Welcome to New York : le producteur Vincent Maraval tacle Anne Sinclair

Welcome to New York : le producteur Vincent Maraval tacle Anne Sinclair
Welcome to New York : le producteur Vincent Maraval tacle Anne Sinclair
Dans cette photo : Dominique Strauss-Kahn
Vincent Maraval, le producteur du film retraçant l’histoire de Dominique Strauss-Kahn, répond pour la première fois aux critiques dans une interview accordée au Parisien. Suite à la projection de « Welcome to New York » à Cannes, DSK a annoncé qu’il porterait plainte et Anne Sinclair a publié une tribune de « dégoût » face aux « attaques antisémites » et « diffamatoires » vis-à-vis de sa famille. 
A lire aussi
À New York, les toilettes pour hommes vont être équipées de tables à langer
News essentielles
À New York, les toilettes pour hommes vont être équipées...


Anne Sinclair se prend pour le centre du monde. Voilà la réponse de Vincent Maraval, producteur du film « Welcome to New York », aux critiques de la directrice du Huff Post. Le 18 mai dernier, date de projection à Cannes du film d’Abel Ferrara avec Gérard Depardieu et Jacqueline Bisset, la journaliste et ex-femme de Dominique Strauss-Kahn accusait dans une tribune le film d’antisémitisme, dénonçant des allusions sur l’histoire de sa famille avant et après la seconde guerre mondiale, « allusions proprement dégradantes et diffamatoires ».

« Nulle part dans le film, il n’y a de haine des juifs »

Selon Vincent Maraval, qui répond au journaliste Alain Grasset dans le Parisien, Anne Sinclair utilise gratuitement l’argument de l’antisémitisme pour se défendre, « c’est un peu le truc tarte à la crème, le chiffon rouge que l’on agite souvent à Cannes (…). Ça marche à chaque fois. C’est une stratégie de défense insultante parce que l’antisémitisme, c’est grave. Nulle part dans le film, il n’y a de haine des juifs. »

Un film sur Depardieu

D’après le producteur, Anne Sinclair comme DSK « interprètent mal des dialogues du film » et oublient qu’il s’agit de fiction : « Dès la première scène, Depardieu dit : je ne vais pas interpréter DSK. Tous les critiques internationaux ont bien dit que c’est avant tout un film sur Depardieu, un type en chute libre avant sa rédemption, beaucoup plus que sur DSK. Quant au personnage de Simone joué par Jacqueline Bisset, elle est américaine… Preuve que ce n’est pas du copié-collé de l’affaire DSK. »

Anne Sinclair : « Elle a peur d’être absente de la scène médiatique »

Visiblement agacé par les accusations d’antisémitisme formulées par la journaliste, Vincent Maraval défend son travail de producteur et celui du réalisateur Abel Ferrara : « Abel a réalisé 25 films. Il n’y a qu’à les regarder. C’est quelqu’un qui appelle « un chat un chat ». Evidemment, il n’est pas antisémite. » Le producteur retourne même la critique contre Anne Sinclair, qui selon lui exploite l’effervescence médiatique autour de l’affaire du Sofitel et du film, en participant par exemple à l’émission « Un Jour, un destin », diffusée le 22 avril sur France 2. Un documentaire retraçait son histoire jusqu’à « l’affaire » et elle répondait ensuite à une interview sur le sujet. « Ces gens vivent constamment dans une espèce de furie médiatique. Ils ne peuvent pas s’empêcher de tout ramener à eux ».

Alors que Dominique Strauss-Kahn a annoncé qu’il porterait plainte contre le film, Anne Sinclair pour sa part a dit préférer « laisser aux spectateurs et aux critiques le soin de juger ce film », disponible depuis samedi dernier en VOD uniquement.

>> "Welcome to New York" : des pressions pour empêcher la sortie du film sur DSK

>> Cannes 2014 : la culotte d'Ayem, le sein de Nabilla et le too much assumé des plouquettes du red carpet

À voir
Aussi