Emploi des seniors : des stéréotypes encore bien ancrés, y compris chez les candidats

Emploi des seniors : des stéréotypes encore bien ancrés, y compris chez les candidats
Emploi des seniors : des stéréotypes encore bien ancrés, y compris chez les candidats
Alors que se tenait mardi à Paris la cinquième édition du Forum Emploi Seniors, une enquête réalisée par l'association « À compétence égale » montre les divergences de point de vue entre candidats, RH et consultants sur le recrutement des seniors. Au total, 91% de nos aînés se sentent discriminés.
A lire aussi
Emploi des seniors : une accélération du taux d’activité en 2011
emploi
Emploi des seniors : une accélération du taux d’activité...


Entreprises et seniors ne sont pas en phase. Selon une étude réalisée par l’association « À compétence égale », dix ans séparent la perception de l’âge d'un senior par les entreprises et par les candidats : alors que 48% des seniors estiment qu'on est actuellement considéré comme tel à partir de 45 ans, pour 55% des consultants c'est à partir de 50 ans, et pour 38% des RH en entreprise il faut avoir 55 ans… Même décalage en ce qui concerne les atouts des candidats seniors : alors qu’ils ne sont que 39% à mettre en avant l'expertise acquise, 65% des consultants et 44% des RH en entreprise la considèrent comme un avantage indéniable. « D'où l'importance pour les candidats de centrer leur discours sur leurs compétences avec l'énergie et l'affirmation de soi nécessaire », commente Sébastien Bompard, Président d'« À compétence égale ». En revanche, tous s’accordent à dire que l’expérience est leur plus grand point fort (72% des seniors, 85% des consultants et 74% des RH en entreprises).

90% des seniors seraient prêts à changer de fonction

Reste, malgré tout, que les seniors se sentent toujours discriminés : 91% des seniors sont persuadés qu'il existe des freins en entreprise et notamment celui du coût. Un avis partagé par 60% des RH, qui estiment par ailleurs que leur résistance au changement (43%) est aussi considérée comme un frein. Les chiffres pourtant chez les seniors sont très différents : ainsi, plus des deux tiers d'entre eux (68%) sont prêts à baisser leur rémunération, 90% accepteraient de changer de fonction et 47% sont même prêts à déménager. « Cette enquête avait pour principal objectif de nous éclairer sur les stéréotypes des différentes parties prenantes du recrutement d'un senior. Force est donc de constater qu'ils sont encore malheureusement bien ancrés dans l'esprit des candidats seniors eux-mêmes et des RH en entreprise. Les consultants en recrutement doivent poursuivre leur travail de sensibilisation vis-à-vis de leur clientèle », soulignait ainsi Sébastien Bompard.

Et en effet, si les seniors (79%) pensent que l’âge reste le principal critère de sélection des entreprises, les chiffres leur donnent raison : seulement 45% des RH en entreprise ont proposé des candidats seniors à leurs managers opérationnels, malgré la loi de 2009 et l’obligation pour les entreprises de mettre en place un plan d'action sur le maintien dans l'emploi ou le recrutement de seniors. Pour 84% des RH et 83% des consultants en cabinet de recrutement, celle-ci n’a pas été utile…

VOIR AUSSI

Le boom des mamies-sitters
Bitwiin : la plate-forme dédiée à l'emploi des seniors
Colocation entre seniors : la résistance s’organise !
Femmes seniors et e-commerce : des retraitées hyper-branchées

À voir
Aussi