans ont intérêt à revoir leur priorité (...) le biberon du matin du petit dernier va devoir attendre que la toilette du Tamagotchi soit faite... sinon c'est la cata !". Traduction : laissez vos marmots trempés dans leur couche sale, le Tamagotchi passe en premier. Sans compter que selon la vision très conservatrice de Bandai, il n'y a bien sûr que "la maman" qui s'occupe du bébé.

Mais que la "maman millenial" se rassure, le Tamagotchi est désormais plus petit que celui qui s'était jadis écoulé à 76 millions d'exemplaires : "idéal pour se faufiler dans les micro-sacs à main et poches de jean ultra-slim... Plus d'excuse pour les accros du shopping et business women", précise le communiqué de presse. Des arguments de vente stupéfiants qui compilent les clichés sexistes et minimisent la charge mentale des working mums.

Aucune "volonté sexiste"

Contacté par France Info, Bandai a affirmé que son positionnement résultait de plusieurs études réalisées en France dans les années 90.

"Le modèle de jeu, qui est celui d'un animal virtuel dont on prend soin, se rapproche du marché de la poupée ou celui de la peluche, qui sont assez féminins", a précisé Mathilde Dezalys, directrice générale de Bandai France. Aucune "volonté sexiste" cependant : "Le texte a été rédigé par trois femmes, qui se sont inspirées de leur quotidien et sont parties sur un côté fun et rigolo", précise-t-elle, concédant que le communiqué puisse être mal interprété. Nous voilà rassurées.