Du 20 heures à Twitter : Les réseaux sociaux bousculent l'info

Par Marine Deffrennes
Publié le 11 octobre 2011

Du 20 heures à Twitter : Les réseaux sociaux bousculent l'info

Du 20 heures à Twitter : Les réseaux sociaux bousculent l'info

Le 29 avril 2011, 15 000 tweets sont émis à chaque minute pour commenter le #royalwedding de Kate et William. Deux semaines plus tard, Jonathan Pinet (@j_pinet), jeune militant UMP, twitte le scoop de l’année : « Un pote aux Etats-Unis vient de me rapporter que #DSK aurait été arrêté par la police dans un hôtel à NYC il y a une heure ».
Aucun doute, en 2011, la France devait faire connaissance avec Twitter, plateforme de micro-blogging où les messages courts des uns et des autres se succèdent en permanence. Un bouche-à-oreille mondial qui vient compléter la multitude de sites d’info, portails d’actu, blogs et réseaux en ligne.
Ce conglomérat de nouveaux médias numériques s’est fait une place, en quelques années, dans l’emploi du temps et la barre de favoris des internautes français. L’Observatoire Orange-Terrafemina consacré aux nouveaux modes de consommation de l’information révèle que plus de 7 Français sur 10 consultent l’information sur Internet*, via les portails d’actualité (MSN, Google, Yahoo) ou les sites des grands médias (lemonde.fr, lequipe.fr,…), et que plus d’un tiers d’entre eux (et la moitié des moins de 35 ans) commente des articles et diffuse des liens sur les réseaux sociaux. Bien loin de se contenter d’un quotidien et d’un journal télévisé, le consommateur d’info fait preuve d’une curiosité multi-supports, et multi-écrans : 36% des sondés déclarent consulter l’information sur leur mobile. « La radio au réveil, une appli actu dans le métro, et un magazine le soir », voilà à quoi ressemble la journée médiatique de Jeanne, 38 ans. Entre temps, elle jette un œil sur Google Actualités ou MSN, et pour ses sujets de prédilection, il y a Facebook.

* D’après un sondage CSA réalisé dans le cadre de l’Observatoire Orange-Terrafemina avec le Figaro, sur un échantillon de 1005 personnes âgées de 18 ans et plus, interrogées par téléphone du 21 au 23 septembre 2011.

Les nouveaux passeurs d'info

Les nouveaux passeurs d'info

« Pendant l’interview de DSK dans le 20 heures de Claire Chazal, je n’étais pas chez moi, j’ai pu suivre sur Facebook et les gens commentaient », raconte l’une des femmes réunies dans le cadre du groupe d’étude Weblab pour l’Observatoire Orange-Terrafemina. « Etre sur les réseaux sociaux, c’est vivre l’info », ajoute-t-elle, « on parle tous du même sujet au même moment, on est dans la communauté ». Cette communauté existe bel et bien, et ne se contente plus de lire passivement les articles qui lui tombent sous le nez : plus d’un tiers (38%) des sondés commente des articles et partage des liens sur les réseaux sociaux. « Ces chiffres montrent que le tournant participatif a réellement été pris dans le rapport aux médias », analyse Laurence Allard, chercheur en Sciences de la communication, « les internautes s’engagent davantage en prenant le temps d’écrire leur opinion et deviennent codiffuseurs et coproducteurs de l’information. »
Avec 53% d’abonnés Facebook et déjà 3 millions d’inscrits sur Twitter en France, les médias travaillent donc à entretenir la flamme de cette audience motivée, en automatisant au maximum les fonctions de partage, et en créant des passerelles entre leurs contenus et les réseaux sociaux. Outre le bouton « j’aime », ou la possibilité de « tweeter » un article d’un simple clic, les lecteurs pourront bientôt accéder directement aux contenus d’un média tout en restant sur Facebook : des applications sont en cours d’élaboration pour Le Monde et les Echos. La tendance semble pérenne en effet, puisque chez les jeunes, massivement connectés (73% des 25-34 ans ont un profil Facebook), les réflexes sont déjà là. Ce sont eux qui commentent et partagent le plus l’information sur les réseaux sociaux, les blogs et les sites d’info – 46% des 18-24 ans et 53% des 25-34 ans.

