Facebook et Twitter, nouveaux outils de travail chez les 25-30 ans

Facebook et Twitter, nouveaux outils de travail chez les 25-30 ans
Pour les 25-30 ans, difficile de se passer désormais des réseaux sociaux. Certains, comme Facebook, sont même considérés par les jeunes salariés comme des outils de travail à part entière.


La génération Y déconcerte plus d’un manager : connectée en permanence, faisant peu de différence entre le temps professionnel et le temps personnel, difficile de savoir où poser des limites auprès des 25-30 ans quand il s’agit de connexion et de réseaux sociaux. Une étude Etude Kaspersky Lab France et OpinionWay publiée lundi démontre notamment que cette génération nourrie à Internet, dont 98% ont une messagerie personnelle, considère les réseaux sociaux comme un outil de travail : 46% des jeunes salariés interrogés l’affirment. 81% des jeunes actifs interrogés déclarent ainsi utiliser Facebook et s’y connecter 6,4 fois par jour depuis leur travail (contre 7,4 fois depuis leur domicile). Car si 96 % d'entre eux surfent sur Internet avec leurs propres outils, ils sont 44 % à le faire à partir des supports de leur entreprise. Et les connexions pour accéder aux réseaux sociaux ou à une messagerie personnelle se font encore essentiellement à domicile (97 %), mais aussi en situation de mobilité (60 %) et au travail (57 %).

44% prêts à violer les règles de sécurité pour se connecter

Les frontières entre vie professionnelle et vie privée sont de plus en plus floues, les ordinateurs et tablettes fournis par l’entreprise servent quotidiennement à surfer sur Internet à titre personnel, et il devient d’autant plus difficile de déterminer le temps de travail quotidien. De même, le lieu de travail lui-même n’est plus le seul cadre professionnel, puisque 25 % des personnes interrogées se disent d'accord pour travailler « de temps en temps depuis (leur) domicile » et 14 % voudraient même travailler « uniquement » depuis chez elles. Enfin, étonnamment, 80% des 25-30 ans se déclarent prêts à travailler dans une entreprise qui leur interdirait l’accès aux réseaux sociaux à partir du matériel de la société… Un chiffre qui cependant descend à 60% dans le cas où l’interdiction vaudrait également pour les smartphones et tablettes privées. Et 44% d’entre eux avouent également avoir déjà outrepassé les règles de sécurité imposées par leur entreprise ou se sentir prêts à le faire si l’occasion le voulait. Question connexion, la génération Y ne s’en laisse donc pas conter…

VOIR AUSSI

Infobésité : le nouveau syndrome des salariés connectés
Les e-mails ont des effets néfastes sur les salariés
Emploi : les jeunes actifs plus flexibles et plus optimistes que leurs aînés
Réseaux sociaux et utilisation d’Internet au travail : quels sont mes droits ?

Dans l'actu