Parité : les femmes occupent un quart des postes à responsabilités dans le monde

Par Marine Deffrennes
Publié le 8 mars 2013

égalité professionnelle

égalité professionnelle

© iStockphoto
Partages
 
Suivez l'actualité de terrafemina.com sur Facebook
En 2013, les femmes n'occupent qu'un quart des postes à responsabilités dans le monde, soit à peine trois points de plus qu'en 2012. Une progression lente et inégale selon les pays : en Chine le top management est à 50% féminin. L'étude menée par le cabinet d'audit Grant Thornton auprès de plus de 6 627 dirigeants d'entreprise et plus de 40 pays met en lumière les vrais et faux leviers de la parité dans les instances de direction. Décryptage avec Arnaud Franquinet, Directeur du développement du capital humain, Grant Thornton (France).

 

Terrafemina : L’étude menée par Grant Thornton révèle que les femmes occupent 24% des postes à responsabilités dans le monde, soit une progression de trois points par rapport à l’année dernière. Comment expliquer la lenteur de l’évolution vers la parité ?

Arnaud Franquinet : S'il est vrai que prise globalement, l'évolution peut paraître décevante, je note toutefois que le pourcentage de femmes dans les économies dynamiques (BRIC, ASEAN) est bien supérieur à 24% puisque de l'ordre de 30%. On peut donc parier sur une dynamique positive. C'est effectivement curieux de relever que les pays du G7 où l'accès des femmes à l'éducation supérieure à parité dans de nombreuses filières est un fait acquis depuis plusieurs décennies, peinent à avoir plus du quart de femmes dans les instances de direction. L'autre enseignement positif de l'enquête réside dans l'analyse des postes occupés par les femmes dans les comités de direction : le pourcentage de directeurs financiers est enfin significatif (30% ex aequo avec les directions des ressources humaines). Il est important de savoir que l'un des grands freins à l'accès aux fonctions de direction générale est la non-maîtrise du langage financier par les prétendant(e)s, qu'ils soient femmes ou hommes d'ailleurs ! Que la proportion de femmes augmente dans les fonctions supérieures financières des organisations est plutôt de bon augure. Nous avons de bons espoirs de voir croître le pourcentage de femmes dans les fonctions d'encadrement et de direction dans les années futures.

Tf : Alors que les pays du G7 et d’Amérique du Nord affichent 21% et 12% de femmes occupant les postes à responsabilités, on note la performance des pays baltes (Estonie, Lettonie, Lituanie) avec 40% de femmes faisant partie du top management et de la Chine, qui emploie le plus de femmes parmi les cadres supérieurs (51%) et dont la progression en matière de parité est spectaculaire (+25% en un an contre +2% pour la France). Faut-il voir dans ces chiffres un fait culturel ?

A. F. : Je crois en effet que c'est avant tout l'environnement culturel qui est un facteur clef de succès : à partir du moment où vous posez la diversité de réflexion non pas comme un facteur de ralentissement mais au contraire comme un facteur d'enrichissement mutuel et une source de création de richesse, on bascule dans une optique différente. Plutôt que de se plier à une efficacité de court terme (endogamie), les organisations doivent viser le développement d'une richesse dans le temps, durable... Il faut donc privilégier la création de valeur à l'efficacité court-termiste et mixer les approches différenciantes, seules sources d'enrichissement, à commencer par le genre ! La culture d'une part, la pénurie de talents de l'autre, contribuent certainement à privilégier l'application de ces critères de choix dans le recrutement des postes à responsabilités dans les pays connaissant un fort développement économique.

Tf : Autre enseignement de l’étude, la flexibilité des horaires de travail et le télétravail ne favorisent pas l’accès des femmes aux postes de direction. Quels sont alors les leviers réellement efficaces pour féminiser le top management ?

A. F. : Effectivement si l'on observe une assez bonne corrélation entre le nombre de femmes dans les postes du top management et le nombre de femmes dans les comités de direction, en revanche la flexibilité des horaires ne semble pas un facteur déterminant. L'étude montre parfaitement que les pays qui ont les plus hauts scores de femmes dans les postes élevés, sont en proportion les moins utilisateurs d'horaires flexibles. Cela peut sembler paradoxal mais croire que la flexibilité, souvent présentée comme la panacée, pourrait casser le plafond de verre, c'est faire un peu trop rapidement fi des réalités du terrain et/ou culturelles. Le plafond de verre s'exprime avant la porte de l'entreprise !

Tf : Le gouvernement français s’apprête à lancer le chantier de l’égalité professionnelle. Quels enseignements tirer de cette étude pour faire progresser la représentation des femmes dans les postes à responsabilités ?

A. F. : Force est de constater que dans nos économies, les choses n'avancent pas vite : 26% de femmes à des fonctions de top management pour la France, c'est ridicule à l'aune du nombre de femmes diplômées du supérieur et des filières d'excellence ; les disparités de salaire, à responsabilités identiques, sont une autre facette du problème... Le gouvernement français a eu recours à l'instauration de quotas pour faire bouger les lignes mais il est clair qu'il faut ouvrir un grand chantier pour que culturellement nous puissions dépasser cette première approche et nourrir des viviers de talents féminins en haut des pyramides (top management) de manière, lors des nominations, à ne plus se poser de questions sur le sexe mais uniquement sur les compétences ! Personnellement, je ne suis pas favorable à l'établissement de quotas car cela ne fait que renforcer les réflexes endogamiques et statutaires évoqués précédemment : la nomination d'une femme à un poste à responsabilités doit-elle se faire sur ses compétences ou sur son genre ? Pour moi, seule la première réponse est légitime.

VOIR AUSSI

Top 5 des chiffres désespérants sur l’(in)égalité hommes-femmes
Journée de la femme : François Hollande est en visite, Valérie Trierweiler reçoit

Entreprise : peu de femmes à des postes de direction en Europe
Femmes et conseils d'administration : l'Europe bloque sur les quotas
Égalité salariale : ce que dit la nouvelle loi

Voir aussi :  emploi    international    parité   
 

Commenter

4 commentaires

Delphine.R - 08/03/13 16:43
Je ne pensais pas que la Chine était un état paritaire ! Une découverte de plus :)
valentineFath - 08/03/13 17:11
Je suis très étonnée par cette parité de 40 % dans les pays baltes. On est loin du compte.
Fleurdesmontagn - 09/03/13 04:02
Elles sont moins présentes, car trop occupées à se trouver un chemin sans obstacles, toutes ces femmes qui luttent sans vraiment voir le jour!
naty44190 - 10/03/13 23:53
les femmes commencent a grapiller des places tout doucement certes mais je trouve que cela bouge dans le bon sens quand même !!

Entreprises partenaires

Fermer