Buzz et bruits de couloir : le plébiscite du média qualitatif

Buzz et bruits de couloir : le plébiscite du média qualitatif

Les plus de 35 ans et les femmes se montrent plus prudents face à l’effusion médiatique en ligne. Pour 59% des sondés – et 67% des femmes-, le défaut principal des médias numériques réside dans le risque de diffuser des informations non vérifiées. La méfiance est de mise face à l’instantanéité d’un tweet ou la rapidité de publication d’une news sur un portail d’actualité. Ainsi, 30% des sondés citent le manque d’analyse comme deuxième défaut de ces médias, tandis que 35% des plus de 60 ans dénoncent une information qui privilégie le sensationnel. La course au scoop et les effets de buzz découragent parfois, et l’information diffusée sur les réseaux sociaux n’est pas considérée comme crédible : « Facebook, ça donne un avis superficiel », « le tweet sur DSK, ce n’est pas de l’info, c’est comme si un ami me disait quelque chose. N’importe qui peut dire n’importe quoi », peut-on entendre parmi les femmes réunies en groupe d’étude. Pour s’y retrouver, c’est donc aux sites d’information des grands médias – lemonde.fr, lefigaro.fr,…- que 70% des internautes accordent leur confiance. Pour Brigitte Poncharal, consultante nouveaux médias au sein de l’agence IMCA, « ces marques sont parvenues à s’installer sur le web », et surtout à rassurer : « il faut croire que la masse d’information disponible fait revenir les lecteurs vers des valeurs sûres. On cherche une hiérarchisation et une organisation », ajoute-t-elle. Il s'agit donc, pour les rédactions, de satisfaire un public exigeant et de plus en plus au courant.

Crowdsourcing : les vertus de la participation

Crowdsourcing : les vertus de la participation

Ultra-connectés et encouragés à éprouver leur sens critique, les internautes ne s’en laissent plus compter. Sur la plateforme de micro-blogging, les séances de live-tweets d’abord consacrées aux émissions de télé-réalité –La Nouvelle Star ou l’Amour est dans le pré-, ont donné naissance à des épisodes plus denses de commentaires sur les débats politiques. Les plateaux dédiés à la primaire socialiste ont achevé de révéler le potentiel de ces réunions virtuelles. Devant leur TV, les tweetos évaluent voire vérifient les dires des politiques pendant leur exercice de campagne. Benoît Raphaël, fondateur du Post.fr et du site « le Plus » du Nouvel Observateur, table sur la contribution des internautes (« crowdsourcing ») et le développement du fact-checking : « Twitter rassemble un triptyque très puissant d’influenceurs –journalistes, blogueurs, hommes politiques. Ces derniers savent désormais que lorsqu’ils passent à la télévision, des journalistes sont capables de vérifier leurs propos en direct. A long terme, cela pourrait les encourager à modifier leur discours… »

L’émission « C dans l’air », sur France 5, prend d’ores et déjà en compte les tweets des spectateurs en cours de route, en attendant la télévision connectée, qui réunira les deux écrans en un : une « télévision sociale », qui pourrait redorer le blason du JT.


LES RESULTATS DE L’OBSERVATOIRE SUR LES MEDIAS ET LES RESEAUX SOCIAUX

Les résultats complets de l'Observatoire Orange-Terrafemina sur les médias et les réseaux sociaux
L’étude qualitative par l’Institut Treize articles WebLab

VOIR AUSSI

Médias et réseaux sociaux : « La Télé sociale existe déjà »
Médias et réseaux sociaux : « l'ère des codiffuseurs d'info »
Médias et réseaux sociaux : « Twitter va se démocratiser »

Voir aussi :  culture web    information    medias    twitter   

Avec notre partenaire

France Télécom Orange

Orange, marque du groupe France Télécom

Opérateurs de télécommunications

Quel type de média préférez-vous pour vous informer ?
           
