Homosexualité au travail : un sujet tabou pour les RH

Homosexualité au travail : un sujet tabou pour les RH
Une étude de l'association L'Autre Cercle et de l'institut Randstad montre que les services de ressources humaines du privé et du public sont encore mal à l'aise avec la question de l'homosexualité.


L’institut Randstad et l’association L’Autre Cercle publient aujourd’hui une étude réalisée auprès de 26 organismes publics et privés, tel EDF ou l’Agence régionale de santé Île-de-France, représentant 1,7 million de salariés en France et à l’étranger. Ces organismes sont tous connus pour leur avance en matière de politiques de diversité. Pourtant l’enquête menée auprès des responsables « diversité » de ces groupes tend à montrer que le chantier de l’acceptation de l’homosexualité au travail n’en est qu’aux fondations.

Selon cette étude, près de la moitié (46%) des organismes interrogés estiment qu’il est difficile de communiquer en interne ou en externe sur la question de l’homosexualité. Lorsqu’il s’agit d’aborder les discriminations au sein de l’entreprise, seuls 65% des organismes mentionnent explicitement l’orientation sexuelle comme critère discriminant. Par ailleurs, dans la documentation de sensibilisation, 54% des organismes formulent l'interdiction de propos ou attitudes homophobes.
Certaines inégalités de traitement auraient par ailleurs été observées entre les couples mariés et les couples pacsés de même sexe. Ces derniers ne bénéficieraient pas dans 46% des cas du régime de congé paternité offert aux couples hétérosexuels. Néanmoins il semble que tous les couples soient logés à la même enseigne au chapitre de la mobilité nationale et internationale.

L’association L’Autre Cercle, qui lutte contre l'homophobie au travail, publiait en début d’année une autre étude démontrant que 67% des personnes Lesbiennes-Gays-Bi-Trans (LGBT) ne souhaitaient pas, ou plutôt « n’osaient pas », être visibles dans leur entreprise « par crainte de conséquences négatives en termes de carrière et de dégradations des conditions de vie ».

(Source : libération.fr)
Crédit photo : Creatas


VOIR AUSSI

Les entreprises françaises ne sont pas gay-friendly
Homosexualité : 650 000 foyers recensés aux États-Unis
L'homosexualité bientôt à l’affiche chez Disney ?

L'INFO DES MEMBRES

Homosexualité féminine aux États-Unis
UMP : Franck Riester annonce son homosexualité
Haut-Rhin : viré d’un collège privé pour avoir révélé son homosexualité

angel95
Il faudrait que la société change et arrête de voir l'homosexualité comme quelque chose de bizarre et montré du doigt et la peut être que les chose chnagerons.

raaull
De quoi ils se melent ceux la ? D'ailleurs, ils ne devraient meme pas savoir si on est marié ou quoi que ce soit, c'est fou comme aujourd'hui la vie professionnel empiete sur la vie privée

fidjikelyna
en quoi l'homosexualité gêne t elle dans le travail, ce n'est pas une maladie et çà ne s'attrape pas, alors arrêtez!!!

magdu08
les employeurs ne doivent pas juger un employé sur sa vie privée

angel95
Les employeur veuelent tous savoir maintenant c'est dingue quand même!

country33
Que ce soit le public ou le privé, cette questionest bien tabou. Je peux vous dire que vu comme ils se sert les coudes entre eux, les autres personnes devraient prendre exemple et en faire autant. Mais trop de personnes souffrent de monbrilisme et ne savent pas regarder autour pour au moins un peu de considération.

sandrine6405
On s'aperçoit encore une fois qu'il est très difficile de faire évoluer les moeurs et les mentalités dans un monde si moderne !

naty44190
je ne sais pas si les mentalités changeront un jour, pourtant il y a du mieux mais c'est pas encore ça !!!

rosemary
c'est domage, ils n'ont commis AUCUN crime, donc laissons le monde s'aimer et c'est tout, ça ne changera rien au travail que la personne fournira.

franmic64
La vie privée de tout un chacun ne doit pas interférer dans la vie professionnelle!

country33
Maintenant trop d epatron ou de collègues s'occupent de la vie privée des autres et ça tue un peu les relations dans le monde du travail.

comments powered by Disqus