Quand le stop-pub finance les associations

Quand le stop-pub finance les associations
Quand le stop-pub finance les associations
Dans cette photo : Nicolas Hulot
Réduction des publicités, annonces ciblées et dons caritatifs : telle est l'équation gagnante de Winiti. Cette application propose aux internautes de limiter la diffusion de publicités quotidiennes sur la Toile. Et le coût des campagnes est reversé à des associations. Rencontre avec Olivier Leurent, fondateur de Winiti.
A lire aussi
#SiMonFilsEstGay : Twitter et les associations anti-homophobie vont s'expliquer
discrimination
#SiMonFilsEstGay : Twitter et les associations...

TF : Vous avez lancé l’application Winiti il y a quelques semaines. Quel est son concept ?

O.L. : Winiti est un filtre publicitaire qui supprime l’intégralité des publicités sur les sites mais également sur les vidéos et les web radios. En échange ? Les internautes acceptent de voir s’afficher les publicités de marques qui reversent 50% du montant de leur campagne à des associations caritatives. En pratique, l’internaute télécharge Winiti sur son ordinateur. L’application identifie alors dans les données qui entrent sur l’ordinateur ce qui correspond à un format publicitaire, et le bloque. La page web visitée par l’utilisateur est alors automatiquement réagencée afin de ne pas présenter une page pleine de trous ou de flous : l’espace correspondant à celui de la bannière se referme, comme si la publicité n’avait jamais existé. En revanche nous ne bloquons pas les contenus d’autopromotion, cela serait contreproductif pour les sites et ce n’est évidemment pas notre objectif. Par ailleurs, l’utilisateur choisit le nombre de pubs qu’il verra dans une journée, à savoir entre 10 et 20. À terme il aura la possibilité de choisir le type de publicité qu’il verra, nous effectuerons la personnalisation des annonces en fonction de la navigation de l’internaute.

TF : Comment fonctionne le reversement des fonds de l’annonceur à l’association ?

O.L : Nous demandons à l’annonceur de reverser 50% du coût de sa campagne pour une association caritative. En pratique, sur une opération à 100 euros par exemple, 50% financent la campagne et les 50% restants sont reversés à l’association choisie. Sur la somme versée à l’association, l’entreprise peut par ailleurs récupérer une partie de son don qui est déductible d’impôts. Nous pouvons nous permettre de faire des campagnes moitié moins chères que les régies car nos publicités ne sont pas liées à un site éditeur mais sont liées directement au navigateur de l’internaute. Il n’y a donc pas de tiers parti à financer.
Pour l’instant nous avons sélectionné une dizaine d’associations caritatives de portée nationale à qui ces fonds sont reversés. Parmi elles : la Fondation pour la Nature et l’Homme créée par Nicolas Hulot, l’association Laurette Fugain, l’association Perce-Neige ou encore la fondation WWF-France.

TF : Winiti est-elle une application antipub ? Vous n’avez pas peur de froisser les annonceurs en bloquant leurs annonces ?

O.L. : Aujourd’hui un internaute voit en moyenne 100 publicités par jour. Plus de 60 milliards de bannières sont diffusées par mois et je ne compte même pas les liens sponsorisés. Or le nombre de publicités va aller en augmentant. Nous ne sommes pas contre la publicité au contraire, nous sommes pour une publicité modérée, responsable et généreuse. Toutes les études montrent que les internautes préfèrent et sont plus sensibles à des annonces ciblées et personnalisées. Winiti n’est pas antipub, mais mise sur la publicité utile et responsable.

TF : Quelle est la valeur ajoutée pour l’annonceur ?

O.L. : Le premier atout est qu’il peut s’exprimer auprès d’une communauté opt'in. Ils savent que leurs annonces vont toucher une population qui a au préalable autorisé et accepté leur diffusion. Par ailleurs, cela permet aux annonceurs de communiquer dans un environnement promotionnel restreint, élément qui permet une très bonne mémorisation des internautes et un impact plus fort. Les campagnes sont ainsi plus performantes. Et évidemment, cela confère à l’annonceur une image éthique et responsable : l’internaute sait que s’il reçoit un message de cette marque c’est que l’annonceur reverse un don conséquent à une association caritative. Nous tentons ainsi de mettre en place un cercle vertueux. Nous visons à terme 5 millions d’internautes et comptons reverser ainsi plusieurs millions d’euros à la fin de l’année 2012. Aujourd’hui nous comptons une douzaine d’enseignes partenaires et 12 000 winiteurs, après seulement quelques semaines de lancement.

Crédit photo : frenchweb.fr

VOIR AUSSI

Semaine de la finance solidaire : 1 grand prix pour 5 entreprises
Le Web 11 : « le SoLoMo : convergence des usages et des terminaux »
La France soutien ses associations caritatives
La France ne manque pas de bénévoles
Le Web 11 : l’ascension irrésistible de Brian Chesky, fondateur d’Airbnb

Dans l'actu