 

Commenter

23 commentaires

sandrine6405 - 11/10/11 09:31
Je ne connais pas le site de Twitter et je vois qu'il prend beaucoup d'ampleur, je devrais peut etre aller voir à quoi ça ressemble
paulhan2night - 25/10/11 00:14
j'ai testé un peu twitter mais je ne m'y retrouve pas vraiment, je suis plus sur facebook
country33 - 25/10/11 00:18
J'avais pris ça au début et tout le monde était sur facebook.
julls - 16/11/11 10:08
Twitter est pas mal, mais je n'y vais pas pour la sphère info mais détente plutôt. C'est sur que les médias via internet aurons de plus en plus de place dans l'information.
jeant - 20/11/11 23:10
Et oui le 20h ça devient has been maintenant...
rbarbara50 - 28/11/11 10:10
J'ai teste twitter mais j'ai pas réussi a adherer
fleurs06 - 02/12/11 22:02
Et bien, personnellement je ne suis pas trop fan de Twitter, je préfère regardée les informations à la télévision, sa y a pas à dire !
country33 - 20/12/11 08:09
Je ne suis pas sur twitter, mais regarde le journal de façon classique à la télévision. Pas original et le reste sur internet.
linelu7 - 26/12/11 21:52
c'est dans l'air du temps, et ce n'est pas qu'une question de génération...
paulhan2night - 02/01/12 15:24
le 20h est tellement aseptisé et obsolète !
country33 - 02/01/12 15:28
C'est certain que j'écoute aussi beaucopup la radio et le spremières nouvelles arrivent le matin , alors vers 5 h je les ai souvent en direct.
rosemary - 02/01/12 15:54
Oh, je pense que la tv a encore beaucoup d'avenir tout de même dans les informations...
linelu7 - 02/01/12 19:31
"twit" veut dire "pépiller" en anglais, sur ce genre de sites, j'ai plutôt l'impression que ça jacasse et ça me sort un peu par les oreilles...
jujuleretour - 20/01/12 00:31
l info ,, ou les prétendues informations je parlerais plutot de suppositions , personne ne sais rien sur tout et suppose voila ce que l on appelle de l info ,,, des " il y aurait " ou on en saura plus , a la pelle ils nous en donne , mais aucun journaliste n est capable de nous donner des informations réelles !!!
linelu7 - 20/01/12 09:14
oui, les informations relayées par ces réseaux sociaux ne sont pas toujours vérifiées avant d'être mises en ligne . . . .
country33 - 25/01/12 06:19
C'est un réseau dont on parle de plus en plus et je ne sais pas ce qu'il apporte en plus par apport à Facebook mais c'est à cogiter.
ninouninoutte - 16/02/12 16:51
je connais twiter que de renommé je n y suis jamais aller surfer
Atalanta - 05/03/12 08:02
Très intéressant ce regard sur l'évolution de l'info, de sa diffusion et de sa vérification. Twitter change beaucoup la donne, c'est certain et offre des possibilités d'échange immédiat séduisante. A consommer avec prudence, évidemment.
omaha - 13/03/12 19:59
au jour d'aujourd'hui, l'information passe par twitter parce que les politiques ont tous un compte
milk4491 - 17/04/12 14:19
twitter c'est plus sympa sur facebook sur le plan détente.. mais facebook restent largement plus utiliser (en tout cas par mon entourage) du coup obliger de faire un peu plus facebook. Mais on trouve sur les deux nos amis les politiques, les grands groupe d'info et les actus de tout type dommage !
country33 - 01/08/12 09:12
Ce qui m'interesse ce sont surtout les groupes d'infos et les actualités en direct alors c'est bien de les avoir.
Fleurdesmontagn - 30/06/13 14:56
Avec internet la vie des gens a beaucoup changé! On a l'impression de vivre autrement et pas seulement côté informations! C'est bien d'un côté, mais pas d'un autre!
Plus de soleil - 06/09/13 21:47
Pour certains, il n'est plus possible de se passer de Twitter. Il n'y a qu'à voir le nombre de tweets envoyés au cours des émissions.

Entreprises partenaires

Fermer