Offrir des fleurs sans faire du mal à la planète, c'est possible

Voici quelques astuces pour bien choisir ses fleurs coupées en respectant la planète et les vies humaines qui sont en jeu, histoire de ne prendre que le meilleur !
A lire aussi
Faire pousser un plant de tomates à partir d'une rondelle, c'est possible
News essentielles
Faire pousser un plant de tomates à partir d'une...

Vous comptez offrir ou vous faire offrir des fleurs pour la Saint-Valentin cette année mais vous avez quelques scrupules à faire enfler le marché des fleurs coupées ? Vous avez bien raison de vous poser la question, mais il existe des solutions pour ne pas dévier de la tradition tout en faisant les choses de manière un peu plus éthique.

Tout d'abord, quelques chiffres : selon FranceAgriMer, les Français ont acheté 45 millions de fleurs coupées en 2015 et ont dépensé près de 527 millions d'euros chez les fleuristes (35%), dans la grande distribution (30%) et plus rarement chez le producteur (5%). C'est bien la preuve que la tradition du bouquet n'est pas près de s'éteindre sur notre territoire.

Mais savez-vous bien d'où viennent ces fleurs que vous offrez à toutes les occasions ?

Aujourd'hui, les Pays-Bas représentent 72% de nos importations de fleurs coupées - mais c'est aussi là que le bilan carbone est le plus lourd. En effet, les producteurs hollandais chauffent et éclairent leurs serres 24h/24. Mais 8% de nos fleurs viennent aussi du Kenya, où le bilan écologique est également catastrophique puisque cette production cause l'assèchement progressif du lac Naivasha, qui sert à irriguer les cultures. En plus de se faire dans des conditions de travail épouvantables, cette production se fait également à l'aide de pesticides extrêmement nocifs.

Quand on voit ces chiffres, on a presque envie de se lancer dans un boycott général des fleurs coupées. Mais plutôt que d'en arriver à de telles extrémités, sachez qu'il existe des solutions mises en place par le gouvernement.

Parmi elles, il y a par exemple le label "Fleurs de France" qui a été mis en place par le Ministère de l'Agriculture en 2015. Surveillez bien ce label, il vous assurera que les fleurs que vous achetez ont bien été cultivées et récoltées en France. En revanche, il ne délivrera aucune garantie sur le mode de production, en dehors du fait qu'il aura été respectueux de la législation française en vigueur.

Mais un autre label, créé en 2011, vous offrira des critères bien plus exigeants, puisqu'il garantit des conditions de culture conformes à la charte de Grenelle de l'environnement - il s'agit du label "Plante Bleue", qui ne concerne que 150 producteurs sur les 4 154 horticulteurs connus, parmi lesquels on ne trouve que 3 producteurs de fleurs coupées.

Ces quelques précisions vous donneront déjà quelques idées sur les petites choses à repérer lorsque vous partirez en quête de votre prochain bouquet, mais vous pouvez également mettre ces liens de côté pour vous adresser directement à des producteurs éthiques près de chez vous :

Le plus important, c'est avant tout de bien se renseigner et de faire quelques recherches sur les conditions de production des fleurs que vous achetez, pour tenter de faire le plus de bien possible à notre planète et éviter d'encourager des entreprises qui détruisent l'environnement et qui emploient des ouvriers dans des conditions déplorables pour un salaire de misère.

Et au pire, il vous restera toujours une autre option : faire pousser vos fleurs vous-mêmes pour vous créer votre petite jardinerie bio et éthique rien qu'à vous !