Cannes 2012 : Robert Pattinson, prophète en limousine dans « Cosmopolis »

Cannes 2012 : Robert Pattinson, prophète en limousine dans « Cosmopolis »
David Cronenberg embarque le jeune et grave Robert Pattinson dans son apocalypse, adaptation barrée du roman de Don DeLillo, « Cosmopolis ». Le film sera présenté ce soir en compétition du Festival de Cannes, et sort aujourd'hui dans nos salles.


1h48 à l’écran. Pas une seule scène où Robert Pattinson ne figure pas. Une performance pour un « rôle écrasant », de l’aveu même du réalisateur David Cronenberg, qui présente ce soir son dernier film à Cannes, « Cosmopolis ». Dans cette adaptation plutôt fidèle du roman du même nom de Don DeLillo, l’ex-vampire de « Twilight » s’embarque pour une traversée de New York en limousine, maladivement obsédé par l’idée de se faire faire couper les cheveux. Mais dans cette balade, le monde réel perçu à travers les vitres teintées ne ressemble plus à rien de connu, entre miroir et filtre d’anticipation. Le trop jeune géant de la finance Eric Packer contemple en fait sa propre chute, et celle du monde tel que nous le voyons fléchir dans le journal chaque matin. L’écho à la crise contemporaine en devient presque gênant, pour un scénario imaginé il y a dix ans par DeLillo. Si bien que le réalisateur n’a pas eu grand-chose à changer pour que l’histoire devienne contemporaine. « Pendant qu’on réalisait le film, il arrivait des choses qui avaient été décrites par le roman », explique-t-il, « Rupert Murdoch s’est fait entarter, et bien sûr il y a eu le mouvement Occupy Wall Street, après la fin du tournage ». On assiste à la fin d’un monde infernal, où même l’argent, le sexe et le pouvoir ne satisfont plus le golden boy. Le réalisateur canadien y voit un signe de la grande clairvoyance de Don DeLillo sur l’évolution des choses, de où et comment va le monde. « Le film est contemporain, quand le livre était prophétique », annonce-t-il.

Le Pitch. Dans un New York en ébullition, l'ère du capitalisme touche à sa fin. Eric Packer, golden boy de la haute finance, s’engouffre dans sa limousine blanche. Alors que la visite du président des Etats-Unis paralyse Manhattan, Eric Packer n’a qu’une seule obsession : une coupe de cheveux chez son coiffeur à l’autre bout de la ville. Au fur et à mesure de la journée, le chaos s’installe, et il assiste, impuissant, à l’effondrement de son empire. Il est aussi certain qu’on va l’assassiner. Quand ? Où ? Il s’apprête à vivre les 24 heures les plus importantes de sa vie.

Si Robert Pattinson a été casté en deuxième choix, après la défection de Colin Farrell, David Cronenberg se félicite d’avoir rajeuni le héros et sa femme. Marion Cotillard était attendue pour ce rôle, mais, enceinte, elle a été remplacée par Sarah Gadon, qui figurait déjà au casting de « A Dangerous Method » (2011). Le dernier passage à Cannes de David Cronenberg remonte à 2005, il était reparti les mains vides malgré 5 nominations pour « A History of Violence ». En 1996, il avait obtenu le Prix Spécial du Jury pour « Crash », une adaptation du roman éponyme de J. G. Ballard.

Voir la bande-annonce du film


« Cosmopolis » de David Cronenberg, avec Robert Pattinson, Juliette Binoche, Mathieu Amalric. Le 25 mai 2012 au cinéma.

VOIR AUSSI

Cannes 2012 : la Palme du casting pour « The Paperboy »
Cannes 2012 : Audiard crée l'évènement avec « De Rouille et d'Os »
Cannes 2012 : Edward Norton et Bill Murray ouvrent le Festival avec « Moonrise Kingdom »
Cannes 2012 : « Lawless », le western surprenant de John Hillcoat