Digital citizen : qu’est-ce que la citoyenneté numérique ?

Digital citizen : qu’est-ce que la citoyenneté numérique ?
Digital citizen : qu’est-ce que la citoyenneté numérique ?
Le milliard d’utilisateurs actifs sur Facebook dans le monde a-t-il conscience d’entretenir le business d’une seule société californienne ? Geek convaincu et promoteur d’une société numérique responsable, David Lacombled, ex journaliste et aujourd’hui directeur délégué à la stratégie de contenus chez Orange, publie Digital citizen (Plon), et propose d’éveiller les consciences des citoyens 2.0. Entretien.
A lire aussi
Quelques femmes du numérique ! : 200 e-entrepreneuses dans l'objectif d'Olivier Ezratty
Mag
Quelques femmes du numérique ! : 200 e-entrepreneuses...

Terrafemina : Pourquoi ce livre ?

David Lacombled : C’est le fruit de trois ans de réflexion et de prises de parole. L’aboutissement d’articles divers écrits pour la Revue des Deux Mondes notamment, Politique internationale ou encore la Revue Civique. Le numérique prend une place prépondérante dans nos vies et je pense qu’il est temps d’éveiller les consciences sur le fait que nous sommes face à des conglomérats, comme Apple ou Google, qui, sous des dehors sympathiques, n’en restent pas moins des sociétés très puissantes capables de dialoguer d’égal à égal avec des états. 

Tf : Quels risques voulez-vous souligner ?

D. L. : Aujourd’hui 80% des revenus publicitaires investis en Europe partent directement dans quelques sociétés américaines comme Google, première régie publicitaire du Web, Amazon, Facebook ou Apple. Ça ne pourra pas durer. C’est comme si des camions prenaient l’autoroute d’Espagne en Allemagne sans jamais s’arrêter en France au péage ou à la station essence. Ils endommagent la route sans contribuer à sa rentabilité. 

Tf : Le concept de « citoyenneté numérique » constitue donc une réponse à cette domination du web par quelques puissances économiques ?

D. L. : En effet. J’appelle à une prise de conscience des citoyens sur les données qu’ils livrent de leur plein gré et qui deviennent des produits marchands qui contribuent au système. Il faut imaginer de nouveaux processus : le citoyen devrait pouvoir se retourner, réclamer un accès à son dossier Facebook comme c’est le cas pour un salarié dans l’entreprise. Plus globalement, au lieu d’imposer de nouvelles taxes à ces entreprises, au risque de casser l’innovation, les données collectées pourraient être rendues publiques et permettre aux Etats d’améliorer la gestion des collectivités…

Tf : De la culture à la politique, les grands acteurs de la société française ont-ils entériné les enjeux de cette révolution ou sommes-nous en retard ?

D. L. : Il ne faut pas chercher à batailler dans des domaines que nous ne maîtrisons pas. Mais nous avons les compétences en matière de création de logiciels, dans l’entertainment et notamment les jeux-vidéos, dans les contenus, la physique, la science. La France doit devenir un laboratoire européen dans ces domaines, et ce n’est pas seulement aux états de prendre les initiatives mais aux citoyens. Les états seront toujours en retard sur la technologie. C’est aux citoyens de se prendre en charge par l’auto-régulation, d’où la nécessité d’une éducation pour que les personnes prennent le dessus sur l’outil, et qu’elles en connaissent le modèle économique. 

Tf : La politique du gouvernement actuel concernant le numérique vous paraît-elle suffisante ?

D. L. : Je pense que les gouvernants doivent créer un terrain favorable pour la croissance numérique en veillant notamment à ne pas taxer systématiquement des industries naissantes au profit de secteurs en déclin. Le numérique contribue déjà beaucoup à nourrir la croissance et la libre entreprise, ne lui coupons pas l’herbe sous le pied.

Tf : Si l’on veut parler de citoyenneté, il faut parler de responsabilité. Comment envisagez-vous par exemple les problématiques liées aux droits des artistes et des auteurs face à la numérisation des supports ? La grande bibliothèque numérique verra-t-elle le jour ?

D. L. : Par nature, la culture est antinomique du numérique, parce qu’elle est continuité et que le second n’est que ruptures. Là où la culture valorise le local et le patrimoine, le numérique impose une visée globale et mondiale. Néanmoins cette fenêtre ouverte sur le monde est un formidable outil pour la culture, et implique une adaptation aux nouveaux supports. Le numérique constitue précisément un moyen de recréer du lien : on le voit avec des artistes qui ont trouvé le moyen de communiquer et d’exister sur Internet et qui vendent de fait plus de places de concert. Le virtuel nous rapproche in fine du réel, il faut simplement accepter le défi de transparence que le numérique impose. 

Tf : Quelle est la responsabilité d’un acteur comme Orange pour créer les conditions d’une citoyenneté numérique ?

D. L. : Apporter la meilleure expérience du numérique possible : un service de qualité pour consulter ses mails, regarder une vidéo ou, c’est la moindre des choses, téléphoner ! Il y a aussi une mission didactique, qui consiste à accompagner les usagers dans l’utilisation de cette « fenêtre sur le monde ». Un parti pris assumé chez Orange à travers le Talk Orange-Le Figaro, l’observatoire Orange-Terrafemina sur les révolutions numériques, ou encore les services de vidéo à la demande. 

Digital citizen, Manifeste pour une citoyenneté numérique, David Lacombled, éditions Plon. 

Voir aussi

Mobilisation numérique : quand les foules virtuelles prennent le pouvoir
Ecole numérique : plongée dans la "Classe Immersive" de Microsoft
Nicolas Colin, « l’âge de la multitude » : la révolution numérique peut-elle sauver notre économie ?

Dans l'actu