Avantages en nature : quand l'entreprise bichonne ses salariés

Par Adèle Bréau
Publié le 27 janvier 2013

Avantages en nature : quand l'entreprise bichonne ses salariés

Avantages en nature : quand l'entreprise bichonne ses salariés

© Hemera/ThinkStock
Partages
Suivez l'actualité de terrafemina.com sur Facebook
« Quoi ?!? Des tickets-restaurants, mais vous n'y pensez pas ! » Alors que vous peinez à faire admettre à votre employeur le minimum indispensable à votre survie dans l'entreprise, quelques petits veinards bénéficient d'avantages en nature que, même dans vos rêves les plus fous, vous n'auriez jamais osé envisager. Restaurants gastronomiques, piscines et même machines à laver… ou quand les entreprises mettent tout en oeuvre pour chouchouter leurs salariés. Revue de privilèges.

 

- Chez Asana, éditeur de logiciels, on offre un crédit de 10 000 dollars à tout nouveau salarié, qu'il pourra dépenser à sa guise en matériel informatique et électronique. Un chouette cadeau de bienvenue qui, une fois que toute la famille sera équipée (et étiquetée) Asana, offrira un sentiment d'appartenance express à l'employeur de papa ou maman.

- Chez Facebook, vous pouvez
emmener votre chien au boulot.

- Chez Scribd, on transforme, le soir, les bureaux de San Francisco en
piste de karting. Les réfractaires aux bolides peuvent se rabattre sur la tyrolienne.

- Chez Google, dans le
Googleplex de Mountain View (le campus), on a mis les petits plats dans les grands pour ôter aux salariés toute envie de rentrer chez eux. En effet, c'est sur des scooters communautaires (leurs « Velib » corporate) que les googlitos peuvent :

* manger chaque jour dans l'un des 11 restaurants gastronomiques qui sert gratuitement

* nager dans la piscine à contre-courant mise à leur disposition

* jouer au ping-pong, baby-foot ou hockey pneumatique (!)

* faire leur linge grâce aux machines en libre service

* faire leurs vidanges d'huile et lavages de voiture, toujours gratuitement, ce qui peut sembler bien inutile puisqu'il leur est proposé une...

* navette campus-domicile, mais aussi...

* une prime de 5000 euros pour l'achat d'un véhicule hybride (qui hésiterait ?), et enfin

* un congé de 18 semaines à tous les jeunes parents (ainsi qu'une prime de 500 euros), et bien sûr...

* des vacances au ski annuelles pour tous les employés.

- Chez Zynga, qui fait des applications de jeux pour les réseaux sociaux, on a réalisé le rêve de nombre d'entre nous. En effet, l'entreprise prévoit d'envoyer quelqu'un au domicile des salariés lorsque le type du câble ou de l'électricité lui a donné un obscur rendez-vous entre 9h et 21h... Magique.

- L'entreprise flamande Familiehulp s'est, elle, adaptée aux évolutions de la société en proposant à ses salariés divorcés de souscrire un «
contrat de travail de coparentalité », qui prend en compte la garde alternée en proposant de travailler moins la semaine où le parent a la garde de l'enfant, et plus celle où il est plus libre. Pratique.

 

Tickets-restaurants, chèques-cadeaux, voiture de fonction, téléphone portable… ces « compléments de salaire » négociés entre l'employeur et son salarié sortaient rarement du classique triptyque transport/repas/forfait téléphonique. Pourtant, concurrence oblige, les nouvelles entreprises rivalisent aujourd'hui d'imagination pour séduire les meilleurs candidats du marché après les avoir, comme nous l'avons évoqué la semaine dernière, passés à la moulinette de laborieux, interminables et angoissants entretiens d'embauche.

Lorsqu'ils sont enfin parvenus à intégrer le saint des saints, ces petits veinards bénéficient parfois d'un traitement digne des plus grandes stars. Trop sympas, ces entreprises ? Selon William Poundstone, auteur de « Êtes-vous assez intelligent pour travailler chez Google » , ouvrage duquel sont tirés nombre de ces exemples insolites, il ne s'agit pas uniquement de générosité de leur part. L'image ainsi renvoyée par la multinationale est dorée à peu de frais parfois (une table de ping-pong est assez vite amortie, si l'on y réfléchit bien), et ces grandes largesses apparentes leur permettent d'attirer les candidats les plus talentueux dans un Olympe où l'on se dispute le gratin du geek. Quant aux salariés, ils développent, grâce à ces rites parfois un peu puérils, un sentiment d'appartenance qui devrait, au moins pour un temps, leur passer l'envie de zieuter l'herbe (et la piste de karting) du campus voisin.

Et puis, comme le conclue Larry Page, « des travailleurs malheureux ne sont pas des travailleurs productifs ». CQFD. À rappeler subtilement à votre boss pendant vos négociations

Voir aussi :  emploi    salaire   
 

Commenter

5 commentaires

mestelle - 28/01/13 09:36
Perso je prendrais le mec qui va chez moi quand edf passe, une crèche d'entreprise, un budget coiffeur et fringues de "représentation", une salle de gym et les restaus gastro gratuits. What else?
country33 - 28/01/13 10:15
C'est pour certaines entreprises des drôles de budgets mais les heureux salariés ne sont pas toujours enclins à vous dire tous les avantages de leur entreprises, oils vous donnent le ssalaires mais pas les avantages.
Alescandra - 28/01/13 17:37
Moi j'ai toujours dit que je voulais une cabine de téléportation reliant ma maison à mon bureau. Aucune entreprise ne le propose encore malheureusement ! En attendant, je me contenterait très certainement de la salle de gym/piscine, couplée avec de bons restos à proximité. Et la conciergerie pour amener mes pantalons dans une retoucherie, réparer les chaussures, amener les vestes au pressing, tout ça tout ça. Le pied ! Mon bonheur tient à peu de choses en fait.
country33 - 28/01/13 17:44
C'est vrai que c'est bien aussi d'avoir des petits service scomme ça car pour les personnes qui travaillent ce n'set pas facile non plus de courir à des heures ou ce n'est pas toujours pratique car ça ne coincident pas avec les votres.
Virginie013 - 28/01/13 17:45
Moi je trouve que la vrai bonne idée, qui devrait inspirer toute les entreprises c'est L'entreprise flamande Familiehulp avec son contrat de travail de coparentalité.

Rechercher sur @WORK

ex: SARL, maternité, Licenciements...

Avez-vous déjà osé jouer de votre charme au bureau ?

Recevoir la newsletter

Les Coachs

Claire Chatelain
Claire Chatelain
Evelyne  Rys
Evelyne Rys
Eric-Jean  Garcia
Eric-Jean Garcia
Fermer