Réunion : 3 chiffres qui prouvent qu'on en fait trop

Réunion : 3 chiffres qui prouvent qu'on en fait trop
Réunion : 3 chiffres qui prouvent qu'on en fait trop
Qu'on les appelle « conf call », « brainstorming », « débriefing », « séminaire » ou « conférence », les occasions de se rassembler en entreprise sont nombreuses. Les Français en seraient même les champions. Mais la « réunionite » aigüe n’est pas sans conséquence. La preuve par trois.
A lire aussi
5 chiffres qui prouvent que le porno influence votre vie sexuelle
cinéma
5 chiffres qui prouvent que le porno influence votre vie...

1 cadre sur 3 avoue s’être déjà endormi en réunion

Un power point soporifique, la pénombre qui l’accompagne et la voix de votre manager peut très vite ressembler à un doux ronflement lointain. Selon un sondage Ifop - Wisembly – MeetingsMag.com, un cadre sur trois admet s’être déjà assoupi pendant une réunion de travail. Mais pire : 10% déclarent le faire régulièrement. Et les plus résistants ne sont pas ce que l’on croit : les moins de 35 ans sont ceux qui tombent le plus facilement dans les bras de Morphée (35% contre 32% chez les 35-49 ans et 31% chez les 50 ans et plus), confirmant ainsi une étude OpinionWay publiée en octobre dernier. « Ils visent une belle carrière, tout en sortant tard le soir, en ayant souvent des enfants et probablement des nuits hachées, en vivant des week-ends bien remplis… Les coups de fatigue sont donc normaux et totalement inhérents à leur vie [...] », avait alors expliqué Patrick Sérog, nutritionniste. Mais autre fait notable, les hommes (35%) sont bien plus enclin à la sieste que les femmes (29%). On regrette de ne pas savoir combien de working mum font partie des sondées…

>> Cinq astuces pour faire la sieste discrètement au bureau <<

9 cadres sur 10 se sentent inutiles en réunion

Ils y passent 16 ans dans leur carrière... Et s’y sentent inutiles dans leur grande majorité ! Selon le sondage Ifop - Wisembly – MeetingsMag.com, 88% des cadres ne pensent n’avoir rien à faire en réunion. Et chez les moins de 35 ans qui travaillent dans un grand groupe, la proportion atteint même plus de 90%. Un sentiment aussi légèrement plus prononcé en région parisienne (90%) qu’en province (87%). Du coup, c’est assez logique, les cadres se désintéressent rapidement du sujet. Ainsi quand ils ne font pas la sieste, 75% d’entre eux s’agitent sur leur ordinateur ou en profitent pour checker les réseaux sociaux. Et à ce jeu-là, les hommes se font là aussi plus surprendre que les femmes (77% des hommes contre 73% des femmes). Mais s’il est un point où tous s’accordent (95%) : c’est qu’ils gagneraient à participer à des réunions mieux organisées (définition de l'ordre du jour, animation ou rédaction de compte-rendu). Selon eux, leur entreprise économiserait ainsi de l’argent (87%) et serait plus innovante (75%).

>> Conseils emploi : comment préparer, animer et suivre une réunion ? <<

1 cadre sur 3 invente des excuses pour ne pas aller en réunion

Le résultat de tout ça ? Plus personne ne veut aller en réunion. Selon le sondage Ifop - Wisembly – MeetingsMag.com, un cadre sur trois inventerait même des excuses pour les éviter : dossier à boucler, coup de fil important, rendez-vous arrivé ? On les connaît par cœur. Mais là encore, les hommes sont plus prompts à fabuler que leurs consœurs (48% des hommes contre 44% pour les femmes) et il parait que ça ne s’arrangerait pas avec l’âge. On en profite donc pour leur faire passer un message : si ces messieurs - encore largement majoritaires parmi les cadres dirigeants - ne s’y retrouvent pas, leurs collègues féminines ne verraient certainement aucun inconvénient à ce qu’ils annulent les réunions après 18 h…

>> Les pires bourdes à faire en réunion <<