Wikileaks, Le destin d'un hacker : Entretien avec Flore Vasseur

Par
Publié le 31 mai 2011

A 17 ans, Julian Assange, alias « Mendax », appartient déjà au groupe de hackers les plus puissants du monde, capable de pirater le site de la NASA en quelques clics. En 1997, il raconte sa jeunesse australienne dans « Underground », enfin traduit et disponible en Français (Ed. Equateurs). Flore Vasseur, romancière et journaliste, a sorti de l’ombre ce document historique, et en signe la préface française.  
Wikileaks, Le destin d'un hacker : Entretien avec Flore Vasseur


Pour pouvoir visionner cette emission, veuillez télécharger le plugin Flash Player disponible en cliquant ici.

Avec notre partenaire

 

Terrafemina : Vous signez la préface française du livre « Underground » (Ed. Equateurs), qui raconte la jeunesse de hacker de Julian Assange. Comment avez-vous découvert ce livre ?

Flore Vasseur : En tant que romancière je suis très intéressée par le personnage de Julian Assange que je trouve assez emblématique de toute une jeunesse, et de toute une rébellion. J’enquêtais sur lui, et cet automne en faisant des recherches je suis tombée sur « Underground », que j’ai trouvé fascinant. J’ai essayé de convaincre mon éditeur de l’intérêt de ce livre comme document pour l’histoire, pour qu’il le fasse traduire et publier en France.

TF : Qu’est-ce que le hacking ?

F. V. : A l’origine, le hacking n’est pas un acte criminel. C’est l’idée de rentrer sur un site verrouillé, de pénétrer quelque chose qui est interdit, de s’y balader et de mettre en évidence les points de vulnérabilité pour les propriétaires de ce site. On démontre ainsi qu’il ne peut y avoir aucune citadelle, en vertu d’une philosophie de l’information libre.

TF : Qui étaient ces jeunes capables de s’introduire sur le site de la NASA ?

F. V. : « Underground » décrit les premiers exploits et la création de la communauté de hacking australienne à la fin des années 80, l’une des plus puissantes qui aient existé. A cette époque-là, il n’y a pas encore Internet, on utilise les ordinateurs Commodore ou Amstrad. Ce sont des jeunes de 15 à 17 ans, qui bidouillent les lignes de téléphone pour réussir à entrer sur l’ancêtre de l’Internet, les tout premiers réseaux. Ils vivent souvent dans les banlieues des grandes villes, Melbourne ou Sydney, et ils sont, en ce qui concerne les personnages du livre, des jeunes assez asociaux, souvent très doués et mal dans leur peau, et trouvent dans le code et dans la défiance par rapport à l’autorité un certain remède à cette adolescence un peu glauque.

TF : Les geeks et les hackers comme Julian Assange sont-ils les héros d’aujourd’hui ?

F. V. : Entre les personnages du livre « Underground », écrit en 1997 par l’écrivain Suelette Dreyfus et Julian Assange, et les hackers d’aujourd’hui, il y a 15 ans d’évolution, et une maturation politique. A la fin des années 80, quand les hackers rentrent sur les sites militaires, il y a une défiance mais qui est assez infantile. Il n’y a pas de message politique clair ni d’organisation très nette, mais tout cela est en germe. Entre les années 80 et aujourd’hui il y a eu une évolution : peut-être que cette rébellion organisée sur Internet est une nouvelle forme d’action politique aujourd’hui. On compare souvent les hackers aux militants de mai 68 avec leurs cocktails molotov, sauf qu’aujourd’hui ils ont des Botnets.

TF : Le projet Wikileaks de Julian Assange représente-t-il un aboutissement pour les hackers ?

F. V. : C’est l’une des expressions les plus abouties aujourd’hui d’une forme de hacking. Le hacking constitue une maîtrise technique et une éthique, ensuite, heureusement et malheureusement, cette maîtrise démentielle des outils peut être utilisée à des fins positives ou négatives. On distingue les « black hats », qui travaillent pour des groupes anarchistes ou terroristes, et piratent par exemple les numéros de cartes de crédit, et les « white hats » qui défendent la liberté et la circulation des idées. Wikileaks est une application du hacking qui vise cette libération totale de l’information, et il y aura un avant et un après Wikileaks. C’est une rupture technologique, une grappe à la Shumpeter : des milliers d’entrepreneurs vont prendre cette innovation pour aller plus loin. De ce point de vue, c’est très intéressant, le mouvement est enclenché.

TF : Politiquement, quel sera l’impact réel de Wikileaks ?

F. V. : Il est intéressant en effet de constater la réaction des journalistes d’une part, et celle du politique d’autre part, qui est celle du verrouillage par rapport à ce que fait Wikileaks. Tous les gouvernements sont en train d’essayer de museler l’Internet. Sans parler de l’Iran qui est en train de lancer son Internet Hallal. A la Commission européenne, il y a eu une déposition d’un parti pour la création d’un espace Shengen numérique : l’idée serait de construire une muraille numérique autour de l’Europe. La question de la liberté sur Internet est donc au cœur de l’évolution de la démocratie aujourd’hui. Je pense que Wikileaks a accéléré le débat, mais c’est une question qui se négocie tous les jours sur les réseaux en ce moment.

Julian Assange et Suelette Dreyfus, « Underground », Préface de Flore Vasseur, éditions des Equateurs, 20€.

La rédaction

La rédaction met tout en oeuvre pour faire de Terrafemina.com la référence Actu 100% féminin. News, décryptages, dossiers, enquêtes, vidéos... Nos journalistes, pigistes et contributeurs traitent chaque jour l'information qui intéresse les femmes dans leur quotidien professionnel et privé. Job, carrière, culture, débats de société, vie de couple et bien-être sont traités dans des formats sans cesse repensés pour nos lectrices. 
Si vous avez des remarques, des suggestions, des questions, n'hésitez pas à les poser via les profils des journalistes ou les espaces de commentaires, nous y répondrons avec plaisir !

Voir aussi :  culture web    livres    internet   
Comment choisissez-vous un livre ?
           
 

Commenter

13 commentaires

dakota76 - 31/05/11 11:06
Les hackers sont de plus en plus performants, ils redoublent d'ingéniosité pour pirater tous les sites sécurisés.
rocket - 01/06/11 14:09
Merci car l'entretien avec Flore Vasseur m'a donné envie de lire ce livre, de plus le monde du hacking me fascine!!! J'aimerai être aussi doué qu'eux!!!
missmolko - 03/06/11 16:28
merci pour cette interview, c'est incroyable et d’autant plus pour moi qui suis nul en informatique!!!
paulhan2night - 03/06/11 21:58
je suis fascinée par ces personnes qui semblent maitrisées ces machines infernales , quand je pense que je ne sais toujours pas faire une copie écran :P :D
Do_madhyra - 04/06/11 09:03
Julian Assange est un personnage étrange et controversé. Ce n'est sans doute pas le diable, mais est-ce vraiment le héros décrit ici ?
votreop - 05/06/11 17:42
Il est assez doué, le créateur de wikileaks!
angelabeille - 20/06/11 12:55
c'est fou ! et incroyable en meme temps....
jeant - 28/09/11 09:19
Un vrai geek!
paulhan2night - 24/10/11 01:50
les hackers m'ont toujours fascinée, moi qui peine avec mon ordi au moindre problème!
vegasplump - 08/11/11 19:15
Que la hacking serve de veille sécuritaire pour les entreprises ou groupes puissants, ok, mais il fallait s'attendre à des abus, surtout du fait de ce pouvoir pratiquement infini!
rbarbara50 - 28/11/11 15:22
C'est très intéressant, j'admire les hackers, apres on adhère ou on n'adhere pas mais il faut reconnaitre qu'ils sont doues et cela remet en cause les systèmes de sécurité des données
franmic64 - 02/01/12 22:45
Ils font sauter toutes les nouvelles technologies en matière de sécurité et ont un culot hors du commun... des pros tout de même!
angelabeille - 03/05/12 19:31
Je les trouve incroyable mais egalement tres agaçant, j'aimerais pas me faire enemie d'un hacker.... mais alors pas du tout.

Jouez

Entreprises partenaires

Fermer