Souffrez-vous d'anuptaphobie ? Les signes qui ne trompent pas

Souffrez-vous d'anuptaphobie ? 5 signes qui ne trompent pas
Souffrez-vous d'anuptaphobie ? 5 signes qui ne trompent pas
On a presque toutes dans notre entourage quelqu'un qui éprouve une peur panique à l'idée d'être célibataire. Il se peut que vous-même souffriez de ce qu'on appelle "l'anuptaphobie" dans le jargon scientifique. Voici quelques signes qui ne trompent pas.
A lire aussi
Infidélité : baiser, câlin, message... les signes  qui ne trompent pas
couple
Infidélité : baiser, câlin, message... les signes qui ne...

Il est tout à fait naturel de vouloir partager les moments importants de notre vie avec quelqu'un, que ce soit un ami, un membre de note famille ou un amoureux. Mais chez certaines personnes, ce besoin d'être deux, et plus précisément en couple, frise le désir compulsif. Désir qui en réalité correspond souvent à la peur d'être seul. Cette crainte porte un même un nom : "l'anuptaphobie". Voici 5 symptômes typiques.

Au début d'une relation vous vous emballez très (voire trop) vite

Vous avez tendance à vous jeter au cou du premier mec qui vous tape dans l'oeil et à vivre vos premières semaines d'idylle avec une passion intense. "J'ai peut-être trouvé le bon", vous dites-vous souvent. Sauf que presque toujours, une fois que l'euphorie du début s'estompe, vous vous rendez compte, qu'en réalité vous n'avez pas grand-chose en commun, ni grand-chose à vous dire. Ce que vous auriez probablement remarqué un peu plus tôt si vous n'étiez pas tétanisée à l'idée de rester seule.

Vous n'avez jamais rompu avec quelqu'un

De votre point de vue, "mieux vaut être mal accompagnée, que seule". Du coup, vous n'avez jamais mis fin à l'une de vos relations amoureuses, même quand vous saviez qu'il était préférable d'en arriver là. Rassurez-vous : si vous avez toujours été la larguée de l'histoire, cela ne signifie pas nécessairement que vous le méritiez ou que vous n'êtes pas digne d'être aimée, mais simplement que cette relation n'était pas la bonne.

Vous planifiez toujours tout

L'imprévu ne vous fait pas peur, à condition qu'il rende votre existence plus intéressante. Une rencontre fortuite mais heureuse lors d'une soirée un peu ennuyeuse décuplera par exemple votre soif d'aventure. Ce qui vous effraie en revanche, c'est le fait d'être inoccupée. Du coup, vous programmez mille sorties le week-end, avec le plus de gens possible, pour toujours avoir quelque chose à faire et surtout toujours quelqu'un à voir. Sinon, c'est la panique à bord.

Vous déprimez sec quand vous êtes toute seule

 

Si les trous blancs dans votre emploi du temps vous effraient, c'est précisément parce que vous n'aimez pas vous retrouver toute seule. Vous n'êtes en effet pas de ces personnes qui apprécient (y compris lorsqu'elles sont en couple) de se retrouver seules avec elles-mêmes de temps à autre pour faire le point. Quoiqu'il advienne, vous recherchez désespérément la compagnie de quelqu'un. Sans quoi, vous risquez sérieusement de déprimer.

Vous êtes facilement parano

Contrairement à ce qu'on peut parfois entendre, la sensibilité n'a rien d'une marque de faiblesse. Vous ne devriez donc jamais avoir peur ou honte d'exprimer à voix haute ce que vous ressentez. Après tout, nous éprouvons tous des sentiments et le fait d'être sensible prouve votre capacité à accepter et montrer vos émotions, ce qui est une bonne chose. Mais chez les personnes atteintes d'anuptaphobie, la moindre remarque ou le moindre petit geste de la part de votre partenaire peut déclencher des émotions aux proportions démesurées. S'il vous "avoue" par exemple qu'il trouve une actrice attirante ou qu'il ne vous répond pas dans la seconde parce qu'il est occupé à faire quelque chose d'autre, vous vous dites illico qu'il fait cela parce qu'il n'est pas heureux avec vous et qu'il risque de vous quitter d'un instant à l'autre. Ce que vous souhaitez empêcher à tout prix, bien sûr, puisqu'il s'agit de votre plus grande peur.

Comment gérer cette peur de rester seul.e ?

Comme toutes les phobies, la peur pathologique de rester seule est profondément ancrée en vous. Il sera donc difficile d'y trouver une explication rationnelle, puisqu'elle se rattache rarement à un événement précis de votre vie, mais plutôt à des enchaînements de situations et de rencontres qui ont façonné votre existence et vos rapports aux autres. D'ailleurs, il est souvent difficile de surmonter sa peur. Mais rassurez-vous : il existe des solutions pour la gérer, et mieux vivre avec au quotidien.

La première des choses à faire consiste à s'enlever de la tête que le bonheur passe automatiquement par une vie de couple. D'ailleurs certains couples ne sont pas heureux, même s'ils font tout pour apparaître comme le couple parfait en société. Une fois que vous avez bien intégré cette notion, recentrez-vous sur vous-même. Évaluez-vous à votre juste valeur, effectuez des activités qui vous plaît, avancez dans votre carrière, concrétisez vos rêves... Dites-vous bien que vous pouvez atteindre ses objectifs par vous-même, car vous êtes suffisamment forte pour y arriver. Vous n'en ressortirez que plus sereine et épanouie. Et, qui sait, c'est peut-être à cet instant précis que l'amour pointera le bout de son nez. Et le bon, cette fois.