Les lolitas version numérique : l'interview de Chantal Jouanno

Par Alix Foriel
Publié le 6 mars 2012

Les lolitas version numérique : l'interview de Chantal Jouanno
Partages
Suivez l'actualité de terrafemina.com sur Facebook
L'hypersexualisation des jeunes filles puise ses ressources et son inspiration sur internet. Cette nouvelle vague de l'Observatoire Orange-Terrafemina avec NRJ s'intéresse ainsi aux lolitas, et à la façon dont le numérique influence leur sexualité et leur vision de la femme. Découvrez l'avis de Chantal Jouanno, qui vient justement de rendre un rapport sur la question à la ministre des Solidarités Roselyne Bachelot.


Chantal Jouanno est sénatrice UMP de Paris. Le 5 mars, elle a rendu son rapport sur l’hypersexualisation des jeunes filles à la ministre des Solidarités et de la cohésion sociale Roselyne Bachelot.

Terrafemina : D’après les résultats du sondage, une large majorité des Français semblent bien conscients de l’influence négative d’internet… Quel est selon vous le rôle d’internet dans l’hypersexualisation des jeunes filles ?

Chantal Jouanno : Internet a un triple rôle. Celui de donner l’accès à des sites d’adolescentes centrés sur les stars et leur apparence. Ainsi la rédactrice-en-chef de « Fan de » me disait que quand un article contient le mot « sexy », il obtient 10 000 connections de plus. Ensuite, sur les réseaux sociaux, certaines adolescentes font des concours en mettant en ligne des photos suggestives. Et pour les garçons, un des vecteurs de l’éducation sexuelle se fait par l’accès à des contenus pornographiques. Je ne dis pas qu’internet est un problème mais les jeunes n’ont parfois pas conscience qu’il s’agit d’un espace public et non privé.

Tf : Selon le sondage réalisé par l’institut CSA dans le cadre de notre Observatoire, 42% des Français sont pour que les jeunes se fassent leur propre idée tout en leur donnant des conseils. Qu’en pensez-vous ?

C.J. : Il ne peut pas y avoir d’interdiction, d’autant que l’adolescence est l’apprentissage de l’effraction. Ce qui est frappant, est que les parents ne jouent pas le rôle de référents pour de nombreux jeunes. Sur les réseaux sociaux, les parents doivent y être non pas pour fliquer mais pour débattre ensemble. Ce sondage montre qu’il y a une grande différence entre les parents de jeunes enfants et les autres. Avant la puberté, on est dans une logique d’éducation et d’apprentissage de l’outil. Pour les adolescents, il s’agit plutôt d’une logique de partage, car ils ont de plus en plus appris les limites de l’outil.

Tf : Dans votre rapport, vous proposez de rappeler les bases du numérique aux parents mais aussi de bloquer automatiquement l’accès aux contenus pornos sur les smartphones…

C.J. : Le contrôle se fait bien sur les ordinateurs, mais sur les smartphones il ne faut plus que le blocage soit à la demande. Nous sommes également contre la promotion libre du porno sur internet. Il ne s’agit pas d’interdire la publicité mais l’utilisation d’images pornos pour faire cette publicité. En effet cet accès trop facile au porno est dangereux pour les relations garçons-filles dans le sens où ils finissent par considérer que le porno correspond à une sexualité normale.

Tf : Vous préconisez également un changement de logique dans l’éducation sexuelle ?

C.J. : Oui car je considère que le plus important ce n’est pas de connaître la « tuyauterie » (comme c’est enseigné aujourd’hui) mais plutôt l’aspect psychologique, et le respect entre les garçons et les filles. Celles-ci doivent savoir qu’elles ont un droit de refus. Il faut donc faire une éducation à l’égalité entre les sexes au primaire et une vraie éducation à la sexualité en marge de l’école, avec les infirmières, le planning familial, des associations scolaires…

Tf : 83% des personnes interrogées sont favorables à une loi interdisant les tenues indécentes à l’école, quel est votre avis ?

C.J. : Je suis pour la définition d’une norme commune à tous les établissements. Les adolescents critiquent une certaine discrimination entre les établissements, et puis plus on leur parle d’interdiction, plus les murs sont couverts de publicités sexy. Il faut donc simplement des codes pour une tenue respectueuse de l’école. Ensuite, il y a le débat de l’uniforme, qui ne relève pas de l’hypersexualité mais des clivages sociaux et de la concurrence des marques.

Tf : Dans votre rapport vous pointez l’hypersexualisation de toute la société. S’agit-il d’un effet de mode passager, ou d’une tendance de fond ? Quelle conséquence sur l’image de la femme ?

C.J. : L’hypersexualisation de la société est une tendance lourde et très anglo-saxonne, dans la continuité de la libération sexuelle de Mai 68. Ces codes de la sexualité, on les retrouve partout, dans la mode, chez les stars, dans les jouets et les dessins animés. Ce qui est inquiétant et frappant, est la réapparition de tous les stéréotypes sexués. La femme se définit par son apparence, ce qui n’est pas valorisant. Enfin, on diabolise et on critique cette femme hypersexualisée, mais on n’évoque jamais l’ « hypervirilité de l’homme ».


 

Résultats de l'Observatoire Orange-Terrafemina sur les lolitas version numérique

Les résultats complets de l'Observatoire Orange-Terrafemina
L'étude qualitative par l'Institut Treize articles WebLab

VOIR AUSSI

Les lolitas version numérique : quelle image de la femme ?
Les lolitas version numérique : l'interview de Michel Fize
Les lolitas version numérique : l'interview de Béatrice Copper-Royer
L’image des enfants dans les médias protégée par une charte
Retrouvez tous les Observatoires Orange-Terrafemina

Voir aussi :  culture web    internet   

Avec notre partenaire

France Télécom Orange

Orange, marque du groupe France Télécom

Opérateurs de télécommunications

 

Commenter

1 commentaire

country33 - 28/01/13 12:37
L'hypersexualisation des filles jeunes ou moins jeune ssont maintenant légion et on va s'étonner après ça qu'elle passe pour des "pouf******".

Rejoindre le Groupe

Entreprises partenaires

Fermer