Quand Internet révolutionne une marque de mode

Quand Internet révolutionne une marque de mode
Quand Internet révolutionne une marque de mode
Internet impose de nouveaux défis à la mode. Il révolutionne même certains métiers et certaines marques. C’est le cas des 3 Suisses, spécialiste de la VPC. Anne-Marie Schwab, directrice marque et communication, répond aux questions de la rédaction.

TF: Le e-commerce est-il entrain de supplanter la vente par correspondance ?

AMS: Jouons un peu sur les mots : VPC, si c’est vente par correspondance, oui ce canal de vente est aujourd’hui minoritaire au profit du téléphone et bien sûr de manière fulgurante aujourd’hui au bénéfice d’internet.  Mais si par VPC on évoque le media catalogue, ce dernier reste plus que jamais l’expression de la marque, le papier glacé qui fait rêver, la vitrine qui donne envie d’acheter et… fait craquer les femmes sur internet. La vraie stratégie revendiquée par 3Suisses aujourd’hui  c’est le commerce à distance multicanal, au cœur duquel se noue une relation privilégiée entre la marque et ses clientes , catalogue et internet jouant la complémentarité . A preuve : les premiers sites d’achat d’habillement sont encore aujourd’hui les marques historiques de la VPC et  nombreux sont les pure players qui éditent du print.
Avec la montée en puissance incroyable du net (2 français sur 3 sont aujourd’hui internautes) bien sûr une marque comme 3suisses, précurseur sur le web depuis 1997, réalise aujourd’hui plus de 50% de ses ventes via son site  qui totalise plus de 9 millions de visiteurs uniques par mois !
 3suisses.fr devient aussi un pôle d’attraction pour de nouvelles clientes internautes en leur proposant en temps réel l’actualité de la mode et de la déco (plus de 100 000références !), des exclusivités de créateurs réputés, des concepts de vêtements sur mesure (voir la boutique 3suisses couture), des animations video tels que des défilés de mode et de lingerie, des offres spéciales et toujours la garantie d’une transaction sûre.


TF: En quoi  internet a-t-il fait changer certains métiers ?

AMS: Progressivement la culture web impacte et irrigue tous les métiers du commerce, les incitant à plus d’agilité et de réactivité. Les acheteurs de  mode (souvent des acheteuses chez nous !) par exemple vont adapter leurs collections à un renouvellement plus rapide que le print : La boutique en ligne « actuamode » propose déjà depuis 2007 des collections actualisées chaque mois.  Les créatifs -  graphistes et rédacteurs -  vont intégrer de nouvelles caractéristiques dans leurs maquettes permettant par exemple la visualisation 3D, le zoom,  la déclinaison des coloris d’un vêtement. La relation client intègre la dimension web 2.0. qui appelle plus d’interactivité, d’intuition et de convivialité. Apparaissent et se développent surtout des métiers spécifiques à l’e-commerce tels que webmasters, webdesigners, développeurs, trafic et community managers.  Les techniques évoluent, la consommatrice s’affirme et diversifie ses exigences : l’e-commerçant doit s’adapter et même anticiper les évolutions pour  créer la différence et la  fidéliser.


TF: Quels sont vos prochains défis sur la Toile ?
AMS: Satisfaire la consommatrice 3suisses là où elle se trouve, 24 heures sur 24 en développant les nouveaux supports du mobile-commerce, de nouveaux services de livraison et de paiement lui faisant gagner du temps et
du plaisir.
Développer une relation de connivence avec les femmes sur un mode conversationnel via les réseaux sociaux , les blogs , le feedback consommateur. Aller même vers une personnalisation de la relation respectant les envies,  le profil, le budget de chaque e-cliente, sans intrusion. Lui proposer des conseils, du coaching (coaching maternité depuis 2009), des quiz, des solutions pour sa famille (soutien scolaire déjà en ligne)…et surtout une mode créative et accessible, au cœur de l’ADN de la marque 3suisses.
En conclusion, proposer sur 3suisses.fr une vraie expérience innovante et ludique de shopping plaisir  avec de réels avantages « chouchou » de la marque.

comments powered by Disqus