Les femmes ont les orgasmes les plus forts en se masturbant

Orgasme féminin : le clitoris est-il trop négligé par les hommes ?
Orgasme féminin : le clitoris est-il trop négligé par les hommes ?
Trop souvent obsédés par leur propre performance, les hommes en négligent parfois l'un de leurs alliés les plus sûrs pour permettre à leur partenaire féminine d'atteindre l'orgasme : le clitoris.
A lire aussi
Au Texas, une femme politique veut pénaliser la masturbation masculine
News essentielles
Au Texas, une femme politique veut pénaliser la...

Les minutes qui suivent après l'amour sont mal interprétées. Les femmes en veulent aux hommes de somnoler (quand ils ne ronflent pas), et les hommes s'agacent des tendres effusions qui suivent et les empêchent de récupérer après l'orgasme. Pour la la biologiste américaine Trisha Borowicz, la situation est bien plus simple : les femmes n'ont pas été satisfaites - faute d'une sexualité qui n'est pas calée sur leurs besoins - et elles se rapprochent pour en avoir plus et arriver à leur tour à l'orgasme...

Dans les livres comme au cinéma, on montre généralement la relation sexuelle avec un même scénario, où l'homme et la femme s'embrassent, puis s'embrasent, l'homme pénètre la femme, tout le monde jouit en même temps, et voilà. Dans la réalité, ce scénario est souvent le même et laisse les femmes à quelques encablures d'un orgasme.

La biologiste est en guerre contre l'absence d'études sur l'orgasme féminin lequel a pourtant pour elle a un mode d'emploi simple. Elle a donc utilisé une plateforme de crowdfunding pour faire un film documentaire léger et drôle sur les orgasmes féminins, "Science, Sex, and The Ladies" ("Science, sexe et femmes"), pour celles qui doutent, sont frustrées ou ont honte de leur capacité à avoir des orgasmes.

"Notre culture est obsédée par les représentations et l'idolâtrie des orgasmes vaginaux et de la pénétration comme le nec plus ultra de l'expression sexuelle", explique-t-elle au site Alternet. "Tout le monde agit comme s'il n'y avait pas de définition de l'orgasme féminin alors qu'il y en a belle et bien une."

Elle rappelle par conséquent que la plupart des femmes jouissent avant tout de frictions du clitoris, que la jouissance vaginale existe bien entendu, mais qu'elle est réservée à un plus petit nombre.

Elle insiste aussi sur quelques points à retenir :

- Le vagin a si peu de terminaisons nerveuses qu'il est possible de faire certaines chirurgies vaginales sans anesthésie. Le col de l'utérus est si insensible que 95 % de femmes n'ont pas de sensations quand il est frotté avec un coton tige.

- Les femmes ont les orgasmes les plus forts en se masturbant, puis suivent les orgasmes obtenus de la main de leurs partenaires. L'orgasme par pénétration vaginale vient en dernier. Les chiffres circulent depuis 1966 (dans l'étude publiée par les sexologues Masters & Johnson), mais personne n'en fait cas. Près de 50 ans n'auront pas suffit à changer les rapports sexuels, mais peut-être que les femmes ont encore du mal à s'affirmer face à leurs partenaires...

- Contrairement aux idées reçues, il ne faut pas plus de temps à une femme pour jouir qu'un homme. La seule recette est la bonne stimulation du clitoris. Si les femmes se contentaient de masser l'intérieur des cuisses de leurs partenaires, ils comprendraient vite. L'essentiel n'est pas de savoir si la femme peut ou non avoir des orgasmes dits vaginaux, mais de savoir que la plupart des cas de figure la stimulation clitoridienne permet de jouir plus vite et plus facilement, quel que soit le type d'orgasme.

Pour Trisha Borowicz, toutes les femmes doivent savoir qu'elles sont normales et qu'il n'est pas souhaitable d'amputer leur sexualité. Les hommes ont également tout à gagner en s'affranchissant de leur souci de performance (pénétrer longtemps) : ce n'est pas ce qui fait d'eux de bons amants. On évite ainsi aux femmes d'avoir à simuler pour épargner l'ego de leurs partenaires et le couple peut ainsi jouir en parfaite harmonie.

Profitons-en pour ajouter un petit plus dont les hommes sont friands : quelque soit la source de l'orgasme féminin, il entraîne des spasmes dans le vagin qui compressent le pénis et améliorent leur jouissance. Ils sont dus au clitoris, long de 11 cm, qui enserre le vagin.

Il ne reste plus aux femmes qu'à trouver les mots ou les gestes qui vont leur permettre d'inclure systématiquement le clitoris à leurs rapports, d'une façon ou d'une autre...

La bande-annonce du documentaire "Science, Sex and the Ladies"