Rejoué : cette association écolo donne une seconde vie aux jouets

Rejoué : cette association de Vitry redonne une seconde vie aux jouets de vos enfants
Rejoué : cette association de Vitry redonne une seconde vie aux jouets de vos enfants
À la recherche de jouets écolo pour gâter vos enfants à Noël ? Allez donc faire un tour dans le 14e arrondissement de Paris ou du côté de Vitry. Vous y trouverez les boutiques de Rejoué, une association spécialisée dans le recyclage de jouets, remis à neuf et reconstitués avec soin par des salariés employés dans le cadre d'un chantier d'insertion.
A lire aussi
Cette maman a une super astuce pour donner un médicament à son bébé
News essentielles
Cette maman a une super astuce pour donner un médicament...

Alors que Noël approche à grands pas, des dizaines de cartons attendent sagement d'être ouverts dans un entrepôt du quartier Robespierre, à Vitry, en région parisienne. À l'intérieur, des jouets d'occasion dont la plupart semble en très bon état. Ces jouets sont collectés par l'association Rejoué, première recyclerie d'Ile-de-France qui récupère les jouets et leur redonne un coup de neuf, pour le plus grand bonheur des enfants. Installée depuis novembre dernier dans un entrepôt de 2 000 m2, l'association dont les locaux se situaient auparavant dans le 14e arrondissement de Paris a dû déménager pour s'agrandir. Et pour cause : en 2016, Rejoué a collecté 33 tonnes de jouets. Un chiffre qui augmente d'environ 20% chaque année. "La moitié de la collecte annuelle s'étend sur 2 mois : novembre et décembre", explique Claire Tournefier-Droual, fondatrice et directrice du développement de Rejoué, qui nous fait visiter la salle de tri, centre névralgique de l'entrepôt.

Dans cette vaste pièce, les nouveaux jouets sont examinés au peigne fin. Et l'examen est crucial puisqu'il va déterminer quel jouet pourra entrer ou non dans l'atelier de recyclage. De part et d'autre de la pièce, des vélos pour enfants flambant neuf, des trottinettes, des poupées et des jeux de société remplissent de nombreuses caisses en plastique, classées par couleur : rouge si le jouet est intact, vert s'il est en bon état et bleu s'il est un peu usagé. "Si les jouets sont en trop mauvaise état, on les envoie à la déchetterie en les triant selon leur matériau (bois, plastique, métal)", précise Claire Tournefier-Droual.

Entrepôt à Vitry, salle de tri, Rejoué
Entrepôt à Vitry, salle de tri, Rejoué

Rejoué, bastion de l'économie circulaire

Parmi tous les jouets reçus, les deux tiers sont remis en circulation. En cette fin d'année, les employés de Rejoué ont du pain sur la planche. Il faut dire que le chemin est encore long entre la salle de tri et la mise en vente des nouveaux jouets. Une fois le test d'admission passé, les jouets partent au premier étage, pour se familiariser avec l'atelier. Mais avant de rejoindre leurs futurs petits camarades sur les étagères, direction la salle de lavage, où tous les jouets en tissu (doudous, déguisement, poupées) sont nettoyés à 60 degrés. Les jouets en plastique passent par la salle de carcher et sont ensuite séchés à l'air libre ou avec un compresseur à air.

Quand les jouets sont propres, ils bénéficient d'un double contrôle de vérification, qui vise notamment à s'assurer qu'ils ne contiennent pas de substances toxiques (bisphénol A ou autres). Ensuite, il ne reste plus qu'à déterminer son prix. Un logiciel prévu à cet effet fournit une estimation en se basant sur l'état du jouet (code couleur), ainsi que sur le tarif de vente en grand magasin. "Généralement, nous revendons nos produits avec une réduction d'environ 50% du prix du produit neuf. Cela peut aller jusqu'à 70% si le jouet est classé en catégorie bleue", indique Claire Tournefier-Droual.

Sur les jouets en vente, très peu d'emballage plastique, sauf si cela s'avère nécessaire. Et en guise d'étiquettes, il n'est pas rare de voir des cartes issues de jeux de société comme le Trivial Pursuit ou Qui veut gagner des millions. "Tout l'intérêt de la démarche est de proposer des jouets pour donner envie à ceux qui les achètent. Mais c'est également un moyen d'encourager l'économie circulaire", souligne Claire Tournefier-Droual.

Claire Tournefier-Droual, directrice du développement et fondatrice de Rejoué
Claire Tournefier-Droual, directrice du développement et fondatrice de Rejoué

Chez Rejoué, le développement durable occupe une place primordiale, aussi bien sur le plan environnemental que social. Car en plus de se spécialiser dans le recyclage, l'association accueille un chantier d'insertion. Au total, 18 employés veillent à la bonne marche de Rejoué, dans le cadre de contrat d'emploi solidaire, dont la durée varie entre 6 et 24 mois. Les recrues sont souvent des personnes originaires de pays étrangers, qui se retrouvent en situation de précarité.

Parmi eux, 60% sont des femmes. "Le fait de privilégier les femmes est une volonté marquée de notre part, car nous estimons qu'elles jouent un rôle essentiel dans le développement durable, d'autant plus que ce sont elles les plus impactées par les effets néfastes du changement climatique. Trouver un travail quand on est une femme seule et qu'on élève trois enfants en bas âge n'est pas toujours évident non plus. Mais attention, cela ne signifie pas que nous fermons notre porte aux hommes, bien au contraire. La mixité est primordiale", développe Claire Tournefier-Droual.

Adeymi, 38 ans, et originaire du Nigéria, fait partie de ces femmes. Maman de deux filles, elle est arrivée chez Rejoué il y a 4 mois. "Avant, je travaillais dans les aéroports, et encore avant, j'étais femme de chambre dans les hôtels. C'étaient des métiers difficiles, pas forcément faits pour moi car très physiques, j'avais rapidement mal au dos. Ici, on est dans un environnement très agréable. Le travail est intéressant, il n'y a pas de stress, et j'ai tous mes mercredis de libre que je peux passer avec mes enfants", raconte-t-elle. Son meilleur souvenir depuis qu'elle travaille chez Rejoué ? Le jour où elle a signé son contrat.

Adeymi, 38 ans, salariée de l'association Rejoué
Adeymi, 38 ans, salariée de l'association Rejoué

"Il est de la responsabilité des grands distributeurs d'organiser ce type de collectes"

Depuis sa fondation en 2012, l'association Rejoué connaît un succès croissant. Elle récolte de plus en plus de jouets et se décline dans 3 lieux : une boutique à Paris, un magasin éphémère à Vitry et un espace boutique au sein de l'atelier destiné aux professionnels de la petite enfance (crèches, centres de loisirs, pédopsychiatre, assistantes maternelles...). Depuis quelques mois, Rejoué a également mis des partenariats en place avec les grands distributeurs comme Nature et Découvertes, Monoprix ou Century 21.

Un filon que Claire Tournefier-Droual compte bien exploiter : "il est de la responsabilité des grands distributeurs d'organiser ce type de collectes et de sensibiliser leurs clients au recyclage", estime la fondatrice qui espère prochainement lancer un partenariat avec Monoprix (récemment testé en Ile-de-Francel) à échelle nationale, visant à proposer aux clients de donner des jouets au moment où ils se font livrer leurs courses à domicile.

Boutique Rejoué, centre commercial de Gaîté, Paris, 14e.
Boutique Rejoué, centre commercial de Gaîté, Paris, 14e.

"Le jouet d'occasion suscite encore de la méfiance"

Jamais à court d'idées ou de projets, Claire Tournefier-Droual espère également développer les opérations solidaires (dont de nombreuses déjà en place) qui proposent aux grandes entreprises d'acheter des jouets au profit d'associations caritatives. Mais pour l'heure, la fondatrice de Rejoué doit parer à une urgence : trouver un nouveau local pour remplacer son actuelle boutique du centre commercial de Gaîté (Paris 14e) qui sera détruit en 2018 dans le cadre d'un vaste projet d'urbanisation.

"Nous avons jusqu'à février, les délais sont donc très courts. Nous cherchons des partenaires ou un bailleur social", indique Claire Tournefier-Droual, qui envisage de rapatrier sa boutique à Vitry, même si elle souhaiterait conserver un emplacement parisien. "Ce n'est pas facile d'attirer des bailleurs car le jouet d'occasion souffre encore d'une image lourde à porter, le fait qu'il ne soit pas neuf suscite de la méfiance. Il faut du temps pour changer les mentalités de consommation, même si je ne doute pas qu'on y arrivera un jour", positive-t-elle. Affaire à suivre...

Rejoué, boutique ouverte du mercredi au samedi, Centre commercial Galerie Gaîté, 68-80 avenue du Maine, 75014 Paris, (Ligne 13 – Métro Gaîté )