Le manque de sommeil chez les jeunes parents aurait des effets surprenants

Hallucinations, oubli du prénom du bébé : les conséquences des nuits des jeunes parents
Hallucinations, oubli du prénom du bébé : les conséquences des nuits des jeunes parents
Quand un bébé arrive dans une famille, les parents sont certes fou de joie, mais accusent une dette de sommeil importante. Selon une nouvelle étude, ce manque de sommeil équivaudrait à 50 nuits pour la première année qui suit la naissance d'un enfant.
A lire aussi
Le "juuling" : quelle est cette tendance chez les ados qui inquiète les parents ?
News essentielles
Le "juuling" : quelle est cette tendance chez les ados...

Tout parent connaît les joies liées à la naissance d'un enfant. Mais ils savent également que l'arrivée de bébé implique de dire adieu aux nuits complètes et qu'il va falloir tout gérer de front, malgré une fatigue intense due à une dette de sommeil importante.

Selon un sondage réalisée pour la marque anglaise de matelas Simba, la durée moyenne d'une nuit de sommeil chez les jeunes parents lors de la première année qui suit l'arrivée de l'enfant s'élève à 4h et 44 minutes. C'est donc beaucoup moins que les 8 heures de sommeil recommandées par les médecins. En 12 mois, les jeunes parents perdraient donc l'équivalent de 50 nuits de sommeil, précise l'étude.

Quand ils ne sont pas occupés à changer la couche de bébé ou à préparer des biberons nocturnes, les parents consacrent 54 minutes par jour à endormir leur enfant. L'enquête Simba dévoile que ces derniers parcourent plus de 3km dans la chambre à coucher lorsqu'ils bercent leur enfant. Cette distance devient colossale quand on la transpose sur une année entière, puisqu'elle équivaut à 1 1175km, soit 28 marathons !

Hallucinations, oubli du prénom de bébé...

Naturellement, ces dépenses d'énergie et le manque de sommeil influent sur le bien-être des parents. Plus des deux tiers des parents sondés estiment qu'ils se sont disputés avec leur partenaire uniquement à cause des mauvaises habitudes de sommeil de leur bébé, tandis que 23% reconnaissent qu'ils réagissent de manière anormale. Plus inquiétant : 11% des parents estiment avoir été victimes d'hallucinations et 8% avouent avoir déjà oublié le prénom de leur bébé.

L'étude se solde cependant par un chiffre positif : un an après la naissance de leur enfant, la majorité des parents sondés (64%) constate avec étonnement qu'ils sont finalement parvenus à surmonter cette épreuve avec succès. De quoi redonner un peu de baume au coeur aux jeunes et aux futurs parents.

À voir
Aussi