Politique et internet en France, un couple encore mal assorti

Par Alix Foriel
Publié le 11 mars 2010

Des femmes présentes sur le Net, mais peu sensibles à la politique numérique

Des femmes présentes sur le Net, mais peu sensibles à la politique numérique ©  iStockphoto/Getty images

Cette révolution-là, elles ne l’ont pas laissée passer. Les femmes vont sur internet, et elles y passent même beaucoup de temps. Alors que seulement 29% des internautes étaient des femmes en 1998, elles sont 47% aujourd’hui. Elles ont littéralement investi les forums, les réseaux sociaux et les blogs.

Mais que font-elles sur internet ? Du pratico-pratique, nous ont répondu nos expertes de l’atelier de créativité (voir la vidéo et le compte-rendu). Et visiblement, pas beaucoup de politique, à en croire l’étude intitulée « l'essor de la citoyenneté numérique » réalisée par l’institut Isama pour Orange et Terrafemina. Ainsi, elles apparaissent toujours les moins réceptives pour s’informer sur le déroulement et les enjeux de la campagne des élections régionales, que ce soit sur le site d’un média national (76% des sondés n’y vont jamais, avec une proportion de 81% de femmes), ou le site d’un candidat d’une liste (85% avec une proportion de 88% de femmes).

D’ailleurs force est de constater que dans la blogosphère politique, rares sont les femmes. « Cela traduit le phénomène d’un moindre investissement des femmes en politique, ce milieu étant toujours plus masculin, même si cela change petit à petit, » constate Anne-Marie Rocco, journaliste à Challenges où elle tient un blog sur les femmes. Elle ajoute : « Les sujets des bloggeuses sont traditionnellement et typiquement des sujets féminins » (cuisine, mode, éducation, journal intime…)

Certes, les femmes qui surfent sur internet n’y vont pas pour la politique. Mais ce qui ressort aussi de ce sondage, c’est un net désintérêt pour les élections régionales.

Elections régionales : un dramatique désintérêt sur le net et ailleurs

Elections régionales : un dramatique désintérêt sur le net et ailleurs ©  iStockphoto/Getty images

57% : c’était le taux d’abstention en juin 2004, lors des dernières élections régionales. Cette année, le résultat pourrait être encore pire. « Dans ces conditions, il ne faut pas s’étonner qu’il n’y ait pas de ruée vers les ordinateurs pour consulter les sites des candidats, » estime Anne-Marie Rocco, journaliste à Challenges. C’est d’ailleurs ce que confirme le sondage réalisé par l’institut Isama pour Orange et Terrafemina.

Les électeurs (et internautes) auraient-ils perdu toute foi dans la politique numérique? Seuls 39% des sondés pensent qu’internet permet aux électeurs de mieux se faire entendre des candidats. Pourtant, la Toile est bien le lieu par excellence de l’immédiateté de l’information brute, et surtout de la liberté.

On peut tout dire et tout entendre. Mais finalement, n’y aurait-il pas trop d’informations, de bavures, de dérisions, et de coups bas ?

« C’est ce qu’on appelle la théorie de la transparence : tout est sur le net, on ne sait plus séparer le privé du public. Tout est permis pour trouver le bon jeu de mots, la meilleure caricature, et pour faire du buzz. Cela devient un jeu public qui dévalorise la politique sur le net, » regrette Fadila Méhal, candidate tête de liste Modem aux élections régionales à Paris.

Un avis que ne partage pas Matthieu Lerondeau, co-fondateur de la Netscouade. « Je ne pense pas qu’internet favorise particulièrement ce genre de dérives, il permet plutôt un renouvellement des interactions entre la politique et le citoyen. Prenez l’exemple de Nathalie Kosciusko-Morizet qui a réussi à créer une communauté de plus de 30 000 followers sur Twitter, elle arrive à faire passer de vrais messages. »

Force est de constater, quand même, qu’à part notre Secrétaire d’Etat à la prospective et l’innovation numérique, nos politiques ne sont pas vraiment en pointe sur le web…

La politique française a-t-elle un train numérique de retard ?

La politique française a-t-elle un train numérique de retard ? ©  iStockphoto/Getty images

Si les internautes ne vont pas chercher leurs infos politiques sur le net, c’est peut-être parce que le débat n’est pas de grande qualité. C’est en tout cas l’avis d’Agnès Touraine, présidente d’Act III Consultants, société de conseil dédiée aux stratégies de croissance et aux développements numériques. Elle cite notamment l’excellent Huffington Post, blog politique influent et populaire à la fois.

« La France est très en retard par rapport aux Etats-Unis dans l’utilisation de la politique sur Internet. Prenez par exemple la campagne de Barack Obama, avec son énorme buzz, et la capacité qu’il a eue de parvenir à toucher des populations traditionnellement difficiles à joindre, » déclare Agnès Touraine. Et d’ajouter : « les Etats-Unis ont une approche systématique et élaborée de la campagne sur le net. En France, cela arrivera pour la prochaine élection présidentielle. »

A quand la réconciliation entre politique et société, sur le Net ?

A quand la réconciliation entre politique et société, sur le Net ? ©  iStockphoto/Getty images

« Le numérique peut être un moyen de réconcilier la société et la politique, et les femmes peuvent être un vecteur de cette réconciliation, » estime Agnès Touraine, la présidente d’Act III Consultants. Autrement dit, le temps des citoyennes numériques est peut-être enfin venu.

