Autodérision au travail : votre humour vous dessert-il ?

Autodérision au travail : votre humour vous dessert-il ?
Autodérision au travail : votre humour vous dessert-il ?
Dans cette photo : Woody Allen
Au bureau, vous avez peut-être pris l'habitude d'utiliser votre humour grinçant contre vous-même, persuadé que cette capacité serait appréciée comme une qualité ? Et si cela au contraire vous portait préjudice ? Découvrez en quoi l'autodérision peut vous nuire et 5 trucs pour vous corriger si vous avez tendance à y recourir trop souvent.
A lire aussi
"Lila. Pommes, poires, abricots", enfin une BD qui parle de puberté avec humour
News essentielles
"Lila. Pommes, poires, abricots", enfin une BD qui parle...


Vous arrive-t-il souvent de vous moquer de vos propres défauts, voire de vous traiter vous-même de blonde ? Vous n'arrivez pas à ouvrir un sas avec votre badge ? Vous avez deux mains gauches ! Vous vous perdez dans le dédale d'un immeuble plein de couloirs ? Vous êtes une handicapée de l'orientation ! Avez-vous remarqué que cette sorte d'humour est très peu répandue dans la culture masculine ? Lorsque votre collègue Pierre se perd dans un couloir, il sera plus enclin à pester contre l'absence d'indications que contre lui-même et quant au sas qui lui résiste, il déclarera probablement que son badge est démagnétisé ou que le système est mal étalonné.

>> 10 astuces pour ne pas être repéré quand on arrive en retard au boulot <<



Bien sûr il y a des hommes qui pratiquent l'autodérision, Woody Allen en est un bel exemple, mais en entreprise, la majorité des hommes utilisant l'humour pour se mettre en valeur ou se moquer des autres, toute autre forme d'humour risque d'être mal interprété.

Lorsque vous vous traitez humoristiquement d'étourdie ou d'incompétente, vos collègues rient avec vous, mais ils retiennent quand même que vous n'êtes pas très douée. 

D'où vient cette propension des femmes à pratiquer l'autodérision et comment faire pour éviter d'y recourir en situation professionnelle ? Il y a deux raisons pour lesquelles les femmes manient l'humour de manière différente des hommes.

>> Les cinq comportements "féminins" qui risquent le plus de nuire à votre carrière <<

Ce qui est dit est plus important que ce qui est fait

La première raison est liée à nos différences de valeurs. Dans la culture féminine, pour être amies, il faut montrer à l'autre qu'on l'apprécie. Dans la culture masculine, pour être amis, il faut faire des choses ensemble. Écoutez des enfants jouer dans une cour d'école. Les garçons jouent en s'interpellant bruyamment avec des sobriquets affectueux du type « gros tas », « ducon », « bâtard ». Les filles jouent en s'appelant par leurs prénoms. De même au bureau, vous entendrez peut-être deux hommes se saluer d'un « Salut Pierre, toujours aussi chauve ? », suivi d'un « et toi, toujours aussi con ? » avec de bons gros rires complices.

Imaginez maintenant deux femmes se disant « Salut Estelle, toujours aussi grosse ? » « Et toi, toujours aussi mal coiffée ? », l'ambiance n'est pas la même ! Dans la culture féminine, une bourrade sur l'épaule ou un geste affectueux ne compensera jamais un propos insultant car ce qui est dit est plus important que ce qui est fait.

>> Les mauvais réflexes qui vous pénalisent dans votre travail <<

Modestie et l'obéissance dans l'éducation des filles

La deuxième raison est liée à l'éducation. Même si les choses évoluent, il reste des traces de l'éducation à l'ancienne dans la façon dont nous éduquons nos enfants. Relisez Les petites filles modèles de la Comtesse de Ségur, vous y trouverez l'importance accordée à la modestie et à l'obéissance dans l'éducation des fillettes. Devenues adultes, beaucoup de femmes éprouvent des difficultés à se mettre en avant, à parler de leurs qualités ou simplement à croire en leur propre valeur. Elles développent fréquemment deux complexes : le complexe d'imposture « je ne suis pas à la hauteur, un jour ou l'autre on va s'en apercevoir » ou le complexe de détestation «si je réussis trop, on va me détester ».

L'autodérision est alors un réflexe de défense : je me moque de moi-même parce que j'ai une faible opinion de ma personne et je me critique pour éviter que les autres le fassent. Ou bien je me moque de moi-même pour atténuer ma puissance de manière à ce que les autres ne me prennent pas en grippe. 

Les deux stratégies sont aussi vaines l'une que l'autre. La personne doutant d'elle-même risque de détruire son image par son humour caustique et celle voulant éviter que ses collègues ne l'envient risque de passer pour une manipulatrice qui fait semblant d'être faible alors qu'elle est forte.

>> Cinq questions à se poser pour développer son leadership <<

Cinq trucs pour ne plus être desservie par votre humour au bureau

Pour ne plus être desservie par votre humour au bureau, vous pouvez appliquer la méthode suivante :

1. Prenez conscience de l'importance de votre tendance à faire de l'autodérision. Au besoin interrogez vos collègues amis et repérez les mots que vous employez quand vous vous qualifiez négativement.

2. Réfléchissez à l'intention qui vous anime quand vous prononcez ces mots.

3. Si vous pensez sincèrement manquer de certaines qualités, listez les faits concrets qui le prouvent et cherchez s'il n'y a pas des faits concrets qui prouveraient le contraire. D'accord vous vous êtes perdue dans l'immeuble de votre client mais vous avez quand même réussi à retrouver votre voiture garée dans un dédale de rues loin de l'immeuble. Vous n'êtes peut-être pas si nulle que vous le pensez, vous avez simplement un sens de l'orientation normal, c'est-à-dire pas infaillible. Vous pourrez alors rire de votre désorientation sans éprouver le besoin de vous dénigrer en disant par exemple « alors là ces couloirs ont eu raison de ma boussole interne, j'en ai perdu le Nord ! ».

4. Si vous êtes tout à fait rassurée sur vos capacités mais pensez qu'on vous aimera mieux si vous vous rabaissez, demandez-vous si cette stratégie vous a durablement réussi par le passé. La fausse modestie ne trompe personne. Ce n'est pas parce que vous soulignez que vous êtes malhabile de vos mains que vos collègues digèreront mieux votre promotion. Au mieux ils ne feront aucun rapport entre les deux, au pire ils se diront qu'en plus cette boîte donne des promotions à des manchots. La meilleure façon d'aider les autres à accepter votre statut ou votre compétence c'est de l'assumer. Et si vous voulez vraiment vous attirer la sympathie d'un collègue, au lieu de lui parler de vous et de vos 2 mains gauches, demandez-lui simplement de vous aider et félicitez-le pour sa dextérité.

5. Rappelez-vous enfin que dans autodérision, il y a « auto ». C'est-à-dire que votre humour que vous voulez modeste et sympathique est en fait centré sur votre petite personne et donc pas si altruiste que cela.

En résumé, rien ne vous empêche de vous moquer brièvement et légèrement de vous-même lorsque vous commettez une erreur, mais réagissez si vous avez pris l'habitude de pratiquer un humour dévalorisant car cela ne vous attirera aucune sympathie et risque de nuire gravement à votre image professionnelle.    

>> Top 5 des chiffres désespérants sur l'(in)égalité hommes-femmes <<