Mon enfant frappe ses camarades : comment réagir ?

Mon frappe ses camarades : comment réagir ?
Mon frappe ses camarades : comment réagir ?
Votre enfant a frappé un camarade de classe ? Ou encore son frère ou sa soeur ? Face à la situation, vous ne savez pas comment réagir la plupart du temps. Il convient alors de se tourner vers la discipline positive. On vous explique comment faire.
A lire aussi
Comment réagissent les enfants d’aujourd’hui aux Tortues Ninjas des années 1990 ? - vidéo
cinéma
Comment réagissent les enfants d’aujourd’hui aux Tortues...

La tension est palpable. Entre ces deux enfants se trouve LE jouet tant convoité. Le désir de l'avoir est plus fort que tout. Les deux enfants se lancent un regard qui semble dire "si tu l'attrapes... ". Vous sentez que c'est inévitable. Votre bambin se rue dessus en criant "il est à moi !" et bouscule son camarade. Le coup est lancé. Hurlements et pleurs pour le vaincu. Satisfaction pour l'autre. Vous vous jetez sur votre enfant pour le réprimer face à son acte. À ce moment-là vous hésitez : faut-il s'incliner à genoux devant la mère du petit camarade en s'excusant platement ? Ou alors faut-il prendre la fuite, votre enfant et son trophée dans les bras ? Il est souvent difficile de réagir quand vous voyez votre bambin frapper un autre enfant, que ce soit celui d'autrui, ou même un de ses frères/soeurs. Voici quelques conseils pour (bien) gérer la situation.

Restez calme

La première des choses à faire consiste à conserver son sang-froid. Tout comme quand un enfant pique une crise en public, il ne faut pas s'énerver. Cela ne fait qu'augmenter la pression et ne calme pas du tout la situation. À la place, respirez profondément. Vous verrez que cet exercice aide beaucoup à se canaliser pour mieux affronter une situation de ce genre. Prenez donc le temps d'inspirer et d'expirer profondément et lentement.

Dites-vous bien que ce n'est "qu'un enfant".

Évidemment, cela ne change en rien son comportement et ne l'excuse en aucun cas. Les enfants ont tendance à frapper lorsqu'ils se sentent frustrés et qu'ils ne savent pas comment réagir face à une situation. Leurs cerveaux, encore en développement, sont immatures. Leurs émotions sont souvent surchargées et ils n'ont pas d'autres moyens de s'exprimer à part avec des coups.

Mais ce n'est qu'une réaction impulsive et non réfléchie. Cela peut vous aider à "dédramatiser" la situation. Attention, on ne cherche certainement pas à minimiser son acte. Mais il ne faut pas oublier que c'est un enfant.

L'envoyer au coin n'a aucun intérêt

"Punir un enfant qui a frappé quelqu'un ne l'arrêtera pas de frapper", explique un expert au site Psychology Today. "Cela augmente simplement la peur de l'enfant. Pour qu'il arrête une bonne fois pour toutes, vous devez essayer de comprendre pourquoi il tape." Un enfant qui tape est un enfant qui se sent mal. L'idée qu'il se sente moins bien, en le punissant, ne l'aiderait pas à repousser ses envies de violence.

Prenez le temps de lui parler

Expliquez-lui pourquoi ce qu'il a fait est mal. Essayez aussi de comprendre son mal-être. Ce comportement est souvent un appel pour recevoir de l'attention. À travers cette conversation, vous devez lui faire comprendre que taper n'est pas une solution pour avoir ce qu'il désire. Dites-lui que vous comprenez sa frustration et sa colère mais qu'il est inutile de frapper. Aidez-le à parler de sa colère et de ses peurs. Laissez-le s'exprimer afin de mieux anticiper ses actes à l'avenir.

Enfin, essayez d'identifier les situations qui mettent votre enfant en colère au point d'avoir envie de taper sur les autres. Rivalité fraternelle ? Possessivité excessive avec ses jouets ? Querelles dans les aires de jeu ? Une fois que vous aurez tout noté, vous trouverez les solutions adéquates pour anticiper ses réactions et donc intervenir à temps.

Si vous sentez que votre enfant est toujours en colère, proposez-lui de frapper dans un oreiller. Ou de compter jusqu'à dix. Ou de courir. N'importe quoi plutôt que de taper sur quelqu'un.