E-Santé : Au secours Google, j’ai mal !

Par
Publié le 15 février 2011

E-Santé : Au secours Google, j’ai mal !

E-Santé : Au secours Google, j’ai mal !

Ce n’est pas la mode, ni les news people, ni les beaux mecs, qui font cartonner le premier site féminin français, c’est la santé ! Avec ses 8 millions de visiteurs uniques mensuels, Doctissimo.fr explose les scores d’audience depuis son lancement en 2000, entraînant dans son sillage la floraison de concurrents de toutes sortes prêts à nous soulager au moindre petit bobo. D’après le sondage CSA réalisé en février pour Orange et Terrafemina dans le cadre de l’Observatoire sur la E-Santé, 60% des Français ont déjà consulté le web pour s’informer suite à un problème de santé, en particulier les femmes (66%), premières consommatrices d’infos médicales sur le web. Paranos ? Hypocondriaques ?
Curieux(ses), en fait. Parmi les Français adeptes de cette prise d’information, 73% affirment consulter Internet pour se faire une première idée avant d’aller voir un médecin généraliste. Le grand retour à la nature, la vague Bio et les scandales sanitaires semblent avoir fait naître une génération d’internautes soucieux de comprendre le pourquoi d’un traitement ou de connaître les solutions alternatives. Des patients éclairés pour une médecine à la carte ?

« Comprendre, vérifier, se rassurer »

« Comprendre, vérifier, se rassurer »

Carole a 42 ans, et 8 enfants. Inutile de préciser qu’elle n’a pas vraiment le temps de courir chez le docteur dès qu’un rhume se déclare : « sur Internet, il n’y a pas d’heure pour poser des questions et trouver des réponses », dit-elle. Infirmières en chef de toute la famille, les mamans ont désormais les moyens de vérifier avant de donner le moindre Doliprane à leurs bambins : « Quand on me prescrit des antibiotiques, j’aime bien avoir un petit avis en plus », déclare Marie, 40 ans, lors du groupe de réflexion réuni dans le cadre de l’Observatoire Orange-Terrafemina. Des réflexes nouveaux, signe chez certaines d’une perte de confiance dans le système médical : l’affaire du Médiator est passée par là, mais pas que. « Depuis quelques années, entre la vache folle et la grippe H1N1, on est inquiètes en permanence, c’est la société qui nous rend hypocondriaques », explique Carole. Elles sont plusieurs, même, sur ce groupe de 8 femmes, à fréquemment « Googliser » le moindre médecin avant de prendre rendez-vous, cherchant sur les forums des avis, des « notes », en quelque sorte : « Il est interdit de donner des noms, mais nous savons très bien comment faire pour nous comprendre en donnant des détails géographiques par exemple », explique l’une d’entre elles. Sans aller jusqu’à l’enquête, 53% des femmes cherchent sur le web comment se soigner : les recettes de grand-mère, l’homéopathie et les médecines parallèles, alternatives aux traitements « chimiques », font un carton. Certaines finissent même par se passer de la visite chez le médecin : 39% des femmes de moins de 24 ans ont déjà pratiqué l’auto-médication en suivant des informations trouvées sur Internet. Une confiance accordée un peu trop vite aux rebouteux 2.0 ?

A quel web docteur se vouer ?

A quel web docteur se vouer ?

Paradoxalement, si 68% des personnes qui consultent le web pour s’informer sur leur santé affirment faire confiance à leur médecin, 59% choisissent en priorité les sites généralistes comme Doctissimo pour glaner des informations, avant les sites spécialisés des médecins (24%) ou les sites officiels des hôpitaux et des institutions reconnues par l’Etat (8%). « Doctissimo est le plus ancien, et très facile à lire », affirme une adepte, « ce n’est pas du jargon médical », déclare une autre. L’anonymat des questions et des réponses, aussi intimes soient-elles, et surtout la liberté de surfer à travers les sites et forums pour « recouper les informations soi-même », explique Marie, donne l’impression de reprendre le contrôle sur sa santé : « ça nous rend moins naïves ».
Mais comment expliquer la crédibilité accordée à l’information qui circule ? 71% des sondés pensent en effet que les informations médicales sur le web sont de bonne qualité. Partagés sur cette épineuse question de la valeur scientifique des millions de contenus disponibles, les professionnels de santé misent sur les labels comme le « Hon Code » (Health on the net), encore méconnu mais appelé à se généraliser. Des associations de web-médecins, comme « Médecins Maîtres-Toile », militent aussi pour généraliser la diffusion et la promotion d’articles validés par les autorités de santé. Un défi de taille pour apprivoiser la Toile et ses jeunes websurfeurs, beaucoup plus téméraires que leurs parents face à l’offre médicale en ligne.

