Pourquoi les filles dont les mères travaillent deviennent des femmes épanouies

Les filles dont les mères travaillent sont plus épanouies au travail
2 photos
Lancer le diaporama
C'est l'étude qui devrait achever de déculpabiliser les working mums. Selon de nouveaux travaux réalisés par la Harvard Business School, avoir une mère qui travaille n'aurait pas pour effet de nous désarmer pour l'avenir, mais participerait au contraire à notre accomplissement professionnel et intellectuel une fois devenues adultes.
A lire aussi
12 choses dont les femmes devraient beaucoup plus parler
News essentielles
12 choses dont les femmes devraient beaucoup plus parler

Les mères actives qui n'ont pas la possibilité d'emmener leurs enfants à l'école le matin ou loupent de temps en temps l'histoire du soir peuvent arrêter dès à présent arrêter de culpabiliser. Selon une nouvelle étude de la Harvard Business School en effet, les enfants dont les mamans travaillent ne sont ni malheureux, ni désavantagés par rapport à leurs camarades.


Au contraire : avoir une mère qui travaille influencerait positivement l'image qu'ils ont d'eux-mêmes et contribuerait à faire d'eux des adultes épanouis professionnellement. À l'heure où près de 75% des femmes âgées entre 20 et 64 ans ont un emploi en France, cette nouvelle étude achève de les déculpabiliser de ne pas rester à la maison pour s'occuper de l'éducation de leurs enfants. "Une partie de la culpabilité que ressentent les mères de famille vient du fait qu'elles pensent : 'Oh, mes enfants seraient tellement mieux si je restais à la maison', mais ce que nous constatons, c'est qu'en devenant adultes, les enfants dont les mères passent du temps au travail sont plus épanouis", constate Kathleen McGinn, professeure à la Harvard Business School et coauteure de l'étude dans un article paru dans The New York Times .

Des comportements femmes-hommes moins stéréotypés

Réalisée auprès de 50 000 adultes dans 25 pays, l'étude montre que les filles dont les mères ont une vie professionnelle sont, une fois leur études terminées, plus susceptibles d'être employés à des postes managériaux ou de supervision, et ont donc d'avoir des revenus plus élevés en moyenne de 23%. Par ailleurs, avoir une maman qui mène de front carrière professionnelle et vie familiale participerait à construire un modèle qui nous influencerait positivement.


Les garçons ne sont pas en reste : selon cette même étude, les hommes dont les mères travaillaient quand ils étaient enfants sont plus enclins à participer activement à l'éducation de leurs enfants (7,5 heures de plus par semaine) et aux tâches ménagères (+25 minutes). "Ces résultats suggèrent que, en plus de limiter la transmission entre générations d'attitudes sexistes et stéréotypées, l'emploi des mères enseigne aux filles un certain nombre de compétences qui leur permettent une plus grande capacité de travail et de s'affirmer en tant que leadeuses.


Inédite par son ampleur et les résultats qu'elle met en lumière, l'étude réalisée par la Harvard Business School ne fait pourtant pas consensus. Rachel Fernandez, chercheuse en économie à l'Université de New York, explique qu'il est difficile de savoir si les femmes interrogées réussissent uniquement parce que leur mère travaillait quand elles étaient enfants, ou si d'autres facteurs étaient à prendre en considération. "Le problème, c'est que nous ne savons pas comment ces filles se comporteraient (si leurs mères n'avaient pas travaillé, ndlr). Est-ce vraiment grâce à leur mère qui travaillent qu'elles ont réussi, ou simplement parce que leur mère a reçu une éducation ?"

À voir
Aussi