Dans notre inconscient, la femme est une assistante, l'homme est un chef

Par Marine Deffrennes
Publié le 10 octobre 2012

Dans notre inconscient, la femme est une assistante, l'homme est un chef

Dans notre inconscient, la femme est une assistante, l'homme est un chef

© Hemera
Partages
 
Suivez l'actualité de terrafemina.com sur Facebook
Les stéréotypes ont la vie dure dans notre inconscient. Selon une étude scientifique menée par le cabinet Diverseo pour le Women’s Forum, nous associons spontanément les femmes à des fonctions subalternes, tandis qu'un homme cravaté est perçu comme un leader.


C’est la première étude qui met en lumière les « associations automatiques » de notre cerveau entre genre et leadership. Le cabinet de conseil Diverseo, en partenariat avec le Women’s Forum, démontre que même si 69% des personnes (homme ou femme) se disent convaincues que les deux sexes possèdent les mêmes qualités de leader, elles n’en sont pas là inconsciemment. Dans les faits, 55% des gens associent plutôt la casquette du leader au mâle...

Tests conscients et inconscients

Cette étude, intitulée « Le leadership est-il un  attribut masculin ? », a été menée sur Internet dans le monde entier pendant plusieurs mois, auprès d’un échantillon de près de 800 managers et salariés. Ceux-ci ont été soumis à deux séries de tests : la première partie « explicite » faisait appel au jugement conscient des sondés, avec des questions comme « Comment jugez-vous l’efficacité des hommes/des femmes leaders ? », tandis ce que dans la deuxième partie il s’agissait, grâce à des algorithmes établis par des scientifiques de Harvard, de révéler les associations inconscientes sur le leadership. Les interrogés devaient ainsi fournir des réponses rapides et automatiques grâce aux touches de leur clavier, face à des mots du champ sémantique du leadership, des qualités ou des photos d’hommes inconnus en costume cravate et de femmes connues pour leur position de leader comme Christine Lagarde ou Dilma Roussef.

Résultat : des hommes inconnus sont plus volontiers perçus comme des chefs tandis que les femmes de pouvoir célèbres sont associées à des subalternes. L’étude invoque ainsi des « biais implicites » qui s’exprimeraient à l’insu de tous, y compris des femmes. En effet, celles-ci sont loin d’être lavées des stéréotypes inconscients : encore 49% des sondées perçoivent des hommes inconnus comme de meilleurs leaders que des femmes de pouvoir.

L’enjeu : performance et diversité dans l’entreprise

L’objectif de l’étude est de faire prendre conscience de ces réflexes inconscients dans la prise de décision dans l’entreprise. Ces associations spontanées « se répercutent avant tout sur la performance des entreprises car elles sont souvent à l’origine de la nomination de personnes réellement moins compétentes que d’autres », peut-on lire dans le rapport de l’enquête. La première solution pour corriger notre inconscient ? Nommer plus de femmes aux postes de direction. Les hommes ayant une femme pour chef ont en effet davantage tendance à associer « femme » et « leadership ». Rien de plus logique. Encore faut-il engager la dynamique vertueuse.

Crédit photo : Hemera

http://www.terrafemina.com/images/photos_articles/diverseo.jpg


VOIR AUSSI

Women's Forum 2012, Sao Paulo : le Davos des femmes s'exporte au Brésil
Entreprise : des stéréotypes bien ancrés sur les femmes et les hommes
Comment réagir face à une remarque sexiste ?

Voir aussi :  carrière    hommes / femmes   
 

Commenter

2 commentaires

omaha - 10/10/12 12:29
Mettez un homme et une femme côte à côte, on se dirigera toujours vers l'homme et on demandera toujours à la femme un café
fleurs06 - 14/10/12 14:06
Franchement, c'est du n'importe quoi, cela montre encore une fois que les mentalités, enfin de compte pas vraiment changer, c'est désolant !

Rechercher sur @WORK

ex: SARL, maternité, Licenciements...

En tant que femme, avez-vous déjà eu le sentiment d'être victime de discrimination au travail ?

Recevoir la newsletter

Les Coachs

Marc Roussel
Marc Roussel
Evelyne  Rys
Evelyne Rys
Claire Chatelain
Claire Chatelain
Fermer