La télé-médecine doit encore conquérir son public

La télé-médecine doit encore conquérir son public

Alors que la prudence est encore de mise chez la majorité des Français, les jeunes n’ont pas peur du net : 28% des 18-24 ans et 23% des 25-34 ans avouent chercher des informations médicales sur Internet pour épargner le prix d’une consultation. Les moins de 35 ans recourent aussi davantage à l’auto-médication que la moyenne.
C’est cette population confiante dans les pouvoirs du numérique qui devra populariser les sites et outils de demain, comme le dossier médical personnel en ligne, qui réveille chez certains la phobie de la violation de la vie privée : « encore du flicage », s’inquiète une internaute. Ainsi, 34% des sondés ont affirmé ne pas y être favorables, alors que cet outil donnera accès à n’importe quel médecin au dossier médical complet du patient. Scepticisme encore plus marqué pour la consultation médicale en ligne via une webcam, procédé utile pour faire face à la pénurie de généralistes et à l’isolement des personnes âgées, 70% des personnes interrogées estiment que c’est une mauvaise idée, qui empêchera le médecin de faire un bon diagnostic.
On ne badine pas avec la santé, et la pudeur des uns rejoint la frilosité des autres quand il s‘agit de franchir concrètement le pas du numérique : des peurs qu’il faudra bien désamorcer pour relever, entre autres, le défi de la dépendance.

TELECHARCHER LES RESULTATS DES ETUDES SUR L'E-SANTE

Les résultats du Baromètre Orange – Terrafemina : La santé à l’heure d’Internet : demain, l’automédication en ligne ?
Les résultats du Web Lab de Treize Articles : radioscopie de l’e-santé

LIRE AUSSI

Nora Berra défend une E-Santé encadrée

E-Santé : Interview du Dr. Marie-Thérèse Giorgio, « Le patient cerne mieux sa pathologie »
E-Santé : Interview de Denise Silber, « Internet permet d’optimiser la consultation médicale »
E-Santé : Interview du Dr. Stefan Darmoni, « Les sites officiels sont en retard »

L’observatoire Orange-Terrafemina : « Internet et sentiments, la love machine numérique »

Avec notre partenaire

France Télécom Orange

Orange, marque du groupe France Télécom

Opérateurs de télécommunications

Voir aussi :  culture web    sante    internet   
Consultez-vous Internet pour vos problèmes de santé ?
           
 

