Un festival de musique en Suède annulé à cause des agressions sexuelles

Le festival de Bråvalla en 2016
Le festival de Bråvalla en 2016
Clap de fin pour le festival de Bråvalla, qui se déroulait chaque année en Suède. Ses organisateurs ont annoncé qu'il n'aurait pas lieu en 2018 en raison des dizaines de viols et agressions sexuelles recensés lors de la précédente édition.
A lire aussi
À New Delhi, une brigade de motardes lutte contre les agressions sexuelles
News essentielles
À New Delhi, une brigade de motardes lutte contre les...

C'était l'un des principaux rendez-vous de la musique en plein air en Suède. Depuis sa création en 2013 sur une base aérienne de Norrköping, au sud de Stockholm, le festival de Bråvalla a accueilli les plus grands noms des scènes pop, rock et électro. Cette année encore, pour son édition 2017, les têtes d'affiches s'appelaient Elie Goulding, System of a Down, The Chainsmokers, DJ Alesso ou encore The Killers. Malgré son succès – 45 000 festivaliers ont fait le déplacement - cette édition 2017 sera la dernière du festival de Bråvalla. Ses organisateurs ont annoncé qu'en raison du nombre de viols et agressions sexuelles recensés cette année encore, et afin de garantir la sécurité de l'ensemble des festivalières, ils renonçaient à organiser une édition 2018.
"Certains hommes, car il s'agit d'hommes, ne savent pas ce tenir. C'est une honte. C'est pourquoi nous avons décidé de ne pas rééditer Bråvalla en 2018", ont ainsi fait savoir dans un communiqué les organisateurs du festival.

"Des actes répugnants" commis par des "hommes misérables"

L'édition 2017 du festival de Bråvalla, qui s'est déroulée du 28 juin au 1er juillet, a été particulièrement dangereuse pour les femmes qui souhaitaient assister aux concerts. D'après la police locale, 4 plaintes pour viol et 24 plaintes pour d'autres agressions sexuelles ont été enregistrées en l'espace de quatre jours. Le responsable de l'enquête Martin Hedberg a indiqué qu'aucun suspect n'avait été identifié. "De nombreuses plaintes nous sont parvenues après les faits et nous n'avons que de vagues signalements", a-t-il déclaré.

D'après Le Figaro , les premiers dérapages ont commencé dès le premier jour du festival. Vers 21h30, alors que Tenacious D était sur scènes, un homme de 24 ans a été repéré en train de se masturber au milieu de la foule. Dans la nuit, une jeune femme a été violée dans les toilettes, une autre au camping. Une bénévole a également subie les assauts sexuels d'un de ses collègues. En 2014 déjà, le festival de Bråvalla avait tristement fait les gros titres après qu'une jeune fille de 17 ans eut été victime de viol dans le camping attenant au festival. Ivre, elle avait été violée par quatre assaillants, qui avaient filmé leur crime et diffusé la scène sur les réseaux sociaux. Ils ont été condamnés à trois ans et demi de prison en février 2016.

"Il n'y a pas de mot pour dire à quel point je suis désolé. P... de m..., ce n'est pas OK. Les viols se multiplient dans tous les festivals. C'est un énorme problème de société dans notre pays. Que certains hommes se comportent mal est une honte. La violence tue l'esprit des festivals et notre amour pour la musique. C'est assez", s'est excusé Folkert Koopmans, le directeur et fondateur du festival.

L'an dernier déjà, des voix s'étaient élevées pour mieux sécuriser le festival. Parmi eux, le groupe britannique Mumford & Sons qui avait déclaré sur Facebook refuser de jouer à nouveau dans le cadre de Bråvalla. "Nous ne rejouerons plus à ce festival tant que nous n'aurons pas reçu l'assurance de la police et des organisateurs qu'ils font quelque chose pour combattre ce qui semble être un taux élevé de violence sexuelle."

Face à l'ampleur des violences sexuelles recensées pendant l'événement, le Premier ministre suédois Stefan Löfven a aussi réagi. Il a déploré des actes "répugnants" commis par des "hommes misérables" et déclaré vouloir multiplier la vidéosurveillance dans ce genre de manifestations.