Rentrée littéraire : Delphine de Vigan, « Rien ne s'oppose à la nuit »

Rentrée littéraire : Delphine de Vigan, « Rien ne s'oppose à la nuit »
Rentrée littéraire : Delphine de Vigan, « Rien ne s'oppose à la nuit »
Dans cette photo : Alain Bashung
Dans son dernier roman, l'auteure de « No et moi » opère un retour sur elle-même et sur son histoire familiale. Dans « Rien ne s'oppose à la nuit », Delphine de Vigan raconte la vie de Lucile, sa mère. « Rien ne s'oppose à la nuit » est le destin d’une femme, le portrait de plusieurs époques, de ceux d'une famille aux lourds secrets, mais aussi aux bonheurs immenses. Il y a des parfums d'enfance, de la souffrance, mais surtout beaucoup d’amour dans ce roman, cadeau d'une fille à sa mère adorée.
A lire aussi
Rentrée littéraire 2017 : nos 8 romans coups de coeur
News essentielles
Rentrée littéraire 2017 : nos 8 romans coups de coeur

Terrafemina : Après « Jour sans faim », votre premier roman, vous revenez pour la première fois à l’autobiographie, puisque vous êtes vous-même présente dans le roman, bien qu’il retrace la vie de votre mère. Peut-on parler d’autofiction ?

Delphine de Vigan : Au bout du compte, il me semble avoir exploré différentes formes dans ce livre : le roman, la biographie, l’autobiographie et probablement l’autofiction en ce qui concerne les passages où je me mets en scène à la fois en tant que narratrice et personnage du livre. Mais « Rien ne s’oppose à la nuit » tente avant tout de raconter la vie de ma mère, de sa petite enfance jusqu’à sa mort, une vie de femme qui commence dans les années 50 et se termine en 2008, qui couvre plusieurs époques et qui est aussi influencée par elles.

TF : Cette plongée dans l’enfance maternelle, les secrets de famille puis la maladie de votre mère semblent avoir été une véritable souffrance pour vous. Avez-vous failli abandonner cette entreprise ? La regrettez-vous ?

D. de V. : Je ne parlerai pas de souffrance mais plutôt de questionnement, d’inconfort. Je ne voulais pas écrire ce livre ; il s’est imposé à moi. Ma trajectoire d’auteure passait par ce point et ne pouvait le contourner. Ecrire sur sa famille pose aussi la question des droits et des devoirs que l’on a envers elle, et je n’y étais pas indifférente, même si je sais qu’il faut parfois transgresser les peurs ou les interdits pour que les mots puissent exister. Ce n’est pas confortable. Mais écrire n’est jamais confortable et il me paraît indispensable que l’écriture soit un lieu de recherche, d’interrogations, de doutes, de conflits. Pour ce livre, le conflit se jouait entre moi et moi : jusqu’où pouvais-je aller ? Oui, j’ai failli abandonner cette entreprise, pour de mauvaises raisons. Par paresse ou par lâcheté. Mais à chaque fois le livre m’a reprise.  Il faut dire aussi que j’ai eu de grands moments de plaisir, de jubilation dans l’écriture, notamment dans l’évocation des aspects les plus fantasques, les plus burlesques de ma famille et de sa mythologie : le grand-écart de ma grand-mère à 70 ans en justaucorps brillant, les fulgurances humoristiques de ma mère, l’organisation savante des repas de notre tribu en vacances, la grande maison de Pierremont traversée de courants d’air , de rires et d’odeurs de cuisine… Je ne regrette rien. Ce livre est pour moi une grande victoire et je suis heureuse qu’il existe pour mes enfants.

TF : Les frères et sœurs de votre mère, dont certains craignaient que vous ne révéliez des secrets familiaux, ont-ils lu « Rien ne s’oppose à la nuit » ? Quelle a été leur réaction ?

D. de V. : J’ai fait lire le roman avant sa parution à toutes les personnes concernées. Ma sœur l’a lu sur manuscrit, elle était la seule qui aurait pu m’arrêter. Les frères et sœurs de ma mère ont lu le livre imprimé. Ils l’ont accueilli avec inquiétude, sans doute, mais aussi avec bienveillance. Ils m’ont tous écrit ou téléphoné. Il n’y a pas eu de silence autour de ce livre, et c’était le plus important pour moi. Je ne veux pas dévoiler leurs réactions, cela les regarde. Je peux juste dire qu’elles m’ont beaucoup impressionnée. Ils m’ont tous dit merci, ce qui m’a bouleversée.

TF : « Lucile », votre mère, avait vécu douloureusement certaines scènes décrites dans « Jour sans faim ». N’avez-vous pas craint, avec « Rien ne s’oppose à la nuit », d’offenser sa mémoire  ?

D. de V. : En ce qui concerne ma mère, il m’est plus difficile de répondre. Je ne sais pas comment elle aurait appréhendé ce livre et je ne le saurai jamais... Il contient des extraits de textes qu’elle a écrit elle-même et qu’elle a essayé de publier à plusieurs reprises. En ce sens je n’ai pas le sentiment de la trahir, et j’ai même sans doute eu parfois le fantasme de prolonger quelque chose qu’elle aurait aimé faire elle-même. Le livre est un livre d’amour et un hommage avant tout. Nul règlement de compte dans ma démarche. J’ai voulu rendre hommage à ma mère, à son mystère, à sa douceur, à sa douleur, à sa violence et à sa beauté.

TF : Pourquoi cette référence à l’artiste Alain Bashung dans le titre « Rien ne s’oppose à la nuit » ?

D. de V. : Je suis une fan de Bashung, -comme beaucoup de gens de ma génération- depuis la première heure ! J’aimé énormément cette phrase, elle m’a poursuivie pendant l’écriture, à chaque fois que je sortais de chez moi pour marcher, cet air revenait (« Osez Joséphine »). A la réflexion, je crois que cette chanson évoque pour moi la transgression dans ce qu’elle a de plus poétique et de plus fantaisiste.

TF : Le suicide et l’inceste sont au cœur de l’ouvrage. Quant à votre précédent opus, « Les heures souterraines », il était également sombre. Sans faire dans la comédie, pensez-vous aborder des thèmes plus légers pour votre prochain roman, ou êtes-vous plus naturellement portée vers les personnages blessés par la vie ?

D. de V. : « Rien ne s’oppose à la nuit » ne me semble pas si sombre, même s’il brasse des thèmes qui peuvent sembler lourds. Il est beaucoup moins sombre que « Les heures souterraines ». C’est un livre qui parle d’amour avant tout. Il me semble qu’il faut savoir évoquer les morts pour que les vivants puissent continuer. Je suis sans doute naturellement portée vers les personnages (et les personnes) blessés par la vie. Cela n’exclut pas la comédie. Je travaille en ce moment sur un projet totalement loufoque pour le cinéma. Ces deux aspects sont extrêmement présents dans ma vie.

Crédit photo : Delphine Jouandeau



VOIR AUSSI

« Les heures souterraines », de Delphine de Vigan
Amélie Nothomb dissèque le complexe d'Œdipe avec « Tuer le père »
Eliette Abecassis explore la face cachée du mariage religieux
Rentrée littéraire : « Banquises », le dernier roman de Valentine Goby
Lectures d'été : « Nos (pires) meilleures vacances », par A. Colombier Hochberg
Guillaume Musso parle de son nouveau roman : L'appel de l'ange (1/2)

Dans l'actu