Commenter

24 commentaires

majt81 - 16/02/11 16:20
Internet, on ne trouve pas un diagnostique, mais une idée de ce qui nous fait souffrir, le généraliste demande ou on a mal, sinon il trouvera pas.
fleurs06 - 16/02/11 19:03
Pourquoi pas, mais personnellement je préfère quand même avoir mon docteur devant moi, et qu'il voit vraiment les symptômes que j'ai ...
fleurs06 - 16/02/11 19:36
Pourquoi pas, mais personnellement je préfère quand même avoir mon docteur devant moi, et qu'il voit vraiment les symptômes que j'ai ...
country33 - 16/02/11 19:51
Il vaut mieux se fier aux bons soins de son médecin avant de faire n'importe quoi , c'est vrai que j'ai des astuces pour les petits maux , mais autrement c'est le Doc qui se chargent de Mes Allergies et de tout le reste.
votreop - 14/05/11 01:13
Rien ne vaut les remèdes de grand-mères!
dakota76 - 16/05/11 21:50
Je consulte régulièrement les sites de santé pour avoir des explications mais je ne me hasarde pas à me soigner toute seule.
yanika81 - 29/05/11 22:18
A mon avis si les études de médecine sont si longues, ce n'est pas pour que nous devenions tous cyber-médecins !! Il me semble que cela peut-être dangereux car soit on peut être amenés à "trop" se soigner soit nous pouvons passer à côté de quelques de grave. Rien de mieux que le médecin. C'est sûr qu'il ne fait pas le poids : chez lui on doit patienter (d'où le nom sûrement de patient) alors qu'en 2 clics de souris nous pensons détenir la vérité !! Toujours plus vite mais est ce toujours mieux ?
country33 - 13/06/11 11:32
Pas étonnat que certaines poersonnes se trouvent des maladies , quand on voit certains sites
angelabeille - 05/07/11 07:37
Oui c'est pas mal comme idée, mais je trouve tout de meme plus prudent de consulter, c'est bien pour des renouvelements ou de la surveillance (un suivit) je pense. Maintenant diagnostiquer une otite d'une angine, c'est quand meme plus prudent de voir son medecin.
votreop - 10/07/11 15:21
Mais internet de toute façon ne peut remplacer un médecin.
Pipinousse - 22/09/11 14:08
On peut se renseigner sur des symptômes ou des maladies mais il faudra toujours consulter un médecin pour plus de précaution
paulhan2night - 24/10/11 14:01
j'y prend des informatiosn mais avec un certaine prudence quand même , rien ne vaut une vraie consultation
angelabeille - 24/10/11 14:05
Le probleme c'est que desfois pour consulter, cela peut etre long, et on fait de l'automédication en se fiant aux infos sur internet... mais je prefere encore en parler avec la pharmacienne.
country33 - 28/10/11 09:01
C'est vrai que la pharmacie sera plus à même de nous renseigner, mais je passe un copup de fil au médecin et parfois il me dis ce que je peux prendre.
fidjikelyna - 15/11/11 13:51
je suis pas d'accord avec la télé médecine, cela ne remplacera jamais la vraie visite humaine, par caméra interposer on peut se tromper et le dr ne ressent pas les mêmes choses!!!
country33 - 28/11/11 00:10
Ca peut donner qulques indication quand le docteur ne visiste pas, ou un soir , ou le week end, mais attention , ne faites pas n'importe quoi.
peroqjulu38 - 03/12/11 02:06
Internet ne peux pas dianostiquer certaines maladies, on peut avoir une petite idée mais attention quand meme a notre jugement, car celui-çi peut faire plus de mal que de bien ! nous ne pouvons pas nous auto-médicamenter pour certaines maladies.
fleurs06 - 11/12/11 18:33
Et bien, personnellement je préfère quand même allée voir un " vrai " médecin, car quand même le docteur est un spécialiste ...
franmic64 - 03/01/12 00:27
Une consultation en ligne ne me semble pas envisageable aujourd'hui et si besoin je prends rendez vous chez mon médecin
linelu7 - 17/01/12 17:18
Bien sur , il semble étonnant d'envisager une consultation médicale par le biais d'un ordinateur , pourtant en réfléchissant , quand on appelle un médecin en explicant les symptômes d'une maladie , il arrive à juger de l'urgence , donc je pense que la consultation par le web est une évolution intéressante
milk4491 - 21/04/12 18:10
assez d'accord avec docteur google en général.. bien sur cela n'empeche pas de passer voir son généraliste mais disons que personnellement selon la gravité de ce que j'ai, j'y cours plus ou moins vite...
country33 - 30/07/12 07:41
On ne dois pas faire une entière confiance à l'internet plutot qu'au médecin c'est vrai ça donne parfois une orientation .
Fleurdesmontagn - 14/08/12 08:25
Et oui! On fait appel à Google pour trouver l'aide dont on a besoin! Sur Google, on a beaucoup de choix de sites qui nous offrent le meilleur que ce soit les explications, les remèdes et les conseils!
bajinette - 18/12/13 10:10
Sur internet ,on se fait des idées en " gros ",mais une visite chez le médecin est nécessaire pour des choses sérieuses . .
Fermer