Une annonce sexiste digne des années 50 scandalise sur Linkedin

Une annonce sexiste digne des années 50 scandalise sur Linkedin
Une annonce sexiste digne des années 50 scandalise sur Linkedin
Une annonce d'offre d'emploi sexiste repérée sur LinkedIn qui semble tout droit sortie des années 50 a créé la polémique cette semaine.
A lire aussi
Élise Gravel, l'illustratrice jeunesse qui dézingue les stéréotypes sexistes
News essentielles
Élise Gravel, l'illustratrice jeunesse qui dézingue les...

Les années 50 sont de retour, si l'on en croit cette annonce sexiste qui a été repérée sur LinkedIn par une journaliste américaine.

De prime abord, l'annonce est tout ce qu'il y a de plus classique. L'entreprise Vistra Inet cherche une personne pour endosser le rôle de créateur-ice de contenus et spécialiste en référencement et demande à ce que les candidats remplissent certains critères primordiaux.

Il faut que le ou la candidate soit donc doué(e) pour l'écriture, connaissances en informatique, familiarité avec les réseaux sociaux, une bonne organisation, la capacité à travailler seul(e) et en équipe, une bonne maîtrise de la communication orale et écrite... En bref, tout ce qu'on s'attend à trouver sous le descriptif d'un tel poste. Jusque-là, tout va bien.

Mais quand on atteint le bas de l'annonce, d'un coup, il y a un léger hic. En effet, on peut lire la phrase suivante :

"Veuillez noter que ce poste nécessite d'endosser les responsabilités d'une réceptionniste, les candidatures féminines seront donc privilégiées."

Ceux qui pensaient que les compétences n'avaient pas de genre se retrouvent donc bien attrapés. Parce qu'en 2015, il semble complètement impensable de mettre un homme à un poste de réceptionniste, un métier tout à fait féminin et incompatible avec le chromosome Y. C'est bien simple, si on offre ce poste à un homme, il risque de se désintégrer immédiatement sur place et de se transformer en tas de cendres.

C'est scientifiquement prouvé !

Si l'annonce a bien rapidement été retirée du site, Vista Inet n'a pour autant pas encore répondu aux sollicitation du Huffington Post qui aurait bien aimé avoir quelques explications sur cette ânerie rétrograde. Peut-être préfèrent-ils se faire gentiment oublier, en attendant de se faire éclipser par le prochain bad buzz.