Copwatch : « L'État censure, Copwatch renaît »

Par Marie-Laure Makouke
Publié le 25 janvier 2012

Copwatch
Partages
Suivez l'actualité de terrafemina.com sur Facebook
Fermé il y a trois mois sur décision de la justice, le site fichant des fonctionnaires de police renaît de ses cendres. Dans un communiqué publié sur son nouveau site, Copwatch prévient : « le ministère de l'Intérieur français a voulu nous interdire. Il a échoué. Aujourd'hui c'est à nous de lui rendre la donne ».


En septembre dernier, le site s’était attiré les foudres du ministère de l’Intérieur en publiant des photos de policiers basés à Paris et dans le Nord de la France ainsi que des informations personnelles les concernant. Trois mois après son blocage par la justice sur tout le territoire, Copwatch a fait, mardi, son retour sur la toile, sous une nouvelle adresse.
« Le ministère de l’Intérieur français a voulu nous interdire. Il a échoué. Aujourd’hui c’est à nous de lui rendre la donne », annonce le site dans un communiqué titré « L’État censure, Copwatch renaît ». Une renaissance que le collectif derrière Copwatch préparait depuis plusieurs semaines déjà, comme il l’explique aux Inrockuptibles. « Remettre le site en ligne n’était qu’une question de temps. On voulait prendre quelques précautions et se préparer à la relance pour mieux s’organiser, explique-t-il. Pour autant, il n’était pas question de laisser le dernier mot à la censure. Internet est un outil que l’État essaye de maîtriser. Nous sommes opposés à cette emprise totalitaire de l’État sur nos vies. » Témoignages, vidéo et photos à l’appui, le portail controversé accuse les fonctionnaires dont il diffuse les informations de dérapage. Son action viserait ainsi à « lutter par la transparence contre les violences policières ».

Fin 2011, dénonçant un fichage intolérable, la place Beauveau avait demandé à la justice de filtrer les pages les plus sensibles. À l’annonce de la réapparition du site, le ministère a d’ores et déjà annoncé qu’il n’excluait pas d’engager une action en référé si la nouvelle adresse ne pouvait être bloquée.

VOIR AUSSI

Copwatch : le ministère de l'Intérieur veut le blocage du site antiflics
Colloque « Femmes et villes », le sentiment d'insécurité dans les villes
Les Français ont peur !
L’iPhone, cible privilégiée des voleurs dans les transports en commun

Voir aussi :  culture web    securite   
 

Commenter

1 commentaire

franmic64 - 01/02/12 06:48
Une réelle découverte pour moi, je ne savais pas que ce type de site existait! Je trouve abusif d'entrer dans la vie personnelle des policiers!

Rejoindre le Groupe

Entreprises partenaires

Fermer