Aux femmes de se saisir de la question, et de s’emparer des nouveaux outils qu’offre Internet. Quels sont ces outils ? Les tout nouveaux réseaux sociaux lancés par les principaux partis, et qui permettent une refonte des pratiques militantes. La Netscouade, dont Matthieu Lerondeau est directeur associé, a participé à la création de la Coopol (coopérative politique), un réseau social militant et une gamme d’outils destinés aux sympathisants et militants socialistes, venant concurrencer les « créateurs de possibles » de l’UMP.

Pour M. Lerondeau, « ces outils contiennent un potentiel énorme pour faire changer les partis de l’intérieur. (Ils) favorisent les discussions en dehors des cadres parfois rigides du parti, permettent de faciliter la co-création d’idées, et favorisent la diversité. »

N’oublions pas qu’internet est un formidable outil de pouvoir pour les minorités. Et c’est aussi un moyen différent de s’engager en politique, avec un investissement personnel à géométrie variable. Plus besoin de prendre sa carte du parti, d’assister aux réunions et de distribuer des tracts… les sites des candidats (et des candidates !) permettent une relation plus directe avec les internautes.

A nous d’en profiter pleinement !

ALLER PLUS LOIN :

Observatoire Orange-Terrafemina : Les femmes et la révolution numérique

Le temps des citoyennes numériques

3 questions à Fadila Méhal (candidate Modem aux Régionales)

3 questions à Agnès Touraine (présidente d’Act III Consultants)

3 questions à M. Lerondeau (directeur associé de la Netscouade)

Le temps des citoyennes numériques : réunion d’expertes (en vidéo)

Atelier de créativité : l’avis de Mathilde Ferrey-Pereira (en vidéo)

Atelier de créativité : l’avis de Constance Legrand (en vidéo)

Télécharger le baromètre Terrafemina – Orange en pdf

Découvrez le magazine féminin d'Orange

Avec notre partenaire

France Télécom Orange

Orange, marque du groupe France Télécom

Opérateurs de télécommunications

Quel smartphone HTC est fait pour vous ?
Que vous soyez une working girl accomplie ou une épicurienne qui aime shooter tout ce qu’elle voit, les smartphones HTC répondront à vos besoins.  
 

Commenter

16 commentaires

ysabella - 11/03/10 22:37
Il est vrai que je n'ai pas encore l'idée ni l'envie d'aller sur des sites politiques; je me contente de mes revues de presse. Je m'y intéresserai peut-être avec un peu plus d'attention lorsque les politiques sauront m'y intéresser par des débats d'un niveau plus élevé, avec des propositions concrètes et proches de la réalité suivies d'actions réelles.Lorsque l'intérêt général supplantera l'intérêt personnel...
leslie2613 - 12/03/10 15:17
moi non plus internet n est pas mon média de prédilection en matière de politique je suis plus encline aux débats télévisés et au support papier pour lire les sujets de campagne.
ceciloute2009 - 13/03/10 21:44
Rien ne vaux les médias télévisés ou la radio pour s'informer sur la politique,il y a d'éxélents croniqueurs qui nous font comprendre des choses et qui sont au courant des chiffres que nous ne savons pas forcement leurs analyses sont pertinentes
gilly - 14/03/10 20:44
faut pas croire tout ce qu'on lit sur le net, en politique mieux vaut regarder les debat televisés
joelasaucisse - 05/04/10 05:17
Le web est vraiment un très bon outil pour se tenir informé de l'actualité, la politique... Pas trop cher, il est accessible à quasiment tout le monde.
joelasaucisse - 17/04/10 17:10
personnellement, j'attends de recevoir les papiers des candidats chez moi plutôt que de suivre leurs idées sur internet, beaucoup trop de temps pour chercher.
pussy01360 - 03/08/10 16:02
sur internet il y a tellement de vrais et de faux qui circule que je préfère regarder les débats ou les journaux, c'est plus sûr.
country33 - 14/11/10 23:45
Les infops arrivent de partout et on, peu s'informer uniquement avec l'ordi tous sont deçu avec leurs sites .
angelabeille - 04/07/11 15:49
il y a tellement d'info, que je finis par ne plus lire ou ecouter. sauf ici actuellement, car c'est ecrit avec beaucoup de simplicité
country33 - 04/07/11 17:44
Oui c'est vrai que certains trucs c'est à y perdre son latin.
franmic64 - 14/01/12 18:35
L'accessibilité d'internet ne convient pas manifestement au monde politique. Les français en ont peut être assez d'entendre les différents partis s'agressez...
jujuleretour - 31/01/12 15:30
la technolie n a pas servie la politique , mais , il est vrai que nous ne pouvons pas ouvrir un joural ou allumer une tele sans voir un politique , les gens preferent peut etre aller sur le net pour une envie d autre chose ,,, s evader ,,, tout simplement du quotidien auquel ils sont confrontés ,,,
omaha - 31/01/12 15:32
on est abreuvé d'information en tout genre, il faut savoir réellement faire le tri et déterminer le vrai du faux
country33 - 19/06/12 08:11
Je crois que le jour ou on pourra voter depuis la maison avec notre clavier il y aura bien moins d'absentéisme pour les urne set ec sera certainement plus simple pour tout le monde..0
Fleurdesmontagn - 03/07/12 16:43
Internet est partout! La politique aussi! Grands ou petits, tout le monde parle politique et internet!
country33 - 25/09/12 10:37
On ne parle pas des comptes facebook et twitter des politiques mais ils en ont tous ou à peut près un, alors il faut franchement évoluer si on veut avancer.

Entreprises partenaires

Fermer