Regards sur l'Angleterre du 21e siècle : Entretien avec Jean-Claude Sergeant

Par Marine Deffrennes
Publié le 24 novembre 2011

Les émeutes du mois d'août, le scandale du journal News of The World et la mise en cause de l'empire Murdoch ont remis l'Angleterre au centre de l'actualité. La Revue des Deux Mondes lui consacre un dossier spécial. Eclairage en vidéo avec Jean-Claude Sergeant, Professeur émérite à l'Université Sorbonne Nouvelle, spécialiste de civilisation britannique.  
Regards sur l'Angleterre du 21e siècle : Entretien avec Jean-Claude Sergeant


Pour pouvoir visionner cette emission, veuillez télécharger le plugin Flash Player disponible en cliquant ici.

 

Terrafemina : Le scandale du journal « News of the World » a-t-il dévoilé des faiblesses de l’Angleterre actuelle ?

Jean-Claude Sergeant : Cela a mis en cause le type de rapport entre le politique et les médias. On a vu un « tycoon », un magnat de la presse être convoqué devant une commission de la Chambre des communes pour rendre des comptes sur des pratiques délictueuses dont il prétendait ne pas avoir connaissance. Il est très symbolique de voir cet homme amnésique essayer de défendre l’indéfendable, cela montre à quel point l’empire Murdoch, devant lequel tous les responsables politiques ont tremblé, était finalement un empire aux pieds d’argile. Je crois que cette affaire a permis d’assainir la vie politique britannique, même s’il reste encore un certain nombre de choses à clarifier.

TF : Quels sont les leçons à tirer pour l’Angleterre des émeutes de l’été 2011 ?

J.-C. S. : Il y avait déjà eu des mouvements violents en décembre dernier, avec les manifestations estudiantines, signes d’une certaine reprise de l’action populaire. Il s’agissait de vandalisme consumériste, non pas pour casser mais pour s’approvisionner en produits bruns, de ceux qui font baver d’envie lorsqu’on n’a pas les moyens de se les payer. Cet été, on n’était pas véritablement face à une culture des gangs, contrairement à ce qui a été dit, mais face à des jeunes qui avaient déjà eu affaire à la police. Ce qui est surprenant c’est que parmi ces jeunes, se trouvaient aussi des jeunes insérés, des étudiants qui n’avaient pas de réels besoins, qui ont saisi malgré tout le prétexte pour manifester. On comprendrait que les classes laborieuses se rebellent pour avoir accès au gâteau, mais que ceux qui sont un peu plus nantis participent à ce phénomène de « détestation de la société », cela pose des problèmes sociologiques que l’on n’a pas commencé à résoudre pour le moment.

TF : Comment évoluent les relations entre la France et l’Angleterre ?

J.-C. S. : Il faut remarquer qu’une chose extraordinaire s’est produite : l’accord de défense de novembre 2010 qui fait de nous des partenaires intimes en matière de partage de porte-avions, de drones, etc. On a relancé, non pas la défense européenne, mais on a commencé par un bout fondamental, nous sommes les deux principaux partenaires en matière de défense et de recherche sur la défense. Cela a développé la synergie qu’on a constatée sur notre capacité d’intervenir ensemble en Libye. Ces éléments pèsent lourd dans la perception de nos rapports, même si l’analyse du problème de la zone euro est très différente.
Nicolas Sarkozy a dit sans ménagement à David Cameron son agacement sur ses prises de position sur le sujet. Mais les Anglais savent très bien que ce qui les regarde, c’est la bonne santé de la zone euro -60% du commerce britannique s’opère avec la zone euro-, donc ils ont tout intérêt à regarder les choses de près et essayer de trouver des solutions. David Cameron est dans son rôle en rappelant que son pays est tributaire de l’euro même s’il n’est pas directement dans la zone euro.

TF : Londres et Paris : peut-on comparer le développement de ces deux capitales européennes ?

J.-C. S. : Londres est une métropole vibrante mondiale ; Paris est une ville-musée sympathique de plus en plus « Bobo », on n’y croise plus de familles et plus d’enfants… On est dans deux villes complètement différentes, et autant ai-je l’impression que Paris s’enlise, autant la vraie vitalité explose à Londres, la vraie créativité est du côté britannique selon moi, en termes culturel et commercial. La ville va être encore dynamisée par les Jeux Olympiques, cela contribue à ce regain de vitalité. Londres est une ville-monde, Paris est encore loin de cela.

Marine Deffrennes

Suivez-la sur Twitter : @M_Deffrennes

Marine Deffrennes a le goût des mots. Après une hypokhâgne et une khâgne classique à Lille, elle clôt ses études littéraires sur un DEA de lettres. Après une expérience au sein de la rédaction d’un autre site féminin, elle rejoint l’équipe Terrafemina.com en 2009 où elle s’occupe des rubriques Culture & Société. Elle assume la fonction de Directrice de la rédaction depuis avril 2012, tout en continuant à exercer sa mission de journaliste.

Voir aussi :  livres    angleterre   
Partages
Suivez l'actualité de terrafemina.com sur Facebook
Comment choisissez-vous un livre ?
           
 

Commenter

8 commentaires

angel95 - 24/11/11 13:11
Ha l'Angleterre et la France c'est vrai que cela n'a pas été toujours facile ça ne l'ai pas encore aujourd'hui mais ça avance.L'Angleterre avance gentiment comme les autres pays pour moi.
sandrine6405 - 24/11/11 15:44
L'Angleterre est un pays qui a toujours été indépendant mais les scandales que ce soit politiques ou médiatiques la touche aussi de près, il n'y a pas d'exception
vegasplump - 24/11/11 17:08
La comparaison entre Paris et Londres fait réfléchir, d'un côté une capitale première sur la culture, et de l'autre côté une capitale plus terre à terre!
fidjikelyna - 25/11/11 13:49
l'Angleterre n'avance pas beaucoup car elle veut toujours etre indépendante c'est dommage
fidjikelyna - 30/11/11 10:14
l'angleterre reste trop à l'écart à mon avis, ils n'ont pas voulus rentrés dans la zone euros ils ont bien fait
franmic64 - 02/01/12 22:08
J'ai de très bonnes relations avec les anglais que je connais, ce sont des gens charmants. Comme tout pays, ils ont leur propre culture et les traditions restent très ancrées dans leur vie quotidienne.
angelabeille - 03/05/12 19:36
hum... décidément j'ai du mal a trouver un livre a lire ce jour... pourtant je cherche gentiment. je dois trop etre superficielle. Ce livre ne m'attire hélas pas non plus.
omaha - 07/05/12 07:05
L’Angleterre ne se tourne pas vers les autres, et vit en « autarcie ». Mais il s’y passe aussi des choses qui éclatent au grand jour

Rejoindre le Groupe

Entreprises partenaires

Fermer