« La joie de vivre retarde l'apparition des rides »

« La joie de vivre retarde l'apparition des rides »
Avez-vous peur de vieillir ? Alors que ceux qui craignent l'effet du temps qui passe tentent de retarder le processus grâce à la chirurgie, d'autres privilégient des méthodes naturelles. C'est le cas de Maryline Hourlier qui vient de publier, « Rester jeune longtemps grâce à des méthodes naturelles » (aux éditions Robert Jauze), une bible des bonnes pratiques pour préserver son capital-jeunesse. Entretien…

Terrafemina : Vous proposez dans votre ouvrage, « Rester jeune longtemps grâce à des méthodes naturelles » de nombreux remèdes à base de plantes, les avez-vous testés ?

Maryline Hourlier : Absolument ! J’ai testé tous les remèdes que je préconise, sauf ceux visant à soulager les problèmes articulaires. Je suis une grande adepte de l’aromathérapie, de la phytothérapie et de la gemmothérapie (qui utilise exclusivement les bourgeons et les jeunes pousses des plantes, ndlr.) car ces médecines donnent des résultats extraordinaires, inimaginables avec les traitements classiques.

TF. : Difficile de parler de vieillissement sans parler des rides. Quel est, selon vous, le remède le plus efficace pour retarder leur apparition?

M. H. : Il est facile de retarder l’apparition des rides en adoptant plusieurs bonnes habitudes. En premier lieu, boire au moins un litre d’eau par jour et deux tasses de thé vert, permet de préserver l’élasticité de la peau. De plus certaines huiles essentielles sont remarquablement efficaces. Ainsi, matin et soir, appliquer sur le visage un mélange de 50 ml d’huile végétale de rose musquée du Chili et 50 gouttes d’huile essentielle de rose de Damas. La rose de Damas, l’une des huiles essentielles les plus chères au monde, est déjà présente dans la plupart des crèmes visant à combattre les rides. Enfin, l’Aloe vera et la gelée royale aident également à retarder les effets des années. De temps en temps, une cure de gelée royale et des masques d’argile rose et d’Aloe vera sont très bénéfiques pour la bonne mine.

TF. : Quels sont les ennemis des rides ?

M. H. : Le tabac est incontestablement l’ennemi numéro un des rides. Suivent le stress, la pollution, la consommation excessive de beurre, de viennoiseries ou de fromage et les plats en sauce. Enfin le mode de vie joue également un rôle, je suis persuadée que la joie de vivre retarde l’apparition des rides.

TF. : Si vous aviez trois conseils pour rester jeune longtemps, quels seraient-ils ?

M. H. : Mon premier conseil serait de faire très attention à son alimentation car nous sommes ce que nous ingurgitons. Deuxièmement, on ne le répétera jamais assez, mais pratiquer une activité physique régulière (1 heure de marche et une autre de gymnastique par semaine, par exemple) est très important, tout autant que le fait de partir en vacances et d’avoir des loisirs. Le bien-être corporel étant indissociable du bien-être psychologique, il faut profiter de la vie, s’offrir de menus plaisirs et passer du temps avec ses proches. Enfin, lorsque l’on manque d’entrain durablement, que l’envie de se dépenser, d’apprendre, de partager nous quitte, il ne faut pas avoir peur d’entreprendre une thérapie. Celle-ci peut être salvatrice car cet état, outre le fait d’accélérer le processus de vieillissement, est parfois responsable de repli sur soi et d’isolement. Il est donc important d’en parler.

TF. : Comment vous est venue l’idée d’écrire ce livre ?

M. H. : L’écriture de ce livre tient beaucoup au hasard. Depuis 2006, j’anime des conférences destinées aux seniors, principalement, sur la santé et son lien avec l’alimentation, la sexualité, la psychologie, etc. Au terme de l’une d’elles, j’ai rencontré un éditeur très intéressé par mon travail et par tous les thèmes transversaux que j’abordais. Il a pensé qu’il serait judicieux de les réunir dans un seul ouvrage, car il en existe peu de ce type à l’heure actuelle.
Ce livre est pour une grande part tiré de mon expérience personnelle et de mes échanges avec les nombreuses personnes que j’ai la chance de rencontrer. J’ai environ 1 000 conférences à mon actif aujourd’hui et, à chaque fois, je reste très à l’écoute des personnes de 43 ans, comme de celles de 80 ans. Des discussions qui me permettent d’aborder l’aspect physique du vieillissement comme l’aspect psychologique ou encore thérapeutique.

TF. : Quelle tranche d’âge de lecteurs visez-vous ?

M. H. : Les conseils liés à l’alimentation, validés par un médecin nutritionniste, sont préventifs ; ils peuvent donc intéresser un public très large, de 10 à 90 ans. À l’inverse, les parties de l’ouvrage concernant les remèdes anti-âge, antirides, celles sur la sexualité ou la psychothérapie, sont davantage destinées à des lecteurs âgés de 40 à 80 ans.
En effet, d’une manière générale, avec l’allongement de l’espérance de vie, 40 ans est un âge auquel on peut commencer une nouvelle existence, se reconstruire, pour peu que l’on adopte une bonne hygiène de vie. La vingtaine est un période que l’on regrette car on est alors en pleine possession de ses moyens, mais aujourd’hui, 80 ans est aussi un très bel âge qui permet de profiter de la vie, de multiplier les activités et d’apprendre à mieux se connaître.
Aussi, quel que soit son âge, le lecteur devrait trouver dans cet ouvrage des astuces pour mieux gérer son capital santé avec les effets positifs que cela engendrera sur sa joie de vivre et sur le bonheur de ses proches. J’aime penser que, d’une certaine manière, ce livre contribue aussi à l’allongement de l’espérance de vie.

Crédit photo : Zoonar

VOIR AUSSI

La télomérase, enzyme de la jeunesse éternelle ?
50 ans, une nouvelle jeunesse
Des retraités en pleine forme !
Psycho : Voir ses parents vieillir

comments powered by Disqus