L’image des femmes dans les médias : 3 questions à Michèle Reiser, membre du CSA

Par Candice Satara-Bartko
Publié le 22 juillet 2010

Une représentation inégale

Une représentation inégale

Terrafemina : En septembre 2008, vous avez remis un rapport à Valérie Létard sur l’image des femmes dans les médias. Le constat est sans appel : les femmes sont moins nombreuses et les clichés persistent.

 

Michèle Reiser : Vous avez raison de souligner qu’au-delà des données quantitatives, la question des représentations est centrale. C’est l’originalité du travail que nous avions accompli en 2008, et qui se prolonge puisque le Premier ministre a pérennisé cette Commission de réflexion sur l’image des femmes dans les médias.
L’approche quantitative démontre l’infériorité numérique persistante des femmes, tous médias confondus. Elles ne représentent que 37 % des personnes exposées dans les médias, un taux qui descend à 35 % hors publicité ; elles ont de surcroît moins de temps de parole que les hommes. Dans certains types d’émission, les déséquilibres sont encore plus criants.

A ce déséquilibre quantitatif s’ajoute un statut souvent dévalorisé de la femme, cantonnée au rôle de passante ou d’ombre chinoise. Lorsqu’elles interviennent dans une émission, c’est plus  en tant que témoins ou victimes qu’en tant qu’expertes. On note souvent, tous médias confondus, une absence des femmes occupant des postes de pouvoir. Plus généralement, le travail des femmes reste un phénomène marginal dans les journaux télévisés. Pire encore, lorsqu’elles sont représentées dans le monde du travail, c’est le plus souvent dans des fonctions hiérarchiquement inférieures ou de valeur inégale. En outre, les questions qui sont au cœur de la vie sociale des femmes, à savoir leur rapport au travail, l’accès au savoir, à la formation et à la promotion, l’articulation de la vie professionnelle et familiale et notamment la question de la garde des enfants, ne sont pas traitées ou le sont  à la marge.

Enfin, les médias contribuent trop souvent à l’assignation à un modèle unique de la femme, à une normalité du corps qui joue comme normativité. C’est un phénomène très marqué en téléréalité. Ce genre de programme, sensé justement refléter la réalité, se situe en fait aux antipodes de la pluralité et de la complexité des places que les femmes occupent aujourd’hui dans la société. Elle les renvoie souvent uniquement à des stéréotypes, dans des situations très prévisibles et scénarisées. Loin de la réalité !

 

Quand le CSA hausse le ton...

Quand le CSA hausse le ton...

TF : Le CSA a récemment haussé le ton envers l’émission de téléréalité Dilemme. Pensez-vous que la téléréalité renvoie une image dégradante des femmes ? Entretient-elle des stéréotypes sexuels ?

 

M.R. : Souvent, mais pas toujours. Dans l’émission Dilemme, la dignité de la personne humaine était en jeu, avec une candidate transformée en chien, avec laisse, gamelle… Un véritable scandale ! Les autres  interventions du Conseil supérieur de l’audiovisuel dans ce domaine sont anciennes, et remontent à Loft Story en 2001. Mais ce qui est intéressant, c’est que le Conseil a agi à de nombreuses reprises au sujet de l’image de la femme dans les émissions de téléréalité. Ainsi est-il intervenu pour condamner les propos et comportements violents ou sexistes envers les femmes, dans des émissions de télé-réalité comme Koh Lanta ou Star Academy. Il souhaite que ne soit pas banalisée l’idée d’une impunité du sexisme et d’une tolérance à l’égard des violences faites aux jeunes filles.

Il est également intervenu en 2005 à la suite de la diffusion d’une émission américaine mettant en scène trois candidats masculins invités à passer le week-end chez les parents d’une jeune fille qui avaient deux jours pour trouver celui qui correspondait le mieux à leur fille. Le Conseil a considéré que l’atteinte portée à l’image de la femme par la valorisation de la soumission de la jeune fille (majeure) au choix  paternel et sa présentation comme le gain du jeu étaient contraires aux obligations déontologiques et renforçait un stéréotype  archaïque de la jeune fille.
Autre exemple, le Conseil est intervenu au sujet du programme Miss Swann, émission américaine qui propose de transformer l’apparence physique des concurrentes. Il  a estimé que l’usage de pratiques médicales et chirurgicales dans le cadre d’un jeu mettant en concurrence des femmes complexées, voire en situation de détresse morale, n’était pas admissible. Dans ce cas, c’est la question de l’image du corps qui est concernée.
A travers ces quelques exemples, vous voyez que les motifs d’intervention sont très variés, et datent de l’apparition de ce genre. Néanmoins, il est clair que la situation ne s’améliore pas.

 

la téléréalité, une vision déformée

la téléréalité, une vision déformée

TF : La sexualité est très présente dans ces programmes. On y voit des femmes décomplexées qui assument leur féminité, s’habillent et revendiquent ce statut d’objet de désir. Qu’en pensez-vous ?

 

M.R. : Tout d’abord, je voudrais redire que je ne suis pas opposée par principe à ce type d’émissions, et que je considère qu’elles peuvent parfois offrir un reflet intéressant de notre société. Beaucoup de jeunes femmes sont aujourd’hui plus libres et décomplexées, ce qui est un progrès indéniable. Mais il ne faudrait pas laisser croire qu’elles représentent la majorité. 
Ensuite, il faut rappeler que la Cour de Cassation a indiqué que les participants à certaines émissions de téléréalité devaient bénéficier d’un statut de salarié, ce qui laisse supposer qu’elles effectuent un travail qui les contraignent d’obéir à une  scénarisation. Alors, décomplexées ou dirigées dans un but précis ? Je ne sais pas.
Enfin, je voudrais rappeler que la liberté de la femme ne se limite pas au fait de porter des mini-jupes et de revendiquer sa sexualité. Comme je l’ai dit précédemment, ne montrer qu’un seul aspect de ce que sont les femmes d’aujourd’hui, c’est toujours réduire la femme. Il y a d’autres aspects que l’on pourrait s’attendre à voir dans ce type d’émissions !

 ALLER PLUS LOIN:

Lire : Femme et téléréalité : le casting est-il vraiment gagnant ?

Lire : Quand les médias boudent la parole féminine

Voir aussi :  medias    journalisme    inégalités   
 

Commenter

14 commentaires

pussy01360 - 22/07/10 10:25
c'est sûr que comme dans tous les emplois, les femmes ne sont pas encore les égales des hommes et beaucoup de clichés sont encore présents. A la télé,il y a encore une dictature de la beauté et des bimbos de la téléréalité qui ne laissent pas trop de place aux femmes ordinaires.
sequoia - 23/08/10 18:30
C'est un article très intéressant, qui résume bien la vision des femmes que propagent les medias. Faudra-t-il en venir à des quotas de femmes, comme on l'a fait aux Etats Unis pour les noirs (ce qui a bien contribué, d'ailleurs, à changer l'image de ces derniers dans l'imaginaire américain)? Quant à la question de la téléréalité, elle va bien plus loin que le probléme des femmes. Elle n'a de réalité que le nom, c'est un leurre total. Cela me fait penser à la "Famille" que regarde à longueur de temps, sur les murs de sa chambre, la femme décervelée du héros de "Farenheit 451" (où la société impose aux pompiers de brûler les livres, considérés comme dangereux car poussant à réfléchir, contrairement aux murs d'images animées, qui les conditionnent à la passivité). On pense à Patrick Le Lay, PDG de TF1, et à son fameux: "Ce que nous vendons (...), c'est du temps de cerveau disponible" !
country33 - 14/10/10 22:41
La télé réalité , j'appelle plutôt ça la télé poubelle qui ne presente que des niaiseries et ils leur font faire et dire n'importe quoi pour quelque argent , c'est affreux .
meduline971 - 26/12/10 07:24
je fuis les émissions de éé réalité mais cela ne sert en rien le sort des femmes,toujours traitées en sujets de niaiseries et de vulgaires aguicheuses,sans rien dans la tête.Il faudrait trouver un moyen pour combattre cela,la mobilisation peut être
votreop - 18/06/11 19:55
c'est nul la télé réalité. Un jour, ça ira certainement jusqu'à la mort des candidats; et dans ce cas, on n'aura plus rien à envier aux jeux des romains...
country33 - 21/06/11 23:44
C'est vrai que ce n'est pas ma tasse de thé non plus et il y en a de trop .
amankelyna - 30/08/11 12:37
les femmes dans ceratine emissions tele sont pas vraiment la pour relever le niveau c est dommage mais sinon yen a qui sont tres bien.
paulhan2night - 20/11/11 13:49
Dans la télé réalité les candidats représentent des stéréotypes, ce qui n'est pas toujours à leur avantage
country33 - 20/11/11 23:15
Votreop avait raison en disant: Un jour, ça ira certainement jusqu'à la mort des candidats
country33 - 08/12/11 07:57
Je pense que beaucoup disent qu'ils ne regardent pas , mais ils mentent car vu les audiences de ces émissions là... Ca fait réfléchir.
angelabeille - 08/12/11 08:01
Je ne comprend pas ce qui attire les candidats dans ces jeux et encore moins ceux qui regardent. Cela doit faire passer le temps je suppose... au moins c'est mis dans l'ordre de diffusion et ce n'est jamais déplacé... comme les séries... C'est agaçant de ne pas pouvoir suivre une série sans le mélange des saisons précédentes et toujours décalés par le foot.
Fleurdesmontagn - 15/08/12 06:43
Les femmes ont encore un long trajet à faire pour revendiquer et faire valoir des droits qui leur permettront d'être égales aux hommes! Bon courage!
country33 - 03/07/13 09:41
Rien n'a telleemnt changé depuis et c'est de plus en plus que la téléréalité renvoie une image dégradante des femmes et des candidats en général d'ailleurs, ils font assez le buzz sur les réseaux sociaux.
bajinette - 17/12/13 21:06
Je ne suis pas féministe mais l'image de la femme qu'on voit (pub, clips, etc)est plutôt minimaliste .

les femmes de l'année

Entreprises partenaires

Fermer