Accro au boulot ? 3 conseils pour lâcher prise (sans culpabiliser)

Accro au boulot ? 3 conseils pour lâcher prise (sans culpabiliser)
Accro au boulot ? 3 conseils pour lâcher prise (sans culpabiliser)
Si vous vous demandez comment décrocher du boulot, une bonne méthode est de commencer par vous demander comment votre boulot s'y est pris pour vous accrocher. Comment, par exemple, votre boulot est-il arrivé à vous convaincre de renoncer définitivement à vos séances de sport, de cinéma ou de sorties avec des amis pour rester tous les soirs tard sur votre lieu de travail ? Trois réponses et conseils pour enfin le lâcher.
A lire aussi
3 conseils pour mieux accepter les critiques au boulot
News essentielles
3 conseils pour mieux accepter les critiques au boulot


Posez la question à un accro du boulot et vous obtiendrez toujours la même réponse : « je ne peux pas faire autrement, je n’ai pas le choix ».

Vous pourrez tenter ce que vous voudrez pour l’aider à trouver des solutions, rien n’y fera. Non, il ne peut pas lever le pied, ça ne passerait pas. Non il ne peut pas travailler autrement, sa méthode est la seule. Non, il ne peut pas en parler à son chef, il ne l’écouterait pas. Ne cherchez pas, il n’y a rien à faire, c’est une fatalité.

En réalité, le problème n’est pas le boulot ou le chef, le problème est lié à l’idée que se fait la personne de son travail. Lorsqu’une personne se fait une idée partiellement fausse d’une réalité et ne veut plus en démordre quoi qu’il arrive, on appelle cela un mythe.

Voici les 3 principaux mythes qui poussent les gens à ne plus pouvoir décrocher de leur boulot et les solutions pour les contrer...

Mythe n°1 : je dois tout faire le plus parfaitement possible

Jean est comptable, son chef lui demande une estimation vite fait de ce que l’entreprise gagnerait à remplacer quelques sous-traitants par des embauches. C’est urgent, il en a besoin pour le lendemain matin. Jean passe sa soirée à faire des calculs compliqués, en fonction de la date d’effet de la mesure, des changements fiscaux en cours et autres précisions, alors que son chef lui avait simplement demandé une estimation « à la louche » qui ne lui aurait pas pris plus de 10 minutes de travail.

Jean est un perfectionniste qui aurait certainement dit à sa femme lui demandant à quelle heure il allait rentrer « très tard, je suis désolé, je ne peux pas faire autrement ».

Solution anti-mythe : avant de commencer un travail, interrogez-vous sur le niveau de qualité nécessaire et utile pour ce travail et interdisez-vous de dépenser beaucoup de temps et d’énergie à dépasser ce niveau de qualité… ou alors, faites-le, mais en étant conscient que ce n’est plus du travail, c’est du loisir que vous vous offrez !  

Mythe n°2 : je ne dois pas décevoir

Nathalie est une jeune embauchée dynamique. Son chef est très content d’elle, il lui dit avoir remarqué sa grande puissance de travail. Il lui confie avoir un souci avec le départ d’une autre jeune embauchée et lui demande si elle ne pourrait pas assurer temporairement les tâches de ce poste en plus du sien, le temps de recruter une autre personne ? Nathalie est bien consciente que cela va lourdement la charger, mais elle accepte pour continuer à mériter la bonne opinion de son chef.

En acceptant de faire deux boulots pour le prix d’un, Nathalie prend le risque de ne pas tenir le choc et de faire à son chef la décevante démonstration que sa puissance de travail a ses limites.

Solution anti-mythe : avant d’accepter de faire quelque chose pour ne pas décevoir, demandez-vous si vous allez pouvoir tenir le coup longtemps dans la situation dans laquelle vous vous serez mise. Si la réponse est non, dites-vous qu’il vaut mieux décevoir un peu tout de suite que beaucoup plus tard.

>> Fatigué à 10 heures au boulot : c'est quoi le problème ? <<

Mythe n°3 : mon travail passe toujours avant le reste

Dominique a une passion pour le théâtre d’improvisation, et justement il s’en crée un près de chez elle. Elle s’offre pour Noël une inscription à des cours dans ce théâtre et s’engage à venir régulièrement chaque jeudi soir. La règle du jeu est qu’au-delà de deux jeudis loupés sans raison majeure (maladie, accident…), l’inscription est caduque. En janvier, période calme dans son entreprise, elle ne rate aucun cours et se régale chaque jeudi soir. En février, elle rate un premier cours pour boucler un dossier, elle en rate un deuxième début mars pour préparer une présentation importante. Elle connaît la sanction mais elle en rate un troisième fin mars pour ne pas se désolidariser de son équipe qui fait une nocturne un jeudi soir.

Après avoir sacrifié ses précieux cours de théâtre à son travail, il y a fort à parier que Dominique s’attend à une récompense et risque de mal réagir si celle-ci ne vient pas : « avec tout ce que j’ai fait pour cette boîte, c’est quand même trop injuste ! »

>> Apprendre à dire non au bureau <<

Solution anti-mythe : avant de renoncer à quelque chose au profit de votre travail, demandez-vous si vous le faites par conscience professionnelle ou par goût du sacrifice ?

La différence est facile à faire :
Vous faites preuve de conscience professionnelle si vous renoncez à un plaisir pour éviter un dommage professionnel significatif pour vous ou pour votre entreprise.
Vous êtes dans le sacrifice si vous renoncez à quelque chose de très important pour vous, pour préserver quelque-chose de banal professionnellement.

Le sacrifice est une technique à éviter car c’est une bombe à retardement. Tôt ou tard, vous demanderez à votre boulot des compensations pour tous les sacrifices que vous avez faits pour lui. Et en toute logique votre boulot vous répondra que, ne vous ayant jamais demandé de vous sacrifier, il ne vous doit rien.

Si vous ne pensez pas être atteint par un quelconque mythe mais entendez souvent vos proches vous demander de décrocher, peut-être avez-vous simplement la chance d’exercer le métier de vos rêves. Soyez quand même attentifs à ne pas surestimer la capacité de vos proches à se passer de votre présence et de votre attention.

VOIR AUSSI

Agenda, sport, lunchbox, dresscode : la petite bibliothèque du bien-être au bureau
Peut-on être ami avec ses collègues de bureau ?
Amour au travail : 3 conseils pour gérer une relation
Faire du sport au bureau : 5 exercices à pratiquer devant l'ordinateur, l’air de rien