La "ronron thérapie" dans les écoles, une bonne idée ?

La "ronron thérapie" dans les écoles, une bonne idée ?
La "ronron thérapie" dans les écoles, une bonne idée ?
L'école Candide située à l'Isle-sur-la-Sorgue vient d'adopter la "ronron thérapie" en intégrant des chats dans les salles de classe. Cette initiative est une première en France.
A lire aussi
Des escargots dans les cantines scolaires : une bonne idée pour lutter contre l'obésité ?
News essentielles
Des escargots dans les cantines scolaires : une bonne...

Si nous avons adhéré aux bars à chats depuis plusieurs années, un autre concept beaucoup plus confidentiel se développe dans l'Hexagone : la "ronron thérapie" dans les salles de classes. C'est à l'école Candide, située à l'Isle-sur-la-Sorgue, dans le Vaucluse, que cette "école à chats" a vu le jour. Cet établissement scolaire privé qui dispense des cours du CP à la 3e générale laisse circuler librement une dizaine de chats dans les classes.

Les 75 élèves de l'établissement ont ainsi le loisir de caresser des chats qui passent entre les pupitres, voire de câliner ceux qui grimpent sur leurs bureaux. "Le chat est un vrai thérapeute. Nous avons des enfants qui ont complètement changé de comportement, et très rapidement. Avec l'animal, ils apprennent à avoir confiance en eux et à se maîtriser grâce aux ronronnements", développe Michèle Bourton, experte de la "ronron thérapie" passée par l'Éducation nationale avant de fonder l'école Candide en 2013.

Dans cet établissement pas comme les autres, les heures de classe durent 45 minutes, au cours desquelles les élèves sont invités à apprendre une leçon sans prise de notes. Les devoirs sont ensuite rédigés à l'école. Composés de 15 écoliers maximum, les cours sont ouverts aux enfants extérieurs à l'école (au tarif de 390 euros par mois), notamment à ceux qui ne parlent pas français et/ou qui rencontrent des difficultés scolaires.

"Le chat m'aide à rester attentive jusqu'au bout"

La présence des chats fait partie intégrante du programme de l'école Candide. Les priorités apaisantes et anti-stress générées par le contact de ces félins visent à redonner le goût de l'école aux enfants. C'est par exemple le cas pour Emma, élève de 3e. "Si un cours me paraît un peu long, le chat m'aide à rester attentive jusqu'au bout. Je le caresse deux ou trois secondes et je suis prête pour travailler à nouveau", explique la jeune fille dans un témoignage publié sur le site de l'école.

Le corps enseignant semble lui aussi totalement satisfait de ce programme : "On retrouve le sens de l'enseignement et le contact bienveillant avec les élèves", affirment certains professeurs de l'école Candide, au Parisien.

Au vu des nombreux bienfaits de cette méthode, l'importer dans davantage d'écoles semble une idée judicieuse. Mais elle requiert une formation spécifique, prévient Michèle Bourton. "Sans la pédagogie que nous déployons autour, la présence des chats ne serait qu'anecdotique", explique la fondatrice de l'école Candide, qui compte travailler cet été sur la rédaction d'un manifeste afin d'exposer sa méthode.

La "ronron thérapie" dans les écoles, une bonne idée ?
La "ronron thérapie" dans les écoles, une bonne idée ?

"Ronron thérapie" : des vertus anti-stress

Au Japon, la pratique de ce que l'on nomme familièrement la "ronron thérapie" est devenue une véritable institution. Là-bas, les bars à chats sont légion, et les maisons de retraite ont elles aussi adhéré au concept. "Quand l'organisme lutte contre des situations pénibles, comme le stress, le ronronnement du chat émet des vibrations sonores apaisantes et bienfaisantes, un peu comme la musique", expliquait à l'AFP, Jean-Yves Gauchet, vétérinaire à Toulouse.

Nous recevons les ronronnements d'un chat par les tympans, mais aussi par des capteurs présents sur la peau, qui transmettent des messages de bien-être à notre cerveau. "C'est le premier signal que la mère envoie à son petit, un appel de reconnaissance et d'apaisement qui fonctionne aussi avec l'homme", a affirmé le médecin.

Les vertus des ronronnements iraient encore plus loin : selon Véronique Aiache auteur de l'ouvrage Le Pouvoir des chats, ces félins domestiques agissent sur l'humain comme un puissant antistress, régulent la tension artérielle et boosteraient même nos défenses immunitaires.

Les chats restent les animaux domestiques fétiches des Français : on en compte plus de 13,48 millions dans les foyers de l'Hexagone, contre 7,34 millions de chiens.

À voir